Lettre de Trotsky du 23 octobre 1923 au Comité central et à la Commission centrale de contrôle du Parti communiste russe

Nous publions ici la lettre envoyée par Léon Trotsky aux membres du Comité central (CC) et de la Commission centrale de contrôle (CCC) du Parti communiste russe le 23 octobre 1923. Elle est arrivée au Secrétariat, dirigé par Staline, le 24 octobre 1923. Trotsky, malade et alité, a été contraint d’écrire cette lettre en réaction à la réponse du 19 octobre des « membres du Politburo » à sa lettre du 8 octobre au CC et au CCC, dans laquelle il avait exposé ses divergences programmatiques avec la majorité du Politburo. Cette réponse était signée par Nikolaï Boukharine, Grigori Zinoviev, Mikhaïl Kalinine, Lev Kamenev, Viatcheslav Molotov, Alexeï Rykov, Joseph Staline et Mikhaïl Tomsky, c’est-à-dire tous les membres titulaires et candidats du Politburo, à l’exception de Trotsky et de Lénine, extrêmement malade.

Dans sa lettre, la majorité du Politburo accusait Trotsky d’avoir servi « de meneur d’une lutte contre le CC, d’initiateur donnant le mot d’ordre de passer à l’offensive contre le CC à un moment difficile de la situation internationale, au vu duquel le Politburo n’a pas le droit de s’abstenir de répondre à la lettre du camarade Trotsky ». Une grande partie de la lettre de la majorité du Politburo se concentre sur la fausse affirmation qu’il y avait des désaccords fondamentaux de longue date entre Lénine et Trotsky sur des questions de politique économique. Indirectement, la lettre répondait également à la déclaration de 46 vieux bolcheviks qui, une semaine auparavant, le 15 octobre, avaient déclaré leur accord politique avec les positions de Trotsky. La lettre de la majorité du Politburo a également mal interprété les divergences concernant les questions de politique étrangère, la révolution allemande, le monopole d’État sur la vente de vodka et la situation interne du parti. Elle anticipe tous les mensonges et toutes les déformations de l’antitrotskysme qui seront développés dans la lutte contre l’opposition dans les mois et les années à venir. L’objectif était de présenter Trotsky comme un antagoniste de longue date de Lénine et comme quelqu’un d’étranger au bolchevisme et à ce que la lettre appelait le « milieu bolchevik ».

La réponse de Trotsky est le premier document complet de la lutte interne au parti dans lequel il a été forcé de répondre, en détail, non seulement aux attaques politiques mais aussi aux déformations de l’histoire du parti bolchevik et de la révolution d’Octobre. Dans les mois et les années à venir, la défense de la vérité historique sur les conflits au sein du Parti bolchevik et sur l’histoire de la révolution elle-même allait devenir un élément central de la lutte de l’Opposition de gauche contre le stalinisme. Dans cette lutte, la vérité sur ce que l’on appelle aujourd’hui « la dernière lutte de Lénine » revêtait une importance particulière. Trotsky cite abondamment des documents que Lénine a composés dans les derniers mois de sa vie politique active, alors qu’il entamait une lutte contre Staline et la bureaucratie soviétique. Pendant de nombreuses décennies, plusieurs de ces documents et bien d’autres sur l’histoire de la révolution, du Parti bolchevik et de l’opposition n’étaient disponibles que grâce aux archives personnelles de Trotsky, qui sont conservées à la bibliothèque Houghton de l’université de Harvard et qui ont maintenant été numérisées pour la plupart.

Cette lettre a été publiée pour la première fois dans son intégralité dans l’édition d’octobre 1990 du journal soviétique Izvestiia TsK KPSS, pages 167-182. Dans ses numéros des 8 et 15 novembre 1993, l’International Workers Bulletin, la publication de la Workers League, le prédécesseur du Socialist Equality Party (É.-U.), a publié la première traduction anglaise de ce document dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de l’Opposition de gauche. Nous publions ici une version éditée de cette traduction avec des notes plus complètes et des références aux documents cités. Dans le document original, l’utilisation par Trotsky de nombres pour inscrire des points était incohérente. Ces incohérences ont été maintenues dans la traduction.

La première publication en anglais de la lettre du 23 octobre 1923 de Léon Trotsky dans les pages de l’International Workers Bulletin, 8 novembre 1993

AUX MEMBRES DU CC ET DU CCC

Au Plénum.

24 octobre 1923

La réponse [du 19 octobre] des membres du Politburo à ma lettre [du 8 octobre] suggère que les auteurs de la lettre considèrent que la nécessité et la possibilité de changements sérieux dans la politique actuelle du parti et de l’économie sont exclues ; il semble qu’ils aient complètement écarté l’idée de créer les conditions normales d’un travail collectif sain dans les organes dirigeants du parti. C’est ce qui nous inquiète le plus.

I. Le régime interne du parti

1. Tout d’abord, le document déplace toute la question de la crise du parti sur le plan des accusations formelles concernant la création d’une plate-forme, le fractionnisme, etc. Une telle accusation est cependant un abus flagrant de la résolution du Xe Congrès. Il est absolument incontestable que l’existence d’une fraction, c’est-à-dire de groupes organisés de co-penseurs au sein du parti, représente un danger extraordinaire. Mais on est encore loin de qualifier de fraction toute tentative de membres individuels ou de groupes de membres du parti d’attirer l’attention du Comité central sur les erreurs et les fautes commises dans la politique qu’ils mènent. Il n’y a rien de plus dangereux que de pousser jusqu’à l’absurdité bureaucratique la résolution interdisant la création d’organisations fractionnaires au sein du parti. Un régime véritablement non fractionnel au sein du parti ne peut en fait être maintenu que si le parti, de la base au sommet, reste un collectif actif et indépendant, si le développement de l’opinion du parti ne se heurte pas à des barrières excessivement artificielles, si les organes dirigeants ne mènent pas eux-mêmes une politique de sélection fractionnelle dissimulée, et s’ils accordent la plus grande attention à la voix de la critique interne au parti, sans essayer de liquider toute pensée indépendante au sein du parti par des accusations de fractionnisme.

2. Le 11 octobre, lors de la session du Politburo [qui a discuté la lettre de Trotsky du 8 octobre – NDLR], le camarade Dzerjinsky a blâmé le Comité de Moscou pour les circonstances dans lesquelles les membres de la base de l’organisation de Moscou se sentent incapables d’exprimer ouvertement leur opinion dans le cadre de l’organisation du parti, mais le font dans son dos. Le camarade Zelensky, secrétaire du Comité provincial de Moscou, répondit littéralement à ce reproche : « Vous dites que dans les cellules du parti il n’y a pas de vie, que tout le monde se tait. Mais à la conférence du parti concernant les événements allemands, n’en était-il pas exactement de même ? Là aussi, tout le monde s’est tu. »

En s’opposant à la proposition de publier une nouvelle résolution du Politburo obligeant les membres du parti à rapporter l’existence de groupements au sein du parti, le camarade Boukharine a déclaré ce qui suit : « Cela ne ferait que nuire. Cela serait compris comme un excès de mesures de type policier, et nous en avons assez comme cela. Nous devons tourner résolument la roue dans le sens de la démocratie du parti. » Le camarade Molotov déclara qu’il ne ferait pas d’objection de son côté, et quand je demandai à quoi il ne ferait pas d’objection, le camarade Molotov répondit qu’il ne ferait pas d’objection aux « vérités élémentaires formulées par le camarade Boukharine », c’est-à-dire concernant la nécessité de faire un virage serré dans la direction de la démocratie du parti. Toutes les phrases sont ici reprises mot pour mot, car, vu l’importance extraordinaire de la question, j’ai immédiatement noté toutes les formulations les plus importantes. Personne ne s’est opposé à l’affirmation selon laquelle nous devions procéder non pas par de nouvelles menaces, par la répression, par les mesures draconiennes, ou, comme l’a dit le camarade Boukharine, par l’intensification des mesures de type policier, mais par un virage serré vers la démocratie du parti.

Staline et Viatcheslav Molotov. Molotov était l’un des plus proches alliés de Staline et l’un des rares « vieux bolcheviks » à avoir survécu à la Grande Terreur.

Cependant, dans la lettre des membres du Politburo, il n’y a pas la moindre allusion à une telle discussion du problème. Le régime interne du parti est déclaré normal. La lettre parle en détail du travail éducatif du parti, de la préparation des nouveaux travailleurs du parti, etc. Il ne fait aucun doute que l’appareil du parti s’est considérablement développé, y compris son appareil éducatif ; il ne fait aucun doute que ce travail éducatif s’est largement développé, et c’est bien sûr un grand progrès. Mais ce fait n’exclut ni ne nie en aucune façon l’extrême diminution de l’activité politique et cruciale du parti, l’affaiblissement de sa vie interne en tant que parti, et le développement parallèle de mesures purement mécaniques et organisationnelles pour garantir la ligne des organes dirigeants du parti.

3. Ma référence aux méthodes malsaines utilisées dans la période de préparation du XIIe Congrès [en avril 1923] pour opposer une section de camarades dirigeants à une autre [1] – sans motifs idéologiques suffisants ou, en tout cas, clairement exprimés – a donné lieu à une réponse du groupe d’auteurs qui est, une fois de plus, une accusation formelle, fondamentalement infondée, selon laquelle je « dénigre » la composition correcte du XIIe Congrès. Dans ma lettre, il n’y avait pas la moindre allusion à cela. Poser une question formelle sur la compétence ou l’autorité du XIIe Congrès est pour le moins inapproprié. En revanche, il est tout à fait approprié et correct de poser la question de la nécessité de garantir un régime interne au parti dans lequel celui-ci peut se forger une opinion sur des questions importantes au jour le jour et, ce faisant, déterminer sa volonté de la meilleure manière possible par le biais de ses congrès.

4. La « réponse » des membres du Politburo m’attribue l’exigence d’une sorte de démocratie absolue, « à part entière », et me demande si j’exige l’annulation de toutes les résolutions du parti qui limitent l’utilisation des méthodes démocratiques « à part entière ». En réalité, ma lettre dit que de nombreux discours en faveur de la démocratie ouvrière m’ont paru (pendant le Xe Congrès [en mars 1921]) exagérés et démagogiques « étant donné l’incompatibilité entre une démocratie ouvrière complète et pleinement développée et un régime dictatorial ». Ainsi, tous les arguments à ce sujet dans la « Réponse » sont un malentendu complet. Je n’ai même pas exigé « un virage brutal dans le sens de la démocratie ouvrière », comme l’a fait le 11 octobre le camarade Boukharine lors d’une session du Politburo, sans que personne n’y trouve à redire. Il suffirait que ce changement soit sincère et consciencieux, qu’il ne soit pas brutal, mais prudent, comme l’exige la situation. Seul un tel changement serait vraiment productif. Les limites que le parti a établies doivent être préservées jusqu’à ce que l’expérience ait montré qu’elles étaient erronées. Mais dans le cadre de ces limites, le parti doit vivre la véritable vie d’une organisation dirigeante et ne pas rester silencieux. Telle est l’essence de la question.

5. Que le myasnikovisme [2] n’est pas un phénomène nouveau – comme le souligne la « Réponse » – est incontestable. Mais c’est le Politburo lui-même qui a tiré la sonnette d’alarme, en toute légitimité, sur le développement du myasnikovisme, sur la propagation des cellules illégales dans le parti, sur la participation des membres du parti aux grèves, et sur l’attitude passive face à beaucoup de ces phénomènes de la part de nombreux membres du parti qui n’appartiennent pas aux cellules illégales. C’est l’idée principale des conclusions de la commission du camarade Dzerzhinsky. [3] C’est l’essence même du problème. Il semble que le danger de la situation ne soit un mystère pour personne.

C’est précisément à partir de ce point que le camarade Dzerjinski a exigé une refonte du Comité de Moscou, trop bureaucratique, pour reprendre son expression. C’est précisément pour cette raison que le camarade Boukharine a exigé un tournant décisif vers la démocratie du parti, et que le camarade Molotov a admis qu’il s’agissait là de « vérités élémentaires ». Aujourd’hui, tout cela est déclaré inexistant, tout est réduit à l’expulsé Myasnikov et… au camarade Riazanov. [4] Une réévaluation aussi frappante et nullement fondée sur des principes des conclusions d’hier représente à elle seule le plus grand danger et menace d’aiguiser les contradictions qui se sont accumulées dans le parti.

David Ryazanov, révolutionnaire de premier plan et éminent spécialiste du marxisme au début de l’Union soviétique

II. La tentative d’invoquer le nom de Lénine dans notre débat

La lettre des membres du Politburo tente d’introduire le nom de Lénine dans les débats actuels, comme si, d’une part, il y avait une continuation de la politique du camarade Lénine et, d’autre part, il y avait une lutte contre cette politique. Sous une forme plus prudente et dissimulée, des tentatives de présenter les différences de cette manière ont été faites plus d’une fois, à la fois avant et surtout après le XIIe Congrès. C’est précisément parce que ces tentatives ont pris la forme d’allusions et de remarques en passant qu’il était impossible d’y réagir. Et ces allusions ont été faites précisément parce qu’elles comptaient sur mon silence. La « Réponse » d’aujourd’hui des membres du Politburo, qui tente de formuler plus concrètement ces allusions, révèle cependant, comme nous allons le voir, leur faillite totale et nous donne également l’occasion de les réfuter clairement et précisément. J’examinerai les questions débattues point par point, en fournissant des citations précises et des références à des documents facilement disponibles pour vérification.

1. L’un des problèmes centraux dans le domaine de l’économie a été et continue d’être la question du rôle des dirigeants dans la planification, c’est-à-dire la combinaison systématique des éléments de base de l’économie d’État dans le processus d’adaptation au marché en expansion. J’étais et je suis toujours d’avis que l’une des principales raisons de nos crises économiques, et en particulier de leur gravité et de leur caractère destructeur, est l’absence d’une réglementation correcte et uniforme de l’économie par le haut. Il est tout à fait vrai que j’ai eu des désaccords avec le camarade Lénine sur la question de l’organisation de la gestion de la planification. L’autorité du camarade Lénine n’est pas moins importante pour moi que pour tout autre membre du Comité central. Mais je pensais et je continue à penser que le parti choisit les membres du CC pour qu’ils défendent au sein du Comité central ce qu’ils pensent être juste dans chaque cas. Comment le problème a-t-il été résolu par le camarade Lénine ? Le 2 juin de cette année, le Politburo a reçu de N. Krupskaya une note spéciale écrite par le camarade Lénine « Sur l’attribution de fonctions législatives au Gosplan », qui a été dictée le 27 décembre 1922. Dans ce document, le camarade Lénine écrit ce qui suit :

Cette idée a été avancée par le camarade Trotsky, semble-t-il, il y a longtemps. Je m’y suis opposé à l’époque, parce que je trouvais que dans ce cas, il y aurait un manque fondamental de coordination dans le système de nos organes législatifs. Mais après un examen plus approfondi de la question, je constate qu’il s’agit essentiellement d’une bonne idée : le Gosplan se tient un peu à l’écart, en dehors de nos organes législatifs, bien qu’en tant que groupe de personnes bien informées, d’experts, de scientifiques et de techniciens, il possède, par essence, plus de données pour juger correctement des questions […]

À cet égard, je pense que nous pouvons et devons rencontrer le camarade Trotsky à mi-chemin, mais pas en ce qui concerne la présidence du Gosplan ou toute autre personne parmi nos dirigeants politiques, ou le président du Conseil suprême de l’économie populaire, etc.

Première page des notes de Lénine sur l’attribution de fonctions législatives au Gosplan du 27 décembre 1922 (RGASPI, f. 2, op. 1, d. 24050, liste 3)

En conclusion, le camarade Lénine s’est prononcé contre le type de travail effectué par le Gosplan où ce dernier examine des missions individuelles, et en faveur du type de travail où le Gosplan pourrait « résoudre systématiquement tout un groupe de problèmes qui relèvent de sa compétence » [5]. Comme on le voit, la question est ici abordée avec suffisamment de clarté et d’exhaustivité.

La question de la combinaison du rôle du président du Conseil suprême de l’économie populaire avec le rôle du président du Gosplan est une question technique subordonnée. Nous avons maintenant combiné, par une résolution du CC, le rôle de vice-président du Conseil du travail et de la défense avec le rôle de président du Conseil économique suprême de l’économie populaire, ce qui va beaucoup plus loin que mes propositions dans ce sens. Plus d’une fois, j’ai dit et écrit au CC que les combinaisons de ce type sont, bien sûr, conditionnelles, et que l’essentiel de la question ne réside pas dans ces combinaisons. L’essentiel, c’est la nécessité de créer un état-major économique compétent et faisant autorité, qui examinera chaque question économique. Jusqu’à présent, lorsque le camarade Lénine était à la tête du travail économique, il était dans une large mesure son propre état-major, et la question du rôle du Gosplan ne pouvait pas avoir l’importance décisive qu’elle a eue après que le camarade Lénine soit tombé malade.

Et ici, en évaluant la direction de l’économie telle qu’elle s’est développée après qu’il a été contraint d’arrêter le travail, le camarade Lénine déclare que ma proposition de base était une bonne idée. L’absence prolongée du camarade Lénine dans la direction ne peut être compensée, dans une certaine mesure, qu’en organisant la gestion de l’économie d’une manière correcte sur le plan organisationnel.

Entre-temps, au lieu de faire un pas en avant, nous avons fait un pas en arrière dans ce domaine. Plus que jamais, les questions économiques sont décidées à la hâte et dans l’improvisation, et non par une direction systématique.

2. Une autre question économique qui a fait l’objet de désaccords au sein du Plenum du CC peu avant le XIIe Congrès, et à laquelle le camarade Lénine a participé, concerne le monopole du commerce extérieur, c’est-à-dire une question que, lors du XIIe Congrès – sans aucune objection de quiconque – j’ai qualifiée de l’un des piliers de la dictature socialiste dans des conditions d’encerclement capitaliste. J’ai une correspondance assez longue avec le camarade Lénine sur cette question. Je ne présenterai ici qu’une lettre complète du camarade Lénine datant du 13 décembre 1922. Elle illustre clairement la manière dont il a soulevé la question :

Camarade Trotsky,

J’ai reçu votre réponse à la lettre de Krestinsky et aux projets d’Avanesov. Je pense que vous et moi sommes au maximum d’accord, et je pense que la question du Gosplan dans la discussion actuelle exclut (ou met de côté) le débat sur la question de savoir si le Gosplan a besoin de droits exécutifs.

En tout cas, je vous demande instamment de prendre sur vous, au prochain Plenum, la défense de notre point de vue commun sur la nécessité inconditionnelle de maintenir et de renforcer le monopole du commerce extérieur. Puisque le Plenum précédent a adopté une résolution à cet égard qui va complètement à l’encontre du monopole du commerce extérieur, et puisqu’il ne peut y avoir de recul sur cette question, alors je pense, comme je le dis dans une lettre à Frumkin et Stomonyakov, que si nous sommes battus sur cette question, alors nous devons transférer la question à un congrès du parti. Pour ce faire, nous devons exposer brièvement nos divergences devant la fraction du parti du prochain Congrès des Soviets. Si je le peux, je rédigerai un tel exposé et je serais très heureux que vous vous exprimiez dans le même sens. L’hésitation sur cette question nous fera un tort incalculable, et les arguments contre se réduisent entièrement à l’accusation d’imperfection de l’appareil. Mais notre appareil est imparfait partout et de toutes les manières, et reculer devant le monopole à cause de l’imperfection de l’appareil reviendrait à jeter le bébé avec l’eau du bain.

13 décembre 1922

Lénine. [6]

Note de Lénine à Trotsky du 13 décembre 1922 (Harvard University Houghton Library, Leon Trotsky Soviet Papers, MS Russ 13, Box 6, T 766)

Ainsi, sur l’une des questions les plus importantes de notre politique économique, le camarade Lénine a exigé que, si le Plénum n’annulait pas sa résolution manifestement erronée, je parle ouvertement, en exposant les désaccords à la fraction du Congrès des Soviets. Cela montre assez clairement, premièrement, l’importance que le camarade Lénine attribuait à l’erreur du plénum et, deuxièmement, que, comprenant assez bien, on peut le penser, l’importance de la discipline formelle, il plaçait le contenu au-dessus de la forme dans ce cas précis.

3. Le désaccord le plus important de l’année dernière – avec la participation du camarade Lénine – concernait la question nationale. Là encore, tous les faits et documents sont à portée de main. L’importance que le camarade Lénine accordait à la question nationale et les erreurs qu’il a commises dans ce domaine ressortent clairement de sa lettre (du 30 décembre 1922), qui commence par ces mots : « Je suppose que j’ai été très négligent en ce qui concerne la question nationale : « Je suppose que j’ai été très négligent à l’égard des travailleurs de Russie pour ne pas être intervenu de façon suffisamment énergique et décisive… » [7] Ayant appris par quelqu’un d’autre le point de vue que j’avais défendu sur la question nationale au Plenum du CC, le camarade Lénine m’envoya la note suivante :

Ultra-secret.

Personnel.

Cher camarade Trotsky.

J’aimerais beaucoup que vous preniez sur vous la défense de l’affaire géorgienne au sein du CC du parti. Cette affaire est actuellement « menée » par Staline et Dzerzhinsky, et je ne peux pas compter sur leur impartialité. Si vous acceptiez de prendre en charge cette défense, je serais tranquille. Si, pour une raison quelconque, vous n’êtes pas d’accord, renvoyez-moi l’ensemble du dossier. Je considérerai cela comme un signe de votre manque d’accord.

Avec mes meilleures salutations de camarade, Lénine.

Enregistré par M.V. le 5 mars 1923.

Vérifié : M.Volodicheva. [8]

Lorsque j’ai proposé au camarade Lénine, par l’intermédiaire de son secrétaire (le camarade Lénine était alors très malade et n’était pas autorisé à rencontrer des personnes), de montrer aux membres du Politburo sa note et sa lettre du 30 décembre, qui m’avaient été envoyées secrètement, afin d’obtenir un changement de cap dans la question nationale de la manière la moins douloureuse possible, le camarade Lénine a formellement refusé de m’autoriser à le faire. Il a dit ce que j’avais déjà été contraint de rapporter lors d’une session du Présidium du XIIe Congrès : « En aucun cas », me répondit V. I. par l’intermédiaire de son secrétaire. « Il (il s’agit du camarade Kamenev, qui était envoyé en Géorgie) dira tout à Staline, et Staline aura recours à un sale compromis, puis vous trompera. »

Je ne peux m’empêcher de noter ici que la lettre du camarade Lénine, que le Conseil des Anciens [9] au XIIe Congrès a dit, comme une évidence, qu’il fallait la publier (peut-être seulement après avoir supprimé, comme d’autres l’ont proposé, les aspects personnels trop tranchés), n’a toujours pas été publiée à ce jour. [10]

Lénine photographié en 1923

4. [11] L’une des questions centrales du XIIe Congrès était la question soulevée par le camarade Lénine au sujet de la réorganisation du Rabkrin [Commissariat du peuple à l’inspection ouvrière et paysanne] et de la Commission centrale de contrôle. Il est remarquable que même cette question ait souvent été présentée, et continue de l’être, comme un point de désaccord entre moi et le camarade Lénine, alors que cette question, tout comme la question nationale, jette une lumière entièrement différente sur les groupements au sein du Politburo. Il est tout à fait vrai que j’ai eu une attitude très négative à l’égard du vieux Rabkrin. Cependant, dans son article « Mieux vaut moins mais mieux », le camarade Lénine a donné une évaluation beaucoup plus dévastatrice de Rabkrin que je n’aurais décidé de le faire : « Le Commissariat du peuple à l’inspection ouvrière et paysanne ne jouit pas actuellement de la moindre autorité. Tout le monde sait qu’aucune autre institution n’est plus mal organisée que notre Inspection ouvrière et paysanne et que, dans les conditions actuelles, on ne peut rien attendre de ce Commissariat du peuple. » [12] Si l’on se souvient de celui qui a dirigé Rabkrin le plus longtemps [Joseph Staline], il n’est pas difficile de comprendre contre qui cette caractérisation était dirigée, ainsi que l’article sur la question nationale.

Mais quelle a été l’attitude du Politburo face à la proposition du camarade Lénine de réorganiser Rabkrin ? Le camarade Boukharine ne pouvait se résoudre à publier l’article du camarade Lénine ; le camarade Lénine, de son côté, avait insisté pour qu’il soit publié immédiatement.

N.K. Krupskaya [l’épouse de Lénine] m’a parlé de cet article au téléphone et m’a demandé d’intervenir pour que l’article soit publié le plus rapidement possible [13]. Lors de la session du Politburo qui fut rapidement convoquée sur ma proposition, tous les participants (les camarades Staline, Molotov, Kouïbychev, Rykov, Kalinine et Boukharine) s’opposèrent non seulement au plan du camarade Lénine, mais même à la publication de son article. Les membres du Secrétariat s’y sont opposés de façon particulièrement nette et catégorique. Devant l’insistance du camarade Lénine à lui montrer son article sous forme imprimée, le camarade Kouïbychev, futur commissaire du peuple de Rabkrine, proposa à la même session du Politburo d’imprimer un seul exemplaire d’un seul numéro de la Pravda avec l’article du camarade Lénine, afin de le rassurer tout en cachant l’article au parti. J’ai essayé de prouver que la réforme radicale proposée par le camarade Lénine était elle-même progressiste – à condition, bien sûr, qu’elle soit correctement mise en œuvre – mais que, même s’il y avait une évaluation négative de cette proposition, il serait ridicule et absurde de protéger le parti contre les propositions du camarade Lénine. On m’a répondu par des arguments dans l’esprit du même vieux formalisme : « Nous sommes le CC, nous portons la responsabilité, nous déciderons ». Je n’ai été soutenu que par le camarade Kamenev, qui est arrivé avec près d’une heure de retard à la session du Politburo. Le principal argument avancé en faveur de l’impression de l’article était le fait que, tout de même, on ne cache pas l’article de Lénine au parti.

Plus tard, entre les mains de ceux qui ne voulaient pas l’imprimer, la lettre a été traitée comme s’il s’agissait d’une bannière spéciale dans le but de la retourner… contre moi. Le camarade Kouibyshev, ancien membre du Secrétariat, fut placé à la tête du CCC. Au lieu de lutter contre le plan du camarade Lénine, on a choisi de le « rendre inoffensif ». Quant à savoir si le CCC, au cours de toutes ces péripéties, a reçu le caractère d’un organe indépendant et impartial du parti, défendant et affirmant les droits et l’unité du parti contre tout excès administratif dans le parti, je n’entrerai pas dans une discussion sur cette question ici, car je pense que la question est déjà claire sans cela.

5. Ce sont les épisodes les plus instructifs de ces derniers temps concernant ma « lutte » contre la politique du camarade Lénine. N’est-il pas frappant que la « Réponse » des membres du Politburo passe sous silence ces faits de l’année dernière, qui ne sont que trop clairs et indiscutables, et juge nécessaire d’introduire la proposition du camarade Lénine en 1921 (!) de m’envoyer en Ukraine en tant que « Narkomprod plénipotentiaire [commissaire du peuple à l’alimentation] » ? Ce fait, cependant, est présenté de manière erronée et expliqué de manière tendancieuse. À l’automne 1921, le camarade Lénine craignait que les Ukrainiens ne déploient pas assez d’énergie pour collecter l’impôt en nature (à l’époque, cette question était très importante) et il a proposé de m’envoyer (non pas au nom du Narkomprod, mais au nom du CC) pour exercer la « pression » correspondante. Au cours des trois ou quatre premières années, j’ai effectué plus d’un voyage de ce type : non seulement au front, mais aussi dans le Donbass, dans l’Oural (deux fois) et à Petrograd. Aucun de ces voyages n’avait à voir avec les désaccords internes au sein du Politburo, mais répondait à des questions professionnelles impossibles à reporter. Comme un précédent voyage en Ukraine m’avait convaincu que les camarades ukrainiens feraient eux-mêmes ce qui était nécessaire, j’ai estimé que mon voyage n’était pas nécessaire. Le désaccord était de nature purement pratique. La proposition du camarade Lénine a été acceptée. J’ai ensuite proposé, afin d’éviter toute confusion dans nos relations, d’être nommé temporairement (pour quatre à six semaines) Narkomprod [commissaire du peuple à l’alimentation] de l’Ukraine. Cette proposition a également été acceptée (sans pour autant me libérer de mes autres obligations). Mais le lendemain, après avoir reçu des informations plus rassurantes de Kharkov, Lénine vint me voir au Commissariat militaire et me proposa d’annuler la décision d’hier, ce que j’accueillis naturellement avec sympathie, car je considérais la résolution adoptée comme inutile. [14] Tout cet épisode insignifiant n’a donc rien à voir avec les problèmes qui se posent aujourd’hui au parti. Le fait d’introduire cet épisode insignifiant et oublié depuis longtemps est en soi un indicateur extrêmement clair que pour alimenter et soutenir la légende sur ce qui est virtuellement ma ligne « anti-léniniste », il n’y a pas de faits ou de matériel qui soient plus convaincants ou de meilleure qualité. Il n’y en a pas et il ne peut pas y en avoir. Car une légende malveillante, même si elle est soutenue assidûment, reste une légende.

« Sous-estimer » le rôle de la paysannerie

L’une des « accusations » les plus fantastiques, qui a été faite plusieurs fois en passant ou dans mon dos, mais qui est maintenant formulée ouvertement, est ma prétendue « sous-estimation » du rôle de la paysannerie dans notre révolution. Les auteurs de la lettre ne tentent pas le moins du monde de prouver cette déclaration, car il ne peut y avoir de telles preuves. Il serait trop inapproprié de se lancer ici dans une revue des désaccords sur l’évaluation des forces internes de la révolution à l’époque, disons, de 1905-1914. Depuis lors, nous avons tous trop appris pour pouvoir déduire les évaluations d’aujourd’hui d’une manière purement formelle des désaccords de l’époque. Il y a longtemps que j’ai republié mes travaux les plus fondamentaux dans ce domaine (« Résultats et perspectives » et « Nos désaccords »). J’ai reconnu et corrigé depuis longtemps, en paroles et en actes, ce qui était erroné dans mes opinions de l’époque. Quoi qu’il en soit, mes anciennes opinions ne m’ont pas empêché, mais m’ont même aidé à accepter les thèses d’avril (1917) du camarade Lénine, devant lesquelles tant de ceux qui se disaient « léninistes » ont reculé [15]. Et plus important encore, ils ne m’ont pas empêché d’avancer côte à côte avec Lénine pendant la période préoctobre et ensuite pendant la révolution d’Octobre. Si l’analyse des forces et l’évaluation des classes sont soumises à une épreuve suprême, c’est précisément à l’époque d’une grande révolution. C’est pourquoi je ne trouve pas nécessaire – du moins dans le cadre de cette lettre – de revenir à la période d’avant octobre.

Lénine parle à Petrograd en 1917 (extrait de Tsar To Lenin)

Où donc trouve-t-on l’expression de ma « sous-estimation » de la paysannerie après octobre ? Pendant les trois premières années de la révolution, je me suis occupé presque exclusivement de la formation de détachements de paysans avec l’aide d’ouvriers avancés. Ce travail à lui seul serait plus que suffisant pour forcer quiconque à comprendre le rôle de la paysannerie et la relation des classes fondamentales dans notre révolution. C’est précisément mon expérience militaire qui m’a obligé à être toujours sur mes gardes pour tout ce qui concerne la paysannerie. Pour le prouver – pour autant qu’une preuve soit nécessaire – je vais présenter quelques faits d’importance variable, mais qui sont tout aussi convaincants pour la question donnée.

a. Après la mort de Y. M. Sverdlov [en 1919], lorsque le camarade Lénine a avancé l’idée de nommer le camarade Kamenev président du VTsIK [Comité exécutif central panrusse], je me suis prononcé en faveur de la nomination à ce poste d’une personnalité capable d’attirer la paysannerie. Lorsque le camarade Lénine, suivi par le Politburo, a accepté ce plan, j’ai nommé le camarade Kalinine.

Mikhaïl Kalinine, membre du Politburo en 1923. Comme Molotov, il s’est toujours rangé du côté de Staline dans les luttes internes au parti et a réussi à survivre à la Grande Terreur.

b. En mars 1919, dans un rapport au CC, je défendais la nécessité de fixer notre ligne de conduite à l’égard du paysan moyen d’une manière fondée sur des principes ; je m’élevais contre l’attitude inattentive ou superficielle que l’on pouvait encore observer dans le parti sur cette question. Dans ce rapport, qui s’inspirait directement d’une discussion que j’avais eue avec l’organisation Sengileyevsky [16], j’écrivais : « La situation politique temporaire, bien que peut-être prolongée, est cependant une réalité sociale et économique beaucoup plus profonde, car même en cas de révolution prolétarienne victorieuse en Occident, nous devrons, dans notre construction socialiste, prendre comme principal point de départ le paysan moyen, en l’entraînant dans l’économie socialiste».

c. Sous l’influence des états d’âme de l’armée et de l’expérience acquise lors d’une visite économique dans l’Oural, j’écrivis au CC en février 1920 : « La politique actuelle de réquisitions égales selon l’échelle alimentaire, de responsabilité mutuelle pour les livraisons et de distribution égale des produits manufacturés, tend à abaisser le statut de l’agriculture et à disperser le prolétariat industriel, et menace d’entraîner une rupture complète dans la vie économique du pays ».

Comme mesure pratique de base, j’ai proposé « La réquisition des excédents devrait être remplacée par un paiement en pourcentage (une sorte d’impôt progressif sur le revenu), l’échelle de paiement étant fixée de manière à ce qu’une augmentation de la surface labourée ou une culture plus approfondie produise encore un certain profit ». [17]

On peut certes dire que cette proposition de 1920 était prématurée, mais, en tout état de cause, elle ne peut être interprétée comme une attention insuffisante accordée au rôle et à l’importance de la paysannerie.

d. L’essentiel des discussions qui eurent lieu au CC à la veille du congrès sur la question de la « smychka » [l’alliance de la classe ouvrière et de la paysannerie] consista dans le fait que je montrai, en plein accord avec toute l’orientation du discours principal du camarade Lénine au XIe congrès, que la smychka était devenue fondamentalement un problème de rapport de prix (ciseaux), et que la clé de cette smychka ne résidait pas dans des formules d’agitation, ni dans des diversions politiques, mais dans l’abaissement des coûts de la production d’État par une organisation correcte. Même si cette idée avait été erronée, elle ne contient aucune « sous-estimation » du rôle de la paysannerie. Mais cette idée s’est avérée tout à fait correcte. Nous nous heurtons maintenant de plein fouet au problème des prix [18].

e. Au XIIe Congrès, le camarade Kamenev a confirmé que l’initiative de la discussion du problème de l’achat et de l’exportation corrects des céréales m’appartenait. Ce fait peut être prouvé sans aucune difficulté avec les documents appropriés. [19]

Je balaie donc les affirmations infondées et manifestement farfelues sur ma ligne quelque peu incorrecte concernant la paysannerie comme une légende artificiellement créée pour justifier les barrières qui ont été dressées à l’intérieur du parti.

Le parti et l’État

Une autre invention tout aussi infondée est l’affirmation selon laquelle j’essaierais d’affaiblir la dépendance de l’appareil d’État à l’égard du parti. En réalité, tous mes efforts ont été et sont orientés vers la garantie d’une direction réelle, authentique et véritable du parti dans toutes les questions fondamentales, et non pas simplement d’une intervention épisodique de temps à autre. Afin d’étayer mes propos, j’introduirai ici un extrait (parmi d’autres) de la lettre que j’ai adressée aux membres du CC le 22 mars de cette année :

1. La caractérisation de notre appareil d’État comme socialement hétérogène, radicalement instable et hautement susceptible de subir des influences hostiles. Le danger est énorme dans les conditions de la NEP.

2. L’appareil d’État a évolué vers sa forme actuelle au cours de ces cinq années, bien que toute l’époque précédente ait été marquée par les efforts des organisations, groupes et cellules du parti pour diriger immédiatement le travail gouvernemental pendant toute la période de cinq ans. La raison en est que les méthodes et les moyens utilisés par le parti pour influencer l’appareil étaient essentiellement primitifs et épisodiques. Nous avons besoin d’un changement radical à cet égard. Ce changement doit commencer par le travail du CC et de son Politburo.

3. Le Politburo doit définir avec ses départements les problèmes fondamentaux de leur travail de manière planifiée, c’est-à-dire un programme de leur activité à long terme et, en relation avec cela, un noyau de base de personnel doit être établi.

4. Le Politburo doit examiner périodiquement les rapports et les comptes de ses services, en vérifiant qu’ils ont bien exécuté le programme.

5. Par une pression et une vérification constantes, le Politburo doit établir des méthodes planifiées de réaffectation ou de formation du personnel dans tous les départements. Le Politburo doit s’abstenir d’examiner les innombrables conflits départementaux et interdépartementaux, ou les appels financiers ; ce travail doit être confié aux agences soviétiques.

6. Le Politburo et l’Orgburo doivent renoncer au système qui domine actuellement, à savoir celui qui remplace la direction et les missions du parti par la mesquinerie et le harcèlement des secrétaires.

Je ne peux rien ajouter de significatif à cet extrait, qui réfute de manière assez convaincante cette légende absurde.

Après le XIIe congrès, le Politburo a apparemment voulu tenter d’adopter la voie que j’avais proposée. Il a adopté une résolution spéciale sur la planification du travail du Politburo. Cette résolution n’a toutefois jamais été mise en œuvre. Un régime de chaos dans la résolution des problèmes est, comme auparavant, identifié à la dictature du parti. Le désir d’introduire un plan ou un système dans les méthodes et les formes de la dictature du parti est dénoncé comme ébranlant les fondements de cette même dictature.

L’orientation de la planification

Nous avons déjà vu plus haut comment le camarade Lénine a soulevé la question de la direction de la planification de l’économie dans sa note sur le Gosplan. Les auteurs de la lettre répètent à plusieurs reprises que dans le domaine de l’économie, les succès rapides sont impensables, qu’il ne faut pas se presser, qu’il ne faut pas être nerveux, etc. Toutes ces considérations sont cependant dénuées de sens lorsque l’on sait que nous traversons une crise aiguë dont l’une des causes principales, selon moi et selon les déclarations des plus grands spécialistes de l’économie, est le manque de coordination entre les éléments de base de notre économie, principalement entre les finances, d’une part, et l’industrie et le commerce, d’autre part. S’il est vrai que les succès rapides dans le domaine de l’économie sont impossibles, il est tout aussi vrai que les échecs rapides, les crises, les goulets d’étranglement et les catastrophes individuelles sont tout à fait possibles en l’absence de circonspection et d’orientation de la planification. J’ai déjà cité dans ma lettre la récente déclaration des camarades Rykov et Piatakov, qui se lit comme suit : « Plusieurs décisions du Politburo nous obligent à attirer l’attention sur le fait que, dans les conditions qui se développent, la conduite de la production d’État qui nous a été confiée devient extrêmement difficile. La signature du camarade Rykov sous la “Réponse” n’affaiblit pas, mais au contraire augmente la signification de sa signature sous les mots cités. Le camarade Piatakov, membre du CC qui, à la demande du Politburo, a d’abord travaillé au Gosplan, puis a dirigé le Conseil suprême de l’économie populaire, a signé une note qui indique que l’absence de direction planifiée de l’économie est l’une des principales raisons de nos crises et de nos effondrements.

Le 11 octobre, les représentants des syndicats les plus importants ont signé une note dont la principale conclusion est la suivante : il faut coordonner le travail des différentes agences gouvernementales qui créent les principales conditions de travail de l’industrie et exercent une influence énorme, parfois écrasante, sur les prix de ses produits, et qui déterminent également leur propre politique autonome et leur propre “comptabilité analytique”, sans s’orienter pleinement vers la circulation des marchandises et le commerce dans le pays ».

Dans une lettre envoyée le 14 octobre, l’un des dirigeants les plus influents de l’industrie, le camarade Bogdanov, déclare : « Le genre de choses qui se produisent maintenant, alors que la restriction du crédit, établie par la Banque d’État en juillet, était absolument inconnue de l’industrie, est inadmissible et ne peut que conduire à la panique et à la perturbation du marché. »

On pourrait multiplier à l’infini le nombre de ces exemples absolument indiscutables. Et tout cela s’est produit dans les sept mois qui ont suivi le XIIe Congrès. L’absence d’une véritable gestion de la planification, qui conduit inévitablement à l’improvisation et à des décisions accidentelles, est le mal principal. Pendant ce temps, face à ce fait absolument indiscutable, la « Réponse » des membres du Politburo déclare que parler de « régulation souple et maniable de la planification » n’a pas de contenu réel, consiste en des « phrases » (!) et ne mérite que le « ridicule » (!).

Je dois dire ici que les auteurs de la lettre ont écarté de leur mémoire les résolutions du XIIe Congrès. On y lit, mot pour mot : « la planification sous la NEP ne diffère que légèrement en étendue de la planification sous le communisme de guerre. Mais elle diffère de la façon la plus radicale par ses méthodes. L’administration par les directions centrales est remplacée par la manœuvre économique. » [20] Ainsi, lorsque j’insiste sur la nécessité d’une réglementation planifiée, manœuvrable et flexible, je ne fais que répéter le texte de la résolution du congrès du parti. Et les résolutions du congrès du parti ne doivent pas être « ridiculisées », mais appliquées.

La même résolution du congrès se poursuit : « Il est nécessaire de donner au Gosplan un statut plus précis, une organisation plus ferme, des droits plus clairs et indiscutables, et surtout des obligations. Il faut établir comme principe inébranlable que pas une seule question économique d’État ne sera décidée dans les instances supérieures de la république sans l’implication du Gosplan. » Cela a-t-il été fait ? Pas le moins du monde.

Et enfin : « Nous devons lutter, avec le Gosplan comme intermédiaire », a déclaré le XIIe Congrès, « contre la création de toutes sortes de commissions temporaires et accessoires qui enquêtent, dirigent, vérifient, préparent, et ainsi de suite, ce qui constitue la plus grande lacune de notre travail d’État. Nous devons garantir un travail correct par le biais d’agences normales et permanentes. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible d’améliorer ces organismes et de leur donner la souplesse nécessaire, en les adaptant parfaitement aux tâches qui leur sont confiées et en s’appuyant sur une expérience continue. » [21]

Cette dernière citation de la résolution du XIIe Congrès est particulièrement claire et convaincante à la lumière des dernières informations, notamment en ce qui concerne la création d’un certain nombre de commissions spéciales sur les salaires, les prix, etc. « La lutte pour la baisse des prix a déjà commencé », dit la lettre des membres du Politburo, comme s’il s’agissait d’une sorte de mission indépendante et isolée. Les prix sont le produit de l’ensemble de notre travail économique, y compris sa régulation planifiée, manœuvrable et flexible. Le fait même de former une commission spéciale pour faire baisser les prix signifie que le travail des agences normalement existantes n’est pas correct et constitue, selon le XIIe Congrès, « la plus grande lacune de notre travail d’État ».

Nous devons à tout prix appliquer la résolution du XIIe Congrès concernant le Gosplan. Nous devons en faire l’état-major de l’économie. Nous devons garantir les droits du Gosplan conformément aux propositions du camarade Lénine citées plus haut.

Questions de politique étrangère

1. La « Réponse » donne une image fondamentalement erronée du déroulement des négociations diplomatiques liées à l’ultimatum de Curzon [22]. Ici, l’auteur de la lettre s’est manifestement fié à sa mémoire et aucun des signataires n’a vérifié de documents. Il me faudrait surcharger cette lettre de références et de citations pour redresser les affirmations manifestement erronées regroupées en quelques lignes de la « Réponse ». Je suis prêt à le faire si nécessaire, à l’endroit et au moment opportuns. Je me limiterai maintenant à dire que sur les quatre notes relatives à l’ultimatum, la première a été rédigée par le camarade Litvinov et moi-même, la deuxième par moi, la troisième par le camarade Tchitchérine et la quatrième par moi.

2. Notre politique à l’égard de la Pologne se passe désormais de tout commentaire. Le changement de politique sur lequel j’avais insisté il y a un mois a été opéré pour l’essentiel. Les relations avec la Pologne ont finalement été placées non pas au niveau de questions formelles de troisième ou de dixième ordre, mais au niveau de négociations sur les droits de transit et la non-intervention militaire. C’est la seule façon correcte, réaliste et professionnelle de poser la question, capable d’obtenir certains résultats pratiques, peut-être même substantiels, et de créer en même temps une position claire pour nous devant les masses populaires de notre propre pays. Pour la période actuelle, la question est donc épuisée.

Je ne sais absolument pas pourquoi et pour quelle raison le Politburo a choisi en cours de route de prendre le camarade Tchitchérine sous sa protection contre mes attaques soi-disant « inappropriées ». J’ai critiqué telle ou telle proposition qu’il a faite, comme j’ai critiqué la politique de la majorité du Politburo, dans la mesure où je la trouvais incorrecte. Il n’y a pas et il n’y a pas eu d’attaques « inappropriées ».

Sur la révolution allemande

Les désaccords sur le problème de la révolution allemande sont décrits de manière incorrecte et partiale. J’ai le sentiment que ces désaccords ont été fondamentalement éliminés par les résolutions qui ont été adoptées après une lutte très sérieuse et très vive, puis par les résolutions pratiques qui ont été adoptées. La lutte s’est déroulée autour de trois questions : 1) l’importance ou l’insignifiance de la fixation d’une date, 2) le conseil des députés par rapport aux conseils industriels (comités d’usine) et 3) les relations entre le comité central du parti communiste allemand et la position de Berlin. Nous avons adopté une résolution dans laquelle nous avons souligné (après avoir traversé une sérieuse lutte interne) que le plus grand danger pour la révolution allemande serait une orientation insuffisamment décisive des cercles dirigeants du parti allemand vers un soulèvement armé, ce qui présuppose un plan et un délai. Il suffit de rappeler notre propre expérience d’avant octobre pour comprendre à quel point une position claire et bien définie est nécessaire ici. L’essence des désaccords qui ont eu lieu est décrite dans mon article sur la « programmation [d’une révolution] », qui a été publié dans la Pravda [23]. En proposant la résolution, j’ai combattu aussi résolument que possible la sagesse pseudo-marxiste qui affirme qu’une « révolution » (en fait, la prise du pouvoir) ne peut pas être faite selon un calendrier, etc. Sans une discussion claire et précise de ces questions, nous serions confrontés au plus grand danger que les événements allemands se déroulent comme en Bulgarie. D’après toutes les informations, et en particulier d’après les rapports du camarade Miliutin, représentant officiel du Comintern, nous avons perdu la révolution en Bulgarie précisément parce que nous n’avons pas traité le soulèvement comme un art alors que nous aurions dû le faire [24]. Nous entrons maintenant dans une période des plus grandes convulsions militaires et révolutionnaires, et la question du soulèvement dans tout son caractère concret devient l’une des questions les plus importantes de la politique communiste.

Sur la deuxième question, on tenta d’imposer au parti allemand la création d’un conseil des députés à côté des conseils industriels déjà existants [25]. Après une lutte très vive, ce projet, qui aurait pu coûter cher au parti communiste allemand, fut abandonné.

Soldats allemands fouillant des passants près d’une barricade pendant le soulèvement de Hambourg. Le soulèvement a eu lieu le jour même où Trotsky a écrit cette lettre, le 23 octobre 1923.

L’affirmation selon laquelle j’aurais parlé avec mépris du Comité central allemand est un monstrueux mensonge. Au contraire, dans tout mon travail – et pas seulement pendant un mois – j’ai insisté sur la nécessité de soutenir fermement le CC allemand contre les dirigeants peu sérieux de la gauche berlinoise. Mais je n’ai jamais caché à l’ensemble de la délégation allemande le danger global que représentait son attitude temporisatrice à l’égard du soulèvement. C’est ici que l’aide et l’influence les plus décisives sont nécessaires. La moindre maladresse ou le moindre manque de préparation sont absolument inadmissibles. Depuis le dernier Plenum, beaucoup a été fait dans le sens indiqué.

Éléments personnels dans la lettre des membres du Politburo

La « Réponse » contient un certain nombre d’éléments personnels et d’accusations, que je serais très heureux d’ignorer si c’était possible. Mais cela reviendrait à me réconcilier silencieusement avec le fait que les auteurs de la lettre semblent vouloir rendre impossible tout travail collectif fondé sur des principes. Je ne veux ni ne peux accepter cela. Je considère donc qu’il est nécessaire de montrer que les auteurs de la lettre se trompent fondamentalement lorsqu’ils tentent de faire des questions personnelles le motif de l’impossibilité de travailler de manière correcte et saine, ce qui serait réellement possible si les aspects manifestement erronés et nuisibles du parti et du régime économique actuels étaient corrigés. La signification des passages correspondants de la « Réponse » peut être réduite au fait que mes conceptions sur le rôle de la gestion de la planification, sur la bureaucratisation de l’appareil du parti et ainsi de suite ne sont ni plus ni moins que les produits d’ambitions personnelles : « Nous déclarons, écrivent les auteurs de la lettre, que, tout comme auparavant, le Politburo ne peut assumer la responsabilité de satisfaire les prétentions du camarade Trotsky à sa dictature dans la direction de l’économie, en plus des pouvoirs qu’il détient déjà en tant que président du Conseil militaire révolutionnaire. Il est de notre devoir de dire : nous ne pouvons pas assumer la responsabilité d’une expérience risquée dans ce domaine ». [26]

Cette présentation de l’affaire est absolument incroyable à la lumière des faits précédents. Je vais présenter les plus indiscutables et les plus évidents d’entre eux. Le 6 janvier de cette année, dans une lettre spéciale adressée à tous les membres du CC, le camarade Staline a proposé, entre autres, les mesures suivantes :

[…] 3) Nommer le camarade Piatakov à la tête du Conseil suprême de l’économie populaire [VSNKh] et lui donner comme adjoint le camarade Bogdanov (pour moi, il est clair que le camarade Bogdanov n’a pas été capable et ne sera pas capable de rassembler sous sa direction tous les trusts éparpillés).

4) Nommer le camarade Trotsky vice-président du Conseil des commissaires du peuple (proposition du camarade Lénine) et lui confier le Conseil suprême de l’économie populaire.

5) Je pense que ces changements pourraient faciliter notre travail de liquidation du « chaos ».

Il est absolument clair que le camarade Staline a fait ces propositions écrites à l’insu des autres membres du Politburo.

Lénine malade avec Georgy Piatakov, futur leader de l’Opposition de gauche, à Gorky. La photo a été prise entre le début du mois d’août et le 24 septembre 1922. RGASPI, f. 393, op. 1, d. 329.

Le 17 janvier, le camarade Staline écrit dans une autre lettre circulaire : « Je ne verrais pas d’inconvénient à ce que le camarade Trotsky soit nommé simultanément vice-président du Conseil des commissaires du peuple et président du Conseil suprême de l’économie populaire [VSNKh], ou vice-président du Conseil des commissaires du peuple et président du Gosplan. » Mes objections orales et écrites à ces propositions, purement orientées vers le travail, étaient en partie de nature organisationnelle et en partie de nature personnelle. Il n’est pas nécessaire de les répéter maintenant. De plus, cette correspondance peut être consultée. C’est moi qui essayais de prouver qu’il était trop difficile de combiner les fonctions de militaire et de président du Conseil suprême de l’économie populaire. Le camarade Staline essayait de prouver que c’était possible. Quoi qu’il en soit, comme on le voit, les choses ne se sont pas passées comme prévu : d’une part, il y a eu des « prétentions personnelles » à assumer le poste de président du VSNKh, etc., et, d’autre part, il y a eu le refus du Politburo d’assumer la responsabilité de cette « expérience risquée ». En réalité, le camarade Staline, avec l’accord incontestable des autres membres du Politburo, a proposé avec insistance cette expérience, estimant qu’elle pourrait contribuer à « liquider le chaos ». J’évitais cette responsabilité supplémentaire, craignant – entre autres – les résultats d’une tentative d’en faire trop et les aspects négatifs du cumul des fonctions. Au XIIe Congrès du Parti, le camarade Staline a même jugé nécessaire de déclarer publiquement que je n’étais pas enclin à un travail plus important [27]. Comment concilier tous ces faits et déclarations avec ce qui m’est maintenant attribué dans la « Réponse », à savoir que j’essaierais de devenir président du Conseil suprême de l’économie populaire ?

En même temps, mon désir est si fort qu’il est la seule raison pour laquelle je fais telle ou telle proposition de principe ou d’organisation. N’est-ce pas vraiment monstrueux !

Après le XIIe Congrès (25 avril 1923), le camarade Rykov, qui refuse le poste de président du VSNKh, écrit au Politburo :

Dans une de ses propositions envoyées aux membres du CC, le camarade Staline a offert la direction du VSNKh au camarade Trotsky. Je ne vois aucune raison de rejeter cette proposition, étant donné que le camarade Trotsky a repris l’étude de l’industrie et de l’économie à plusieurs reprises au cours des dernières années et qu’il connaît très bien les principaux problèmes de la pratique économique actuelle ainsi que l’appareil de direction de l’industrie.

Le succès extraordinaire que le rapport du camarade Trotsky a rencontré au congrès est la garantie que le parti approuvera pleinement sa nomination.

Le travail du camarade Trotsky au VSNKh doit être lié à sa participation au travail général du gouvernement, aidé par la reconstruction du Conseil du Travail et de la Défense que le camarade Staline a proposé dans sa lettre.

Alexei Rykov, l’un des principaux représentants de l’aile droite de la direction bolchevik, au Kremlin, 1924

Comment diable, je le demande maintenant, peut-on changer après coup toute l’histoire de ce qui s’est passé ? Comment concilier les propositions du camarade Staline qui ont été citées avec sa signature sous la dernière « Réponse » ? Comment pouvons-nous combiner la déclaration du camarade Rykov avec son rejet actuel de mes prétendues prétentions à m’emparer du VSNKh ? D’où vient tout cela ? À quoi tout cela sert-il ? Je refuse de comprendre.

Et n’est-il pas vraiment monstrueux de prétendre que plusieurs dizaines de vieux travailleurs irréprochables du parti formulent leurs points de vue et leurs exigences dans une lettre au CC dans le seul but de […] m’assurer le poste de président du VSNKh ? Et quand cela se fait-il ? Précisément lorsque la combinaison du travail militaire et économique est la moins réalisable, tant du point de vue économique que du point de vue militaire.

2. Je dois présenter un autre épisode, qui montre comment l’histoire se fait et comment elle s’écrit. Lors de la session du Politburo qui travaillait sur l’ordre du jour du XIIe Congrès, le camarade Staline, avec le soutien du camarade Kamenev, du camarade Kalinine et, si je ne me trompe pas, du camarade Tomsky (le camarade Zinoviev était absent), a proposé que je prenne en charge le rapport politique du CC. La question fut discutée au Politburo sur le ton le plus calme et le plus professionnel. J’ai répondu que si quelqu’un devait faire un rapport politique complet, cela ne ferait qu’augmenter la dépression dans le parti qui avait été causée par la maladie de Vladimir Ilitch. Il serait donc préférable de se limiter à un rapport politique plus court, que le camarade Staline pourrait combiner avec son rapport organisationnel. Les questions fondamentales pourraient alors être examinées dans les points correspondants de l’ordre du jour. « En outre, ajoutai-je, nous avons encore des désaccords importants sur les questions économiques. Le camarade Kalinine s’opposa à ce dernier commentaire et déclara : « La majorité de vos propositions ont été adoptées par le Politburo, et vous n’avez aucune raison de refuser de présenter le rapport politique. » J’ai cependant continué à insister sur ma proposition. La question n’a pas été tranchée lors de cette session, et toute l’affaire, comme nous le savons tous, a alors pris une tournure absolument nouvelle. Mais n’est-il pas clair que le fait que je viens de présenter et qui, bien sûr, ne peut être effacé de l’esprit des participants à cette session du Politburo, est en contradiction flagrante avec l’image générale qui est maintenant donnée après coup par la « Réponse » des membres du Politburo pour expliquer et justifier un système de barrières artificielles dans le parti ?

3. L’accusation selon laquelle j’ai, ces dernières années, « accordé une attention absolument insuffisante à l’armée » est absolument incompréhensible. Je ne sais pas comment expliquer ce reproche : cela signifie-t-il que ma journée de travail est trop courte ou que j’occupe ma journée de travail avec d’autres choses ? En exécutant les innombrables missions du CC, j’ai plus d’une fois été contraint de souligner que ces missions m’éloignaient du travail militaire. La préparation du rapport et des thèses sur l’industrie m’a par exemple demandé environ deux mois de travail intensif.

Trotsky à Moscou avec des soldats de l’Armée rouge, 1922

La participation aux travaux du Comintern [l’Internationale communiste] prend beaucoup de temps. Le seul travail que j’effectue sans être mandaté par le Politburo est la participation au Moskust (Groupe mixte de Moscou) [28], mais cela ne prend pas plus de deux ou trois heures par mois. Dans la « Réponse », il y a, il est vrai, une allusion au « travail sur les problèmes de la littérature, de l’art, de la vie quotidienne et ainsi de suite » comme raison de l’attention insuffisante accordée à l’armée. Mais cette allusion a été faite de manière indirecte précisément parce que, comme les auteurs le savent, j’ai travaillé sur ces questions pendant mon traitement médical, alors qu’il m’était interdit de m’engager dans un travail intellectuel stressant. Je ne vois guère de raisons de me justifier devant le parti d’avoir utilisé deux vacances d’été non seulement pour un traitement médical, mais aussi pour écrire des livres sur la littérature et la vie quotidienne [29]. Je ne peux que m’étonner qu’ils essaient de transformer ce fait en accusation [30].

Il est cependant tout à fait exact qu’il n’y a pratiquement pas eu de travail créatif dans le domaine de l’armée en raison de la situation matérielle extrêmement difficile de l’armée, de l’instabilité totale de son budget, des coupes et des réaménagements continus des effectifs, ainsi que des nominations et des licenciements extrêmement fréquents du personnel, qui sont à mon avis absolument insensés du point de vue de l’intérêt de la cause. Tout cela a créé des conditions de travail extrêmement difficiles, en plus de l’introduction d’en haut dans l’armée de cette « politique » spéciale, dont les exemples sont maintenant connus de la majorité des responsables de l’armée et du parti. La « réponse » des membres du Politburo est le développement le plus poussé de cette même politique, dont le sens est absolument clair.

Manque de confiance dans le parti

L’accusation qui serait la plus grave, si elle n’était pas aussi superficielle, c’est quand on m’accuse de ne pas avoir foi dans le parti, et de ne pas pouvoir le comprendre. Une expression que j’ai employée quelque part et à un moment donné à propos de « l’oblomovisme des comités provinciaux » est présentée comme une preuve, sans que l’on explique dans quel sens et à quel propos ces mots ont été prononcés. Enfin, la « Réponse » évalue comme suit ma déclaration selon laquelle, compte tenu des circonstances extrêmement responsables, je me sens obligé de placer le fond de l’affaire au-dessus de sa forme et d’attirer l’attention des travailleurs les plus importants du parti sur la situation qui a été créée : « Nous estimons qu’il s’agit là d’une déclaration absolument inédite dans notre milieu bolchevik ».

Dans cette partie, le sens et le ton de la « Réponse » sont très clairs. Ce que quelques signataires – à l’indignation des autres – ont laissé entendre plus tôt, est dit ici assez clairement : manque de connaissance du parti, manque de confiance dans sa force et dans la force de ses organisations locales, et enfin, déclarations et démarches « inédites dans notre milieu bolchevik ». Je propose que plusieurs membres du Politburo soient plus prudents en parlant de démarches et de déclarations « inédites dans notre milieu bolchevik ». Ma déclaration n’avait et n’a pour but que de pousser le CC à accélérer le changement de cap qui découle irrévocablement de toute la situation. Entre-temps, nous avons eu des cas où, à la veille de batailles décisives et au moment où elles se déroulaient – c’était en octobre 1917 – les postes les plus responsables ont été abandonnés, avec des appels au parti contre le CC – devant des éléments et des ennemis étrangers au parti [31]. J’ai le sentiment que la foi ou le manque de foi dans le parti et ses pouvoirs créatifs se révèlent le plus sûrement et le plus réellement aux jours des plus grandes épreuves, comme celles que nous avons traversées dans tous les coins de notre pays. Il n’y a guère de comité provincial avec lequel je n’ai pas eu à travailler main dans la main pendant les heures les plus difficiles de la guerre civile, et parmi les erreurs que j’ai commises, il n’y a pas eu de manque de foi criminel dans les forces créatrices du parti et de la classe ouvrière. Je rejette cette fausse accusation, avec tout ce qu’elle comporte d’abus délibéré.

* * *

Voici donc mes explications sur les points les plus importants de la lettre des membres du Politburo. La voie la moins douloureuse et la plus courte – je le répète encore une fois – ne peut être trouvée que s’il existe une volonté sérieuse et ferme de la part du groupe dirigeant du CC de supprimer les barrières artificielles qui ont été érigées à l’intérieur du parti, de répondre plus attentivement aux exigences incontournables de changement de cap du parti, et d’aider ainsi le parti à retrouver son indépendance, son agressivité et son unité. Si cette voie était empruntée, le CC rencontrerait le soutien le plus actif de l’écrasante majorité des membres du parti et les questions qui semblent aujourd’hui, ou sont présentées comme des questions personnelles, disparaîtraient d’elles-mêmes.

23 octobre 1923

L. Trotsky

[RGASPI, f.51, op.1, d.21, l.54ob-57ob ; texte imprimé, vérifié d’après le texte dactylographié conservé dans les archives du Comité central du PCUS]

[1] Trotsky fait référence au fait qu’à la veille du XIIe Congrès du PCR (b), lors de nombreuses conférences provinciales du parti, les délégués au Congrès étaient choisis sur recommandation des secrétaires des comités provinciaux qui, à leur tour, à partir de l’été 1922, étaient choisis sur recommandation du CC, c’est-à-dire qu’ils étaient en fait nommés par le secrétariat du CC, qui était dirigé par Joseph Staline.

[2] Trotsky fait référence au groupe d’opposition « Vérité ouvrière » et au « Groupe ouvrier du PCR ». La « Vérité ouvrière » était un groupe illégal du PCR (b) qui s’est formé au printemps 1921. Ses membres estimaient qu’avec le passage à la NEP, le PCR (b) « perdait d’autant plus irréversiblement ses liens et ses contacts avec le prolétariat ». La « Vérité ouvrière » se donne pour objectif « d’introduire la clarté de classe dans les rangs de la classe ouvrière ». Dans quelques-unes de ses publications illégales, il se donne pour tâche de former un nouveau parti ouvrier. Le « Groupe ouvrier du PCR » est formé au printemps et à l’été 1923 par G. Myasnikov et N. Kuznetsov, membres de l’ancienne « opposition ouvrière » qui avaient été expulsés du parti. Il est rejoint par plusieurs vieux bolcheviks qui ne se soumettent pas aux décisions des Xe et XIe congrès du PCR (b) concernant l’inadmissibilité des regroupements internes au parti. Le « Groupe ouvrier du PCR » considère qu’il est nécessaire de former des Soviets (Conseils) de députés ouvriers dans toutes les usines et fabriques ; de choisir les directeurs des trusts et des syndicats lors des congrès des Soviets ; et de suivre le principe de la « démocratie prolétarienne » dans la direction de l’industrie ; de faire des syndicats des organes de contrôle ; d’éliminer le Soviet des Commissaires du Peuple ; et « d’éliminer le groupe dirigeant du parti », qui « a rompu de façon décisive avec la classe ouvrière ». Le plénum de septembre (1923) du CC RCP (b) déclare que « Vérité ouvrière » et « Groupe ouvrier RCP » mènent « un travail anticommuniste et antisoviétique » et déclare que leur participation est incompatible avec l’adhésion au RCP (b). Par résolution de la Commission centrale de contrôle en décembre 1923, les participants actifs de ces groupes ont été expulsés du parti.

[3] Il s’agit de la commission composée de F. E. Dzerjinski, G. E. Zinoviev, V. M. Molotov, A. I. Rykov, I. V. Staline et M.P. Tomsky, formée pour analyser la situation économique et interne du parti, conformément à une résolution du Politburo du CC du 18 septembre 1923. Trotsky est nommé membre de la commission au début du mois de novembre, mais il est contraint de s’en retirer le 14 novembre, n’ayant pu assister à aucune de ses sessions en raison de son mauvais état de santé et d’une surcharge de travail dans d’autres commissions. Dans sa lettre expliquant son retrait de la commission, il a noté que celle-ci s’était souvent réunie dans des délais très courts, ce qui rendait sa participation « physiquement impossible ». La participation active aux sessions avait été précédemment rendue obligatoire pour ses membres par le PB. Rossiiskii Gosudarstvennyi Arkhiv Sotsial'no-politicheskoi istorii (RGASPI), f. 17, op. 171, delo 33, liste 142.

[4] David Riazanov (1870-1938) est une figure importante du mouvement marxiste russe. Pendant la guerre civile, il sympathise avec des groupes d’opposition au Comité central et son expulsion du parti est brièvement envisagée. Il a été nommé directeur du nouvel Institut Marx et Engels (IME), où il a joué un rôle de premier plan dans la publication des Œuvres complètes de Marx et Engels, y compris de nombreux manuscrits inconnus et inédits, tels que la Dialectique de la nature d’Engels et les Manuscrits économiques de Marx. Il est arrêté en mars 1931 et son institut, qui emploie de nombreux anciens et actifs opposants de gauche, est purgé. Riazanov a été assassiné pendant la Grande Terreur en 1938. Sur le rôle de Riazanov dans la société soviétique naissante, voir également : Clara Weiss, « Le peuple immortel : Le premier roman de l’écrivain soviétique Vasily Grossman sur la Seconde Guerre mondiale ». World Socialist Web Site, 14 octobre 2022, URL : https://www.wsws.org/en/articles/2022/10/14/auih-o14.html.

[5] « Fragment zapisok V. I. Lenina o pridannii zakonodatel'nykh funktsii Gosplanu » [Fragment des notes de Lénine sur l’attribution de fonctions législatives au Gosplan], 27 décembre 1922. Rossiiskii gosudarstvennyi arkhiv sotsial'no-politicheskoi istorii (RGASPI), f. 2, op. 1, delo 24050, listy 3-4. Publié en ligne : https://lenin.rusarchives.ru/dokumenty/fragment-zapisok-vi-lenina-o-pridanii-zakonodatelnyh-funkciy-gosplanu

[6] Lénine à Trotsky, copie à M. Frumkin et Stomoniakov, 13 décembre 1922. Harvard University Houghton Library, Leon Trotsky Soviet Papers, MS Russ 13, Box 6, T 766. URL : https://iiif.lib.harvard.edu/manifests/view/drs:483033053$1i

[7] Vladimir Lénine, « La question des nationalités ou de l’ 'autonomisation' », 30 décembre 1922. URL : https://www.marxists.org/archive/lenin/works/1922/dec/testamnt/autonomy.htm.

[8] Lénine à Trotsky, 5 mars 1923. Harvard University Houghton Library, Leon Trotsky Soviet Papers, MS Russ 13, Box 6, T 787a. URL : https://iiif.lib.harvard.edu/manifests/view/drs:483033195$1i. V.I.Lénine, PSS, vol.54, p.329. L.D.Trotsky cite le texte de la lettre de V.I. Lénine d’après la copie dactylographiée dont il disposait et qui a été vérifiée par la secrétaire de V.I. Lénine, M.A. Volodicheva. Dans les Œuvres complètes, la lettre de V.I. Lénine est imprimée d’après une copie dactylographiée transmise au destinataire par téléphone le 5 mars 1923. Dans le texte cité par L.D. Trotsky, il manque la phrase : « et même tout le contraire », qui figure dans les Œuvres complètes de V.I. Lénine après les mots : « … je ne peux pas compter sur leur impartialité ». Dans la phrase suivante de la lettre de Lénine, les mots « … sa défense » apparaissent à un autre endroit dans la copie de L.D. Trotsky. Les deux textes diffèrent de la publication de la lettre dans le livre Arkhiv Trotskogov. Kommunisticheskaia oppozitsia v SSSR, 1923-1927 [Archives de Trotsky. Opposition communiste en URSS. 1923-1927], compilé par Yuri Felshtinsky, vol. 1, M., 1990, p. 34 ; les différences ne modifient toutefois pas le sens.

[9] Le « Conseil des Anciens » était un organe créé deux jours avant l’ouverture du XIIe Congrès de la PCR (B), conformément à une résolution du plénum d’avril 1923 du CC du parti. Stenograficheskii otchet 12-ogo s'ezda RKP/b v Moskve, [Le compte-rendu sténographique du 12e Congrès du Parti du RCP (b)] Moscou 1968, pp. 768, 821.

[10] La lettre de Lénine a été publiée pour la première fois en URSS en 1956.

[11] Ce passage de la lettre de Trotsky a été publié pour la première fois dans la revue Izvestiia TsK KPSS, 1989, n° 11, pp. 180-181.

[12] Lénine, « Mieux vaut moins mais mieux », 2 mars 1923, publié dans la Pravda le 4 mars 1923. URL : https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1923/03/vil19230304.htm

[13] Pour les documents liés à la publication de l’ouvrage de V. I. Lénine, « Comment nous devons réorganiser Rabkrin (Proposition au XIIe Congrès du Parti) », voir Izvestiia TsK KPSS, 1989, n° 11, pp. 179-192. Dans la première publication de cet article dans la Pravda du 25 janvier 1923, les mots soulignés suivants ont été omis : « … de sorte que l’autorité de personne, ni celle du secrétaire général, ni celle d’aucun autre membre du CC, ne puisse interférer avec la réalisation de cette enquête… » Elles ont été publiées pour la première fois dans les Complete Collected Works de Lénine, vol. 45, p. 387.

[14] Selon les documents des archives centrales du parti, aujourd’hui conservées au RGASPI à Moscou, il s’est produit ce qui suit : le 16 juillet 1921, une session du Politburo a examiné la proposition de V.I. Lénine de nommer L.D. Trotsky Narkomprod de l’Ukraine. La proposition fut acceptée, mais compte tenu de la protestation de L. D. Trotsky, le Politburo décida de retarder l’application de cette décision jusqu’à la convocation du plénum du CC du PCR (b). Le plénum du CC, qui se réunit le 9 août 1921, annule la résolution du Politburo et décide que « dans le cadre de l’aggravation de la situation internationale, le camarade Trotsky consacrera plus d’attention au travail militaire ».

[15] Trotsky fait référence à l’adoption de facto de sa perspective de révolution permanente par Lénine à son retour en Russie en avril 1917. Les thèses d’avril de Lénine ont provoqué une opposition amère parmi une couche de vieux bolcheviks de la direction, dont Kamenev, Zinoviev et Staline, qui s’étaient accommodés des mencheviks et insistaient pour maintenir la perspective de l’établissement d’une « dictature du prolétariat et de la paysannerie », ce qui, dans les conditions données, signifiait un rejet de la prise du pouvoir d’État par la classe ouvrière. Cette histoire de la lutte interne du parti fera l’objet des falsifications les plus flagrantes et les plus scandaleuses de la part de la faction de Staline, en particulier à partir de 1924. Pour en savoir plus sur la lutte interne du parti en 1917, voir : Alexander Rabinowitch, The Bolsheviks Come to Power : The Revolution of 1917 in Petrograd (Haymarket Books, 2009) ; Leon Trotsky's Lessons of October (1924). URL : https://www.wsws.org/en/special/library/lessons-of-october-leon-Trotsky-1924/00.html ; et James Cogan, « Lenin's Return to Russia and the April Theses », World Socialist Web Site, 8 mai 2017. URL : https://www.wsws.org/en/articles/2017/05/08/jclf-m08.html.

[16] Cette organisation faisait partie de l’organisation du parti de la province de Simbirsk. Trotsky fait référence au mécontentement et à l’agitation des paysans le long de la Volga au printemps 1919.

[17] Cité dans Leon Trotsky, My Life. An Attempt at an Autobiography, (New York : Dover Publications, 2007), p. 464. URL : https://www.marxists.org/archive/Trotski/1930/mylife/ch38.htm

[18] Avant le XIIe Congrès du Parti, au cours duquel Trotsky prononce le discours sur la situation économique, un vif échange a lieu entre la majorité du Politburo, composée de Zinoviev, Kamenev et Staline, et Trotsky. Le « triumvirat » accuse Trotsky de « sous-estimer » le rôle de la paysannerie dans ses thèses et l’oblige à modifier son rapport. L’échange est partiellement documenté dans : Stenograficheskii otchet 12-ogo s'ezda RKP/b v Moskve, [Le compte rendu sténographique du 12e congrès du parti RCP (b)] Moscou 1968, pp. 810-820. En anglais, E.H. Carr en a parlé dans son ouvrage The Interregnum, 1923-1924 (New York/Londres : Penguin Books, 1969).

[19] Stenograficheskii otchet 12-ogo s'ezda RKP/b v Moskve, [Le compte rendu sténographique du 12e Congrès du Parti RCP (b)] Moscou 1968, pp. 447-448.

[20] Ibid, p. 678.

[21] Ibid, p.678, 679. Cité de manière imprécise, mais sans en dénaturer le sens.

[22] Il s’agit du mémorandum du gouvernement britannique rédigé par le ministre des Affaires étrangères G. N. Curzon. Il a été remis au gouvernement soviétique le 8 mai 1923 et contenait les demandes suivantes : rappeler les diplomates soviétiques d’Iran et d’Afghanistan et s’excuser pour leurs actions prétendument inappropriées contre l’Empire britannique ; réduire la zone d’asile soviétique à trois miles le long de la rive nord de la péninsule de Kolsky, etc. Le gouvernement britannique menace de rompre l’accord commercial anglo-soviétique de 1921. En réponse, le 11 mai 1923, le gouvernement soviétique rejette ces demandes, tout en acceptant de satisfaire plusieurs souhaits secondaires exprimés par les Britanniques. En juin 1923, les deux parties annoncent qu’elles considèrent le conflit comme terminé.

[23] L’article de Trotsky intitulé « Est-il possible de fixer un calendrier précis pour une contre-révolution ou une révolution ? » a été publié dans la Pravda le 23 septembre 1923. Pour la traduction anglaise par John G. Wright, voir : https://www.marxists.org/history/etol/newspape/fi/vol08/no07/Trotski.html

[24] Trotsky fait référence au soulèvement de septembre 1923 contre le gouvernement monarcho-fasciste. Ceux qui se sont soulevés se sont emparés d’un certain nombre de villes, où le pouvoir des ouvriers et des paysans a été proclamé. Le soulèvement a été brutalement écrasé.

[25] Sur les divergences entre Trotsky et la majorité du Politburo à propos de la révolution allemande, voir : Peter Schwarz, « L’Octobre allemand : La révolution manquée de 1923 », World Socialist Web Site, [30 octobre 2008] 6 novembre 2023. URL : https://www.wsws.org/fr/articles/2023/11/06/dpix-n06.html

[26] Pour une raison quelconque, le nom du camarade Kolegaev est mêlé à la question de mes prétentions à la dictature économique. Je ne comprends absolument pas d’où cela vient et à quoi cela sert.

[27] Stenograficheskii otchet 12-ogo s'ezda RKP/b v Moskve, [Le compte rendu sténographique du 12e Congrès du Parti RCP (b)] Moscou 1968, pp. 198-199.

[28] Le groupe combiné de Moscou a été créé au début de la NEP pour contrôler l’activité économique.

[29] Trotsky fait référence à son ouvrage Littérature et Révolution. Voir : http://classiques.uqac.ca/classiques/Trotski_leon/Litterature_et_revolution/Litterature_et_revolution.html

[30] D’ailleurs, le camarade Lénine, avec qui j’ai discuté des articles que j’ai mentionnés et qui sont consacrés à la « culture prolétarienne », a insisté il y a un an et demi pour que j’accélère ce travail. Je n’ai pu le terminer que cet été. — Léon Trotsky.

[31] Trotsky fait à nouveau référence aux positions politiques de G.E. Zinoviev et L.B. Kamenev à la veille de la révolution d’octobre 1917, lorsqu’ils s’opposaient catégoriquement à la prise du pouvoir.

(Article paru en anglais le 23 octobre 2023)

Loading