Perspectives

La «Marche pour Israël» de Washington DC: Un rassemblement bipartisan pour le génocide

De gauche à droite, Mike Johnson, président de la Chambre des représentants de Louisiane, Hakeem Jeffries, chef de la minorité parlementaire de New York, Chuck Schumer, chef de la majorité sénatoriale de New York, et Joni Ernst, sénateur républicain de l’Iowa, se donnent la main lors de la marche pro-génocide pour Israël, le mardi 14 novembre 2023, sur le National Mall à Washington, 14 novembre 2023 [AP Photo/Mark Schiefelbein]

Mardi, un spectacle dégradant s’est déroulé sur le National Mall à Washington DC. La «Marche pour Israël» restera dans l’histoire comme un rassemblement en faveur du nettoyage ethnique et du génocide.

Les dirigeants des partis démocrate et républicain ont déclaré leur soutien à la guerre menée par Israël contre la population de Gaza, qui a déjà tué au moins 11.000 personnes, dont plus de 4.000 enfants. Quelques heures plus tard, dans un mouvement apparemment coordonné avec le rassemblement, des chars et des bulldozers israéliens ont attaqué l’hôpital Al-Shifa, ce qui constitue le dernier crime de guerre flagrant.

Dans ces conditions, le slogan le plus populaire du rassemblement, «Pas de cessez-le-feu! Pas de cessez-le-feu!» aurait été plus exactement traduit par «Génocide, génocide, encore du génocide!»

Le rassemblement était une tentative désespérée de la classe dirigeante de fabriquer un soutien populaire à ses actions qui n’existe pas. Il était soutenu par l’ensemble de l’establishment politique, les dirigeants démocrates et républicains du Sénat et de la Chambre des représentants des États-Unis étant les principaux intervenants. Le gouvernement Biden a envoyé comme représentante son «envoyée spéciale pour surveiller et combattre l’antisémitisme», Deborah Lipstadt.

Des fonds importants ont été consacrés à l’envoi de participants de tout le pays et au financement de leur participation. Au plus fort de la manifestation, cependant, le rassemblement a à peine attiré 10.000 personnes, soit une infime fraction de ceux qui ont participé au rassemblement de masse de 300.000 personnes à Washington DC il y a dix jours.

Les médias, comme on pouvait s’y attendre, ont présenté le rassemblement comme une manifestation massive de soutien à Israël. Le New York Times, le Washington Post et d’autres publications ont publié des articles importants mardi soir, tandis que les chaînes d’information ont publié des reportages en direct – ces mêmes chaînes qui ont occulté la couverture de manifestations bien plus importantes contre le génocide. Des chiffres exagérément gonflés ont été publiés, accompagnés d’images étroitement recadrées, faisant état d’une participation plus de dix fois supérieure à la réalité.

Alors que les intervenants ont tenté de présenter le rassemblement comme représentant la voix du peuple juif, beaucoup plus de juifs ont participé à des manifestations contre les actions d’Israël que ceux qui se sont rendus à Washington mardi. La veille, des centaines de manifestants, derrière le groupe Jewish Voice for Peace, ont organisé un sit-in devant le bâtiment fédéral d’Oakland, en Californie, et de nombreuses personnes ont été arrêtées.

Les démocrates et les républicains se sont littéralement donné la main pour proclamer leur soutien absolu et inconditionnel au régime de Netanyahou en Israël.

Le leader de la majorité démocrate Charles Schumer a entraîné la foule à scander «Nous sommes aux côtés d’Israël» et a promis que le Congrès ne se reposerait pas tant que le gouvernement israélien n’aurait pas obtenu «l’assistance militaire dont il a besoin». Après avoir proclamé que «les États-Unis ont toujours soutenu Israël, et nous ferons tout pour que cela ne change jamais», Schumer a entraîné la foule à scander «USA! USA!»

Le nouveau président républicain de la Chambre des représentants, Michael Johnson, un fasciste chrétien, a repris les propos de Netanyahou et d’autres ministres israéliens utilisés pour justifier le génocide. «Il s’agit d’un combat entre la lumière et les ténèbres, entre la civilisation et la barbarie. Les appels au cessez-le-feu sont scandaleux!»

Johnson a conclu son intervention en menaçant ceux qui, aux États-Unis, s’opposent aux actions d’Israël. «J’espère que ce rassemblement servira à rappeler au monde entier, mais aussi à ceux qui se trouvent à l’intérieur de nos frontières, que les États-Unis sont fiers d’être aux côtés d’Israël [c’est nous qui soulignons].

Le chef de la minorité démocrate à la Chambre des représentants, Hakeem Jeffries, a déclaré: «Je soutiens la demande de financement bipartisane de Biden pour l’Ukraine et Israël», invoquant la «relation spéciale» entre les États-Unis et Israël, «enracinée dans des valeurs communes et des intérêts stratégiques partagés».

La sénatrice républicaine Jodi Ernst, en quatrième position, a clôturé les discours des dirigeants du Congrès par un discours belliciste. «Les monstres du Hamas ne méritent rien d’autre qu’une destruction complète et totale!»

Les remarques des quatre membres du Congrès, ainsi que celles de tous les intervenants, reposaient sur l’idée fausse que le monde a été envahi par une vague d’antisémitisme de masse. Les intervenants ont dénoncé les manifestants, y compris les étudiants des campus, et exigé que les administrateurs des universités prennent des mesures de censure plus agressives. Ils ont exploité le massacre des Juifs par les nazis pour justifier leur propre soutien à des actions génocidaires.

Van Jones, animateur de CNN et porte-voix du Parti démocrate, dont les remarques ont été particulièrement significatives dans la mesure où son vœu pieux de mettre fin à toute violence et à toute discrimination a été accueilli par des huées et des cris de «Pas de cessez-le-feu!», a fait référence à un rapport de l’Antidefamation League (ADL) affirmant que les incidents antisémites aux États-Unis avaient grimpé en flèche de 400 pour cent depuis le 7 octobre.

L’ADL, comme l’explique Alan McCleod de Mint Press News, a affirmé que 153 rassemblements et manifestations organisés en soutien à la Palestine depuis le 7 octobre étaient en fait «en soutien à la terreur» et apportaient «un soutien explicite ou fortement implicite au Hamas».

Si quelque chose peut alimenter l’antisémitisme, c’est bien le mensonge, promu par tous ceux qui se sont exprimés mardi, selon lequel le gouvernement Netanyahou, par ses actions criminelles, agit dans l’intérêt de l’ensemble du peuple juif.

L’absurdité de cette accusation est renforcée par le fait que le rassemblement a mobilisé des fondamentalistes chrétiens d’extrême droite et des antisémites. Parmi les intervenants figurait le chef suprématiste blanc et antisémite de Christian United For Israel (CUFI), le pasteur évangélique John Hagee.

Parmi ses nombreuses déclarations antisémites, Hagee affirme, dans son livre Jerusalem Countdown: A Warning to The World, qu’Hitler était «à moitié juif», envoyé par Dieu comme «chasseur» pour chasser les juifs d’Europe vers «le seul foyer que Dieu ait jamais voulu pour les juifs: Israël».

En présentant la campagne de nettoyage ethnique d’Israël comme une mission divine, Hagee a proclamé lors du rassemblement qu’«Israël n’est pas simplement un État, Israël est la prunelle de l’œil de Dieu». Ne posant aucune restriction aux crimes de guerre israéliens, Hagee a déclaré: «C’est à vous, les dirigeants d’Israël, de décider comment cette guerre doit être menée, à vous et à personne d’autre!»

Ce n’est un secret pour personne que des fascistes chrétiens comme Hagee (et le président de la Chambre des représentants Johnson) souscrivent à l’idée que tous les Juifs doivent retourner en Israël pour accomplir une prophétie biblique selon laquelle cela est nécessaire avant la fin des temps, lorsque tout le monde, y compris les Juifs, devra se convertir au christianisme ou être exterminé.

Ce qui a rassemblé l’ensemble de l’establishment politique et de l’État pour soutenir le rassemblement de mardi, cependant, c’est un engagement commun envers les intérêts stratégiques de l’oligarchie financière qui soutient le génocide à Gaza dans le cadre de la guerre plus large de l’impérialisme américain. Le caractère pitoyable et décousu de l’événement n’a fait que démontrer à quel point ils sont isolés.

Toutefois, il a également montré clairement que la classe dirigeante américaine est unie dans sa détermination à utiliser tous les moyens pour imposer ses intérêts sociaux, tant à l’étranger qu’à l’intérieur du pays. La lutte contre le génocide et la guerre doit donc être menée par la classe ouvrière contre l’ensemble de l’establishment politique, dégénéré et maculé de sang, y compris ses deux partis, et contre l’ordre social capitaliste qu’il représente.

(Article paru en anglais le 15 novembre 2023)

Loading