Perspective

Vingt ans depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis

Il y a vingt ans, le 20 mars 2003, le gouvernement des États-Unis s’est engagé dans l’un des plus grands crimes du XXIe siècle, en lançant une guerre non provoquée et illégale contre l’Irak. Cette guerre a commencé par des bombardements à saturation sur ce pays sans défense («choc et stupeur») qui ont anéanti le gros de ses forces armées et une grande partie de son infrastructure sociale, notamment l’approvisionnement en eau et en électricité, la transformation des aliments et la production de fournitures médicales.

Sur cette photo d’archive du 19 juin 2004, des habitants d’un quartier de Fallujah, en Irak, marchent dans les décombres de leurs maisons, détruites par une frappe aérienne américaine. Les États-Unis ont lancé leur invasion de l’Irak le 20 mars 2003, déclenchant une guerre qui a fait plus d’un million de morts. [AP Photo/Abdul-Kadr Saadi, File]

Ensuite, plus de 130.000 soldats américains équipés des armes les plus sophistiquées sur le plan technologique ont envahi le pays dévasté, passant au travers du peu qui restait de la résistance irakienne organisée et atteignant Bagdad en seulement deux semaines. Après une nouvelle semaine de massacres, les forces américaines se sont emparées de la capitale, ne subissant que 34 pertes dans cette ultime bataille unilatérale, contre des milliers de morts irakiens.

Les méthodes employées par le gouvernement Bush en Irak étaient tout à fait criminelles, conformément à la nature de l’entreprise. La guerre a commencé par une attaque sournoise: des frappes de missiles de croisière contre des bâtiments gouvernementaux où l’on croyait que se trouvait le dirigeant irakien Saddam Hussein, dans le but de l’assassiner. Elle s’est poursuivie par l’utilisation d’armes interdites par le droit international, comme les bombes au phosphore blanc, qui mettent le feu aux villes et provoquent d’horribles brûlures sur la chair humaine. En outre, les forces américaines et britanniques ont tiré environ 440.000 obus à l’uranium appauvri, qui font grimper en flèche les taux de cancer à long terme et provoquent d’horribles malformations congénitales.

Au cours de la guerre, les forces américaines ont eu recours aux formes de torture les plus horribles, comme en témoignent les images choquantes de la prison d’Abou Ghraib. L’autorisation de la torture a été rédigée par les avocats du gouvernement Bush, qui ont affirmé que le président disposait de pouvoirs pratiquement illimités en tant que commandant en chef.

Le résultat de l’invasion, suivie d’une occupation de huit ans, a été qualifié de «sociocide» par le WSWS, c’est-à-dire la destruction délibérée d’une société entière. La conquête impérialiste a réduit l’un des pays les plus avancés du Moyen-Orient à des conditions de barbarie médiévale, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan politique. Les dirigeants américains ont systématiquement encouragé les divisions religieuses et déclenché une guerre sectaire entre les musulmans, sunnites et chiites, ainsi qu’entre les musulmans et les petites minorités religieuses, dans le but d’empêcher toute résistance unie à l’occupation américaine.

S’étant engagés délibérément dans une guerre d’agression, le gouvernement américain et ses principaux responsables – dont George W. Bush, Richard Cheney, Donald Rumsfeld, Condoleezza Rice et Colin Powell – se sont rendus coupables de crimes de guerre. Avec des alliés comme le Premier ministre britannique Tony Blair, ils ont violé le principe fondamental établi par le tribunal de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale, qui a conclu que le crime central des nazis, dont découlaient tous leurs autres crimes, était le lancement de guerres d’agression non provoquées. (Voir ci-dessous les remarques faites par David North en 2004 lors d’un débat à Dublin, en Irlande).

David North s’exprime au Trinity College de Dublin, en Irlande, le 14 octobre 2004.

Les médias américains n’ont accordé qu’une attention superficielle à l’anniversaire de la guerre en Irak. Ce qui a été dit vise à dissimuler l’ampleur colossale du crime et le rôle des médias dans ce crime.

Le cynisme, comme toujours, a trouvé son expression la plus perfide dans les pages du New York Times. Une analyse de Max Fisher sous le titre «Vingt ans après, une question persiste à propos de l’Irak: Pourquoi les États-Unis ont-ils envahi le pays?» (Twenty Years On, a Question Lingers About Iraq: Why Did the U.S. Invade?) traite les motifs qui ont poussé le gouvernement Bush à lancer la guerre comme incertains et même «fondamentalement inconnaissables», selon les termes d’un «universitaire» interrogé par Fisher.

L’article du Times rejette catégoriquement la «théorie autrefois prévalente selon laquelle Washington a envahi l’Irak pour contrôler ses vastes ressources pétrolières», sans mentionner le rôle majeur d’anciens hommes du pétrole comme le vice-président Cheney et Bush lui-même dans la prise de décision de la guerre. Et il attribue le mensonge systématique sur la possession d’«armes de destruction massive» par Saddam Hussein à une forme de pensée de groupe, où «[une] masse critique de hauts fonctionnaires sont tous venus à la table en voulant renverser Hussein pour leurs propres raisons et se sont ensuite convaincus d’adopter la justification la plus commode».

L’«analyse» du Times évite soigneusement toute discussion sur le rôle du Times lui-même en tant que l’un des principaux promoteurs de la campagne sur les «armes de destruction massive». Les reportages rédigés par Judith Miller et Michael Gordon, dont le plus notoire est une exclusivité en première page de septembre 2002 sous le titre «Selon les États-Unis, Hussein intensifie sa recherche de pièces pour la bombe atomique» (U.S. Says Hussein Intensifies Quest for A-Bomb Parts), reprennent les affirmations des hauts fonctionnaires du gouvernement Bush, qui allaient être ensuite reprises par l’ensemble des grands médias. Les fonctionnaires de la Maison-Blanche ont ensuite cité ces reportages comme des «preuves» contre l’Irak, qu’ils avaient eux-mêmes concoctés.

Les motivations de la guerre ne sont pas «inconnaissables». En effet, elles étaient connues à l’époque, des dizaines de millions de personnes à travers le monde ayant participé à des manifestations avant l’invasion, rejetant les mensonges du gouvernement et exigeant «pas de sang pour du pétrole». La taille et l’ampleur des manifestations étaient telles qu’elles ont incité le New York Times à dire qu’il y avait «deux superpuissances»: les États-Unis et «l’opinion publique mondiale».

Le 21 mars 2003, le lendemain du début de l’invasion, le président du comité éditorial international du World Socialist Web Site, David North, a publié une déclaration exposant la nature de la guerre:

L’invasion non provoquée et illégale de l’Irak par les États-Unis est un événement qui restera dans l’infamie. Les criminels politiques de Washington qui ont lancé cette guerre et les misérables canailles des médias qui se délectent de ce bain de sang ont couvert ce pays de honte. Des centaines de millions de personnes dans toutes les parties du monde sont répugnées par le spectacle d’une puissance militaire brutale et débridée qui pulvérise un petit pays sans défense. L’invasion de l’Irak est une guerre impérialiste au sens classique du terme: un acte d’agression ignoble entrepris au nom des intérêts des sections les plus réactionnaires et prédatrices de l’oligarchie financière et corporative des États-Unis. Son objectif manifeste et immédiat est de prendre le contrôle des vastes ressources pétrolières de l’Irak et de réduire ce pays longtemps opprimé à un protectorat colonial américain.

Cette guerre s’inscrivait dans une série ininterrompue d’invasions et d’occupations lancées par les États-Unis au milieu et à la suite de la dissolution de l’Union soviétique, sous l’égide des démocrates et des républicains. Cette série comprend la première guerre du Golfe (1990-91), le bombardement de la Serbie (1999), l’invasion de l’Afghanistan (2001), le bombardement de la Libye (2011) et la guerre civile en Syrie soutenue par les États-Unis (2011). Loin d’exprimer la force du capitalisme américain, la campagne de la classe dirigeante américaine pour utiliser la force militaire afin de conquérir le monde naît d’une crise extrême. Comme l’expliquait la déclaration du WSWS:

Quelle que soit l’issue des premières étapes du conflit qui a commencé, l’impérialisme américain a rendez-vous avec le désastre. Il ne peut pas conquérir le monde. Il ne peut pas réimposer les chaînes coloniales aux masses du Moyen-Orient. Il ne trouvera pas par la guerre une solution viable à ses maux internes. Au contraire, les difficultés imprévues et la résistance croissante engendrées par la guerre intensifieront toutes les contradictions internes de la société américaine.

Le 20e anniversaire de la guerre d’Irak est célébré aujourd’hui dans un contexte d’escalade de la guerre des États-Unis et de l’OTAN contre la Russie, qui risque de devenir une guerre beaucoup plus vaste, impliquant l’ensemble de l’Europe et risquant l’utilisation potentielle d’armes nucléaires pour la première fois depuis que le gouvernement Truman a procédé à l’incinération nucléaire d’Hiroshima et de Nagasaki.

Tandis que les anciens critiques de la classe moyenne contre la guerre du gouvernement Bush contre l’Irak sont devenus les plus fervents défenseurs de la guerre contre la Russie, les intérêts fondamentaux qui guident la politique américaine restent les mêmes. L’impérialisme américain, aujourd’hui dirigé par l’administration Biden, a déclenché la guerre et est déterminé à la poursuivre jusqu’à la défaite militaire de la Russie, quelles qu’en soient les conséquences. Face à des crises qui s’entrecroisent, énormément exacerbées par la pandémie, la classe dirigeante fonce tête baissée vers la catastrophe.

Les médias qui promouvaient hier les mensonges sur les «armes de destruction massive» colportent maintenant le canular de la «fuite du laboratoire de Wuhan» pour rendre la Chine responsable de la pandémie de coronavirus, ainsi que les affirmations d’une «agression russe non provoquée» et les allégations ridicules d’atrocités de type nazi en Ukraine.

Les mensonges de 2023 sont encore plus gros et plus effrontés que ceux de 2003. L’invasion réactionnaire de Poutine est un effort désespéré de l’oligarchie russe pour défendre ses intérêts de classe contre une menace réelle: les forces bien plus puissantes de l’impérialisme américain et européen.

Vingt ans après l’invasion de l’Irak, tous les responsables restent libres. Mais le développement colossal de la lutte des classes à travers le monde constitue la base objective puissante d’un mouvement de masse qui leur demandera des comptes et mettra fin à la guerre impérialiste, dans le cadre de la réorganisation socialiste de la société mondiale.

(Article paru en anglais le 21 mars 2023)

Loading