Les États-Unis et l’Australie organisent des patrouilles conjointes avec les Philippines en mer de Chine méridionale

Dans la dernière décennie, Washington a militarisé les eaux vitales et âprement disputées de la mer de Chine méridionale en concluant des accords de bases militaires et en menant des opérations délibérément provocatrices. L’activité militaire dans la région, menée par Washington et visant la Chine, avait un caractère agressif mais occasionnel. Aujourd’hui, elle est pratiquement quotidienne et implacable.

Les navires de la marine philippine BRP Davao Del Sur (au centre) et BRP Gregorio Del Pilar (à l’arrière) mènent une «activité de coopération maritime» avec le HMAS Toowoomba le 25 novembre. [Photo : Ministère australien de la Défense] [Photo: Australian Department of Defence]

Au cours de la semaine dernière, les États-Unis et l’Australie ont lancé des patrouilles militaires conjointes en mer de Chine méridionale, ce qui a considérablement accru les tensions dans la région. La Chine a réagi en durcissant sa rhétorique, en procédant à des exercices de tirs réels et en plaçant ses troupes en état d’alerte dans la région.

La semaine dernière, les Philippines et les États-Unis ont effectué des patrouilles conjointes dans le détroit au sud de Taïwan, dans le cadre d’un exercice militaire commun de trois jours. La patrouille commune a quitté l’île de Mavulis, située à seulement 142 kilomètres de Taïwan, pour se rendre en mer de Chine méridionale. Elle a emprunté l’itinéraire le plus provocateur possible, en traversant le canal vital de Bashi avec des navires de combat.

Le gouvernement de Ferdinand Marcos Jr à Manille et le Pentagone ont tous deux présenté l’escalade incessante de leurs activités militaires conjointes dans les eaux contestées comme «défensive» en réponse à l’«agression» croissante de la Chine. La réalité est toute autre. C’est Washington qui est l’instigateur de l’agression en mer de Chine méridionale, en resserrant autour de la Chine un filet d’alliances militaires régionales, d’accords de bases militaires et de patrouilles conjointes. Les provocations conduisent à de nouvelles escalades. La Chine a réagi à la patrouille conjointe en lançant deux exercices de tirs réels d’une journée près de l’île d’Hainan, adjacente à la mer de Chine méridionale.

Dans un discours prononcé à Hawaï le 20 novembre, Marcos a déclaré que la situation en mer de Chine méridionale devenait «désastreuse». La situation est désastreuse, mais pas pour les raisons évoquées par Marcos. Les alliances, les provocations militaires et les patrouilles conjointes en mer de Chine méridionale sont le signe d’une guerre imminente. C’est l’escalade de l’agression de Washington, entraînant derrière elle tous les acteurs régionaux, qui en est à l’origine.

Liu Pengyu, porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington, s’est adressé à la presse au sujet des patrouilles conjointes: «La Chine estime que la coopération en matière de défense et de sécurité doit être propice à la paix et à la stabilité régionales. Elles ne doivent pas aggraver les tensions ni saper la confiance entre les pays, et encore moins viser une tierce partie».

Le ministère chinois de la Défense a publié une déclaration plus directe, accusant les Philippines d’avoir «enrôlé des forces étrangères pour patrouiller en mer de Chine méridionale [et] semer le trouble».

Les exercices organisés par les États-Unis et les Philippines ont toujours fait croire qu’ils visaient un agresseur extérieur anonyme. Aujourd’hui, Washington dirige des patrouilles conjointes qui préparent explicitement un conflit avec la Chine.

Vendredi, les États-Unis ont organisé une opération de liberté de navigation (FONOP) en envoyant un destroyer en transit près des îles Paracel, un archipel de petites îles coralliennes dans la partie nord de la mer de Chine méridionale, qui font l’objet d’un litige. Comme il le fait régulièrement lorsqu’il organise de telles provocations, Washington a affirmé qu’il défendait le droit de «passage inoffensif» prévu par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (UNCLOS). La loi que Washington prétend défendre est une loi que les États-Unis ont refusé de ratifier.

Le commandement du théâtre sud de l’armée chinoise a réagi au transit en déployant des forces navales et aériennes pour «suivre et surveiller» le destroyer. Le porte-parole du commandement de l’Armée populaire de libération (APL), Tian Junli, a déclaré à la presse: «La grave violation de la souveraineté et de la sécurité de la Chine par les États-Unis est une nouvelle preuve irréfutable de leur volonté d’exercer une “hégémonie en matière de navigation” et de créer une “militarisation” de la mer de Chine méridionale. [...] Cela prouve pleinement que les États-Unis sont un véritable “créateur de risques pour la sécurité de la mer de Chine méridionale” […] Les troupes sur le théâtre restent en état d’alerte».

Alors que les troupes chinoises sont en état d’alerte, les Philippines et l’Australie ont organisé leurs premières patrouilles maritimes et aériennes conjointes en mer de Chine méridionale au cours du week-end. Marcos a déclaré que ces exercices étaient «une manifestation pratique du partenariat stratégique et de défense croissant et approfondi entre nos pays».

Le chef d’état-major des forces armées des Philippines, le général Romeo Brawner Jr, a déclaré à la presse que deux avions de chasse de l’APL avaient «suivi» les exercices dans les îles Spratleys.

Les garde-côtes japonais étaient présents lors des exercices de quatre jours menés par les garde-côtes philippins au large de la péninsule de Bataan. Les exercices comprenaient l’identification des menaces maritimes et des scénarios d’incendie en mer. Le retour des forces japonaises, sous couvert d’interopérabilité, à Bataan – où le militarisme japonais a commis certaines des pires atrocités sur le théâtre pacifique de la Seconde Guerre mondiale, notamment la tristement célèbre marche de la mort – est un autre exemple de la façon dont le bellicisme acharné de Washington ressuscite la barbarie du XXe siècle.

Lors de sa visite à Manille au début du mois, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a fourni aux Philippines du matériel militaire dans le cadre de l’assistance à la sécurité outre-mer et a entamé les premières discussions concernant la création d’un accord d’accès réciproque pour l’échange et l’interopérabilité des forces militaires des deux pays.

Les patrouilles conjointes des Philippines avec les États-Unis et l’Australie sont extrêmement dangereuses. Une confrontation en mer entre des navires chinois et une patrouille conjointe est tout à fait plausible et pourrait facilement dégénérer en conflit et en une spirale rapide d’événements menant à la guerre.

Les affrontements en mer de Chine méridionale se produisent désormais avec une régularité alarmante. Fin octobre, des navires chinois et philippins sont entrés en collision dans la région contestée entourant le banc Second Thomas, où les Philippines tentent de maintenir une petite unité de forces militaires.

Washington réagit à ces confrontations croissantes par une escalade. À la suite de l’affrontement sur le banc Second Thomas, Nikkei a rapporté que les États-Unis ont commencé à conseiller les Philippines sur la manière de réparer et de moderniser le Sierra Madre, le navire de guerre datant de la Seconde Guerre mondiale que Manille a fait délibérément échouer sur le haut-fond en 1999 afin de créer une plate-forme pour le déploiement permanent de forces dans la mer de Chine méridionale.

(Article paru en anglais le 27 novembre 2023)

Loading