Les travailleurs de Warren Truck accusent les représentants de l’UAW d’avoir truqué le vote pour faire ratifier le contrat à Stellantis

Rejoignez la prochaine réunion du réseau des comités de base des travailleurs de l’automobile pour discuter des implications des accords de capitulation de l’UAW et de la manière de s’organiser contre eux. Inscrivez-vous ici.

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour par SMS sur la lutte contre le contrat des Trois grands de Detroit en envoyant AUTO par SMS au (866) 847-1086.

Les travailleurs de la deuxième équipe de Stellantis entrent dans l’usine de Warren Truck le 21 septembre 2023


Les travailleurs de l’usine d’assemblage Warren Truck accusent les responsables de la section 140 des Travailleurs unis de l’automobile (UAW) d’avoir truqué le rejet de l’accord UAW-Stellantis. Les travailleurs ont rejeté les affirmations des responsables locaux selon lesquelles 85 % des travailleurs auraient voté « oui » et seuls 335 travailleurs sur les 2188 qui ont voté se seraient opposés à l’accord lors du vote de ratification de lundi. Des votes de rejet tout aussi suspects ont été annoncés par les responsables de la section locale 869 à Warren Stamping et par les responsables de la section locale 1264 à Sterling Stamping.

Les résultats du vote dans ces trois usines vont à l’encontre de la tendance à l’accélération des votes de rejet sur des accords de capitulation similaires chez GM et Ford au cours de la semaine dernière.

Les travailleurs de quatre usines d’assemblage de General Motors dans le Michigan, le Tennessee et le Kentucky ont rejeté l’accord ces derniers jours. En outre, les travailleurs de sept autres usines d’emboutissage, de moteurs et de transmissions dans le Michigan, l’Indiana, l’Ohio et l’État de New York ont rejeté l’accord. Les travailleurs de la plus grande section locale de Ford de l’UAW l’ont également rejeté à Louisville, dans le Kentucky. L’UAW était tellement préoccupé par le résultat du rejet que le président de l’UAW, Shawn Fain, et le vice-président de l’UAW pour le département Stellantis, Richard Boyer, ont publié des vidéos sur Facebook la semaine dernière pour tenter de faire accepter les accords.

« Je n’y crois pas », a déclaré David, un ouvrier de Warren Truck qui travaille depuis 10 ans à l’usine, à propos des résultats officiels. « Je suis heureux que les travailleurs de GM votent contre ce contrat. L’accord de Stellantis reflète celui de GM, et est même pire. Il est impossible que 85 % des travailleurs de Warren Truck aient voté en sa faveur. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il soit adopté, surtout quand on a vu tous les gens sur les médias sociaux dire qu’ils allaient voter “non”. »

« La façon dont la section locale a organisé le vote était pitoyable. Ils n’ont rien prévu pour la troisième équipe qui travaille la nuit dans les ateliers de peinture, d’assemblage final et de carrosserie. Après que les travailleurs se sont plaints sur Facebook que le vote se terminait à 18h, les privant ainsi de la possibilité de voter, le président de la section locale a publié une note disant : 'Je m’excuse. Nous ferons mieux la prochaine fois'. »

« Les bulletins de vote n’ont fait l’objet d’aucune surveillance. Vous le marquez avec un crayon, qui peut être effacé ou transformé en un vote “oui”. Il y avait très peu de documentation sur les votants. Il suffisait de dire “oui” ou “non”. Aucun employé ne les surveillait. Seuls les élus contrôlaient les bulletins de vote. »

« En 2023, pourquoi ne pourrions-nous pas avoir un scrutin ouvert en direct ? Il y a des Facebook Live pour tout le reste. Pourquoi pas le dépouillement des votes ? Ce n’est pas secret. Il n’y a pas de noms sur les bulletins de vote ».

David a ensuite évoqué des pratiques douteuses lors de votes passés. « Ils ont essayé de bourrer les bulletins de vote après que nous ayons rejeté le contrat en 2015. En 2019, il y a eu un taux de participation record à la baisse lorsque le contrat a été adopté. Ce n’est pas surprenant avec toute cette corruption. »

« Vous vous souvenez de Norwood Jewell, le vice-président de l’UAW qui a été soudoyé avec un fusil de chasse italien de 2500 dollars et d’autres articles de luxe pour faire passer le contrat de 2015 ? Son bras droit, Shawn Fain, était assis juste à côté de lui au local 140 du syndicat. La bagarre a failli éclater lorsqu’ils ont essayé de nous vendre ce contrat pourri en 2015. »

« Les dirigeants locaux ne sont pas différents. Le président du syndicat, Randall Pearson, s’est fait élire lors d’un vote truqué. Il n’y avait plus de bulletins de vote et ils ont fait revoter les gens. Il a obtenu plus de votes dans l’atelier de peinture qu’il n’y avait de travailleurs. Son cousin est le responsable du comité de l’atelier. Nous l’appelons la 'mafia de l’atelier de peinture'. Je ne fais pas non plus confiance à Margaret Mock [secrétaire-trésorière de l’UAW]. Elle faisait partie du comité de négociation lorsque Jewell et Fain essayaient de faire passer le contrat ».

« Je ne crois pas qu’il ait été adopté à 85 %. Cela n’a aucun sens. Je sais que les gens voulaient une nouvelle voiture et que les responsables syndicaux ont donné aux travailleurs ce qu’ils voulaient dans une certaine mesure. Mais tout est laissé à la discrétion de l’entreprise. Elle peut révoquer l’offre de location de voiture. Elle peut arrêter la construction de nouvelles usines si les 'conditions du marché' changent. »

« Le pire, c’est que les travailleurs temporaires doivent avoir neuf mois de 'service continu' pour passer à temps plein. S’ils ne sont plus programmés ou s’ils sont licenciés pendant 31 jours, ils devront tout recommencer. Même s’ils vous font passer à temps plein, ils peuvent vous obliger à aller travailler dans n’importe quelle usine du 'bassin d’emploi', comme Toledo. »

« Nous travaillons sept jours de 12 heures par intermittence depuis deux ou trois ans. On nous écrit et on nous menace si nous sommes en retard ou si nous manquons du travail. La politique d’assiduité est plus stricte, mais nous avons subi six changements d’horaires, qui se terminent parfois à 13h, 14h ou 16h30. Nous avons des enfants à emmener à l’école, et il y a des travaux sur les routes et des problèmes de stationnement quand nous arrivons. »

« Stellantis compare nos taux de présence avec ceux de l’Italie, du Canada et d’autres pays où les travailleurs bénéficient de plus de congés, d’un système de santé universel et d’autres choses encore. La première chose que Fain a retirée de la table, c’est notre demande d’une semaine de travail de 32 heures. Lorsque Boyer a commencé à nous parler de nos congés, cela a eu pour effet d’augmenter le nombre de personnes opposées à ce contrat. »

« J’avais le sentiment que, quelle que soit l’issue du vote, ils allaient le faire passer », a déclaré Michelle, membre du Comité de base des travailleurs de Warren Truck, au WSWS. « Même si la majorité votait “non”, ils allaient trouver n’importe quelle excuse pour dire que c’était ratifié. Ces crétins s’en tirent depuis des années. »

« Nous nous battions simplement pour récupérer ce qu’ils nous avaient pris en 2009. Fain est un faux frère, mais beaucoup de gens faisaient confiance à Rich Boyer, qui venait de Warren Truck. Mais maintenant, ils voient qu’il est de l’autre côté. La semaine dernière, il a dénoncé sur Facebook le fait que nous utilisions le FMLA [Family and Medical Leave Act], en disant que nous ne voulions tout simplement pas venir travailler. Mais ils nous font travailler comme des chiens, en nous imposant des heures supplémentaires obligatoires, et nous n’avons pas le temps de passer du temps avec nos familles. Je ne reproche à personne d’utiliser la loi sur les congés pour obtenir un peu de temps libre ».

L’UAW a une longue et sordide histoire de bourrage de bulletins de vote pour faire passer des contrats. Cela inclut le vote de 2015 à la section locale 600 de l’UAW, lorsque les responsables de l’UAW ont affirmé que le contrat avait été adopté à l’usine de camions de Dearborn par 51,4 %, soit environ 1230 voix. Le vote de la section locale 600, organisé à la toute fin du processus de ratification, a donné à la bureaucratie de l’UAW juste assez de voix pour « ratifier » l’accord, qui était voué à l’échec.

En 2021, l’UAW a affirmé qu’un nouveau vote sur un accord de principe précédemment rejeté par les grévistes de Volvo Trucks New River Valley à Dublin, en Virginie, avait été adopté avec une majorité de 17 voix sur les 2369 votes exprimés. Les travailleurs se sont immédiatement rendus sur les médias sociaux pour accuser l’UAW de fraude et de truquage des bulletins de vote, d’autres appelant à un recomptage des voix ou à un autre vote.

Lors de l’élection de l’UAW en 2022-23, l’appareil syndical a tout fait pour censurer le vote des membres de l’UAW, ce qui s’est traduit par le taux de participation le plus bas de l’histoire des États-Unis pour un grand syndicat. Will Lehman, ouvrier de Mack Trucks et candidat socialiste à la présidence de l’UAW au premier tour de l’élection, a intenté une action en justice fédérale exposant l’assaut systématique sur le droit de vote des membres du syndicat par la bureaucratie de l’UAW, qui a refusé de mettre à jour les adresses postales et d’informer les membres de l’élection. Lehman a exigé une nouvelle élection afin que tous les membres puissent y participer.

Les travailleurs de Warren Truck, Warren Stamping et Sterling Stamping doivent exiger de savoir : quelle était la « chaîne de possession » des bulletins de vote, c’est-à-dire qui était en possession des bulletins à chaque étape ? Comment la sécurité et l’intégrité des bulletins ont-elles été assurées ? Y avait-il un moyen d’empêcher le rejet des votes négatifs et l’ajout de votes positifs ?

Michelle a exhorté les travailleurs à rejoindre le comité de base de Warren Truck, à dénoncer les fraudes et à se battre pour un nouveau vote sur le contrat, sous le contrôle total d’un comité élu composé de travailleurs de la base dignes de confiance. « Beaucoup d’entre nous n’ont ni l’accès ni le temps d’obtenir les informations dont ils ont besoin, mais grâce au réseau des comités des travailleurs de la base de l’automobile, nous pouvons obtenir la vérité, nous organiser et lutter pour nos droits. »

Elle a résumé la bataille à laquelle les travailleurs sont confrontés. « Qu’il s’agisse de la guerre ou de ce contrat, le dominateur commun est la cupidité », a-t-elle déclaré. « De combien d’argent ces gens ont-ils besoin ? Je ne peux pas regarder les bébés mourir à Gaza. Cela m’attriste parce qu’il pourrait s’agir de nos enfants, de nos bébés. En plus de cela, le président américain est tout à fait d’accord. Ils sont prêts à sacrifier qui ils veulent pour du pétrole, des terres et des profits. La lutte sera rude, mais il est temps que les travailleurs du monde entier s’unissent pour mettre un terme à cette situation. »

(Article paru en anglais le 15 novembre 2023)

Loading