Les amis fascistes de l’impérialisme canadien – deuxième partie: L’Organisation des nationalistes ukrainiens, complices d’Hitler

Cet article est le deuxième d’une série en plusieurs parties.

Première partie

L’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), dont les actions et l’héritage sont célébrés par le Congrès ukrainien canadien parrainé par l’État, est la source politico-idéologique des forces fascistes qui jouent un rôle si important et réactionnaire dans l’Ukraine contemporaine.

En 1940, l’OUN s’est scindée en deux groupes afin de déterminer la meilleure façon de collaborer avec l’Allemagne nazie pour obtenir un État national ukrainien. Dans la poursuite de cette collaboration et de leurs visions rivales d’un État fasciste, les deux factions ont commis des crimes horribles. Elles ont toutes deux soutenu la guerre d’anéantissement des nazis contre l’Union soviétique, qui a coûté la vie à plus de 27 millions de citoyens soviétiques, et ont participé à l’holocauste des Juifs d’Europe.

L’OUN (Melnyk) a cherché à travailler au sein du régime d’occupation de l’Allemagne nazie et a favorisé la formation de la division Galice de la Waffen SS. C’est à cette organisation qu’appartenait le grand-père de la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland.

Une affiche de recrutement pour la 14e Waffen SS Galizien montrant la première page du Krakivski Visti, ainsi qu’un soldat Waffen SS sur le point d’assassiner un Juif caricatural avec une épée. [/photo]

L’OUN (Bandera), dont de nombreux membres ont également trouvé refuge au Canada après la Seconde Guerre mondiale, a également intégré systématiquement ses forces dans la machine militaire nazie et son appareil répressif en Pologne occupée par les Allemands et, plus tard, en Union soviétique. Mais l’OUN (B) a adopté une «position plus radicale», allant au-delà du mandat que lui avaient confié ses patrons et alliés nazis. Après avoir pénétré dans Lvov en juin 1941, dans le cadre de la force nazie qui envahit l’URSS, elle déclare la création d’un État ukrainien «indépendant», dont elle souligne qu’il fera partie intégrante de la «Nouvelle Europe» dirigée par les nazis. Des frictions s’ensuivent. Mais les deux camps s’efforcent de maintenir leur alliance et, jusqu’à la fin de la guerre, l’OUN (B) dirigée par Bandera et son Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) collaborent avec les nazis et la Wehrmacht pour combattre l’Armée rouge et les partisans soviétiques, terroriser la population et exterminer les Juifs d’Ukraine. Ils ont également tué des dizaines de milliers de Polonais dans leur quête d’une Ukraine ethniquement «pure».

L’OUN et les origines du fascisme ukrainien

Les apologistes contemporains de l’OUN insistent sur le fait qu’ils avaient été placés malgré eux dans une situation impossible pendant la Seconde Guerre mondiale et qu’ils pouvaient tout au plus être accusés d’avoir adopté par opportunisme le soutien des nazis et leur antisémitisme. Ces affirmations sont dénuées de tout fondement historique. L’OUN était une organisation fasciste dès sa création, qui recherchait depuis longtemps le soutien des nazis et dont le rôle dans l’extermination massive des Juifs d’Ukraine était politiquement préparé et préfiguré par ses actions au cours de la décennie précédant le déclenchement de la guerre en 1939.

L’OUN est née en 1929 de la fusion de plusieurs organisations d’extrême droite, dont la Ligue pour la libération de l’Ukraine, issue de l’Union des fascistes ukrainiens, et l’Organisation militaire ukrainienne (UVO). Composée de vétérans des forces nationalistes ukrainiennes qui avaient combattu les bolcheviks pendant la guerre civile qui a suivi la révolution d’octobre 1917, l’UVO a fourni une grande partie de la direction initiale de l’OUN.

Socialement, l’OUN était composée de petits-bourgeois frustrés et aigris, ainsi que de propriétaires terriens dépossédés et d’autres notables. Sur le plan politique, elle était animée par une haine pathologique de la révolution d’Octobre et de l’Union soviétique. Sur le plan idéologique, elle s’inscrit dans le vaste courant fasciste, militariste et anti-égalitaire qui s’est développé à la suite de la violence et des bouleversements sans précédent de la Première Guerre mondiale, en réaction directe à la Révolution russe et aux aspirations socialistes de la classe ouvrière européenne.

Mais l’OUN et ses partisans étaient particulièrement furieux et lésés. De leur point de vue, la révolution socialiste en Russie et en Ukraine les avait privés de leur droit de naissance – un État ukrainien où ils auraient régné en maîtres – ainsi que, dans de nombreux cas, de leurs biens et autres privilèges. En outre, ceux qu’ils percevaient comme leurs rivaux ethniques avaient été renforcés. Il existait désormais une République polonaise, y compris sur le territoire que convoitaient les nationalistes ukrainiens et qui réprimait sa minorité ukrainienne. Et à la suite de la révolution russe, les Juifs d’Ukraine, longtemps la cible de pogroms et de l’agitation des Cent Noirs du gouvernement tsariste, jouissent d’une liberté sans précédent.

Comme les émigrés russes blancs, l’extrême droite ukrainienne a contribué à façonner et à promouvoir le mythe du judéo-bolchevisme, qui rendait les Juifs responsables de la révolution, incarnant pour eux l’antéchrist. Forme explicitement fasciste d’antisémitisme, les histoires du judéo-bolchevisme seront invoquées par les nazis et leurs alliés ukrainiens de l’OUN pour encourager le génocide.

Affiche des Blancs contre-révolutionnaires d’une caricature antisémite de Trotsky

La révolution d’octobre et l’Ukraine

Entre 1918 et 1921, il y a eu de multiples tentatives pour établir un État ukrainien capitaliste dans les territoires à majorité ukrainienne de l’ancien empire tsariste et, après la défaite de la Première Guerre mondiale et l’effondrement de l’empire austro-hongrois multiethnique, en Galicie. Toutes ces initiatives ont été de courte durée.

Les nationalistes ukrainiens de l’Ukraine orientale, historiquement sous contrôle russe, ont cherché et reçu le soutien de l’impérialisme allemand. Toutefois, ils ont perdu leurs protecteurs à Berlin lorsque le régime du Kaiser s’est effondré sous le double coup de la défaite militaire aux mains des Alliés et de la révolution ouvrière de novembre 1918.

L’Ukraine est ensuite devenue une arène majeure de la guerre civile, le gouvernement révolutionnaire des ouvriers et des paysans établi par la révolution d’octobre 1917 étant opposé à un ensemble de forces contre-révolutionnaires. Celles-ci comprenaient les armées blanches soutenues par les impérialistes et basées sur l’élite capitaliste et propriétaire de la Russie, les nationalistes bourgeois ukrainiens et la nouvelle République polonaise dirigée par Pilsudski.

Les nationalistes ukrainiens se sont opposés avec véhémence à la révolution sociale menée par les ouvriers et les paysans ukrainiens sous la direction des bolcheviks et ont imploré le patronage impérialiste. Leurs armées nationalistes ont mené des pogroms, tout comme les Blancs, au cours de la guerre civile, au cours de laquelle jusqu’à 200.000 Juifs ont été assassinés.

Parce qu’ils proposaient un programme révolutionnaire qui répondait aux besoins sociaux et démocratiques fondamentaux des masses, les bolcheviks, sous la direction de Lénine et de Trotsky, l’emportèrent. L’Armée rouge a imposé l’expropriation des propriétaires terriens qui, pendant des siècles, avaient cruellement exploité la population majoritairement paysanne de l’Ukraine.

Lénine s’adressant à une foule d’ouvriers révolutionnaires à Petrograd en 1919. Trotsky est à droite.

Les bolcheviks étaient également parfaitement conscients de la nécessité d’apporter un soutien politique aux aspirations nationales-démocratiques du peuple ukrainien, longtemps bafouées par le régime tsariste et maintenant par ses successeurs potentiels sous la direction des Blancs. Ce n’était pas une question d’opportunisme. Les bolcheviks avaient placé la lutte contre le chauvinisme grand-russe et pour le droit à l’autodétermination des peuples opprimés de Russie au centre de leur lutte pour l’unité, l’indépendance politique et l’hégémonie de la classe ouvrière. «Seule la reconnaissance sans réserve de ce droit», écrivait Lénine en 1917, «permet de prôner une libre union des Ukrainiens et des Grands Russes... et de rompre réellement, complètement et irrévocablement avec ce passé tsariste maudit, où tout était fait pour provoquer un éloignement mutuel des deux peuples si proches par la langue, le territoire et l’histoire.» Un document rédigé par Trotsky en 1919 soulignait la lutte déterminée des bolcheviks sur cette question. Il déclarait: «Compte tenu du fait que la culture ukrainienne ... a été réprimée pendant des siècles par le tsarisme et les classes exploiteuses de Russie, le Comité central du Parti communiste russe, fait obligation à tous les membres du parti d’aider par tous les moyens à supprimer tous les obstacles au libre développement de la langue et de la culture ukrainiennes.» Ces conceptions socialistes internationalistes ont animé la fondation de l’Union soviétique en 1922 comme une association volontaire de républiques soviétiques, dont l’Ukraine soviétique.

L’OUN dans les années 1930: Le développement du nationalisme génocidaire ukrainien

Si le fascisme de l’OUN s’est développé en réaction directe au programme socialiste internationaliste des bolcheviks et à leurs efforts pour unir la classe ouvrière dans un État socialiste multinational, il s’est encore radicalisé idéologiquement par l’émergence et l’arrivée au pouvoir de mouvements fascistes dans une grande partie de l’Europe.

Au cours des années 1930, l’OUN a son siège à Rome, ce qui reflète son affinité initiale avec le régime de Mussolini. Mais après l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933, pour des raisons à la fois idéologiques et géopolitiques, elle s’oriente de plus en plus vers le régime nazi. C’était particulièrement vrai pour une jeune génération de dirigeants, dont Stepan Bandera allait s’avérer le plus influent. Les principaux membres de l’OUN travaillent avec et pour les services de renseignements de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, et les cadres impliqués dans sa campagne d’assassinats de responsables polonais et soviétiques sont formés en Italie aux côtés de membres de l’Oustacha, le mouvement fasciste croate que les nazis placeront au pouvoir en avril 1941.

Le rôle de l’OUN en tant qu’acolyte des nazis dans l’Holocauste et l’application de la violence génocidaire contre d’autres ennemis perçus de la nation ukrainienne ont été préfigurés et préparés politiquement dans le développement de son idéologie et de son discours dans les années 1930. Les plans de meurtre de masse ont été discutés et élaborés dans les écrits des idéologues de l’OUN et lors de leurs congrès.

L’un de ces documents, élaboré à partir de présentations faites lors de multiples congrès et autres rassemblements de l’OUN, était intitulé «La doctrine de guerre des nationalistes ukrainiens».

«Notre soulèvement, déclarait-il, n’est pas destiné à changer seulement l’ordre politique. Il doit nettoyer l’Ukraine de l’élément étranger et hostile et de notre élément misérable. (...) Plus l’élément étranger sera tué au cours du soulèvement, plus il sera facile de reconstruire l’État ukrainien et plus il sera fort.»

Il a ensuite préconisé l’extermination massive des Juifs, citant le chiffre potentiel «d’un demi-million», «car plus il y aura de Juifs tués pendant le soulèvement, mieux ce sera pour l’État ukrainien».

Aussi délétère que soit la politique de l’OUN, son mélange toxique de nationalisme ukrainien, d’antibolchevisme et d’antisémitisme virulents a pu obtenir un soutien croissant dans la région à majorité ukrainienne de ce qui était alors le sud-est de la Pologne en exploitant la déception, la confusion et la colère créées par les actions de la bureaucratie stalinienne soviétique. Ayant usurpé le pouvoir politique à la classe ouvrière, la bureaucratie a répudié le programme de l’internationalisme socialiste et a fait revivre les pires traditions du chauvinisme grand-russe. La mise en œuvre soudaine et brutale de la collectivisation forcée par le régime stalinien au début des années 1930 a eu un impact dévastateur sur l’Ukraine soviétique.

Discutant de ces développements, Trotsky écrivait en 1939: «Dans la conception du vieux parti bolchevique, l’Ukraine soviétique était destinée à devenir un axe puissant autour duquel les autres sections du peuple ukrainien s’uniraient. Il est indiscutable que dans la première période de son existence, l’Ukraine soviétique a exercé une puissante force d’attraction, y compris sur le plan national, et a encouragé à la lutte les ouvriers, les paysans et l’intelligentsia révolutionnaire de l’Ukraine occidentale asservie par la Pologne. Mais pendant les années de la réaction thermidorienne, la position de l’Ukraine soviétique et, avec elle, comment était posée la question ukrainienne dans son ensemble, ont changé brusquement. Plus les espoirs suscités étaient profonds, plus la désillusion était grande. La bureaucratie étranglait et pillait le peuple à l’intérieur de la Grande Russie également. Mais en Ukraine, le massacre des espoirs nationaux a encore compliqué les choses. Nulle part ailleurs les restrictions, les purges, les répressions et en général toutes les formes de hooliganisme bureaucratique n’ont pris une ampleur aussi meurtrière qu’en Ukraine dans la lutte contre les aspirations puissantes et profondément enracinées des masses ukrainiennes à plus de liberté et d’indépendance. Pour la bureaucratie totalitaire, l’Ukraine soviétique est devenue une division administrative d’une unité économique et une base militaire de l’URSS.

«... En ce qui concerne les sections de l’Ukraine qui se trouvent maintenant hors de ses frontières, l’attitude du Kremlin est aujourd’hui la même que celle qu’il adopte à l’égard de toutes les nationalités opprimées, de toutes les colonies et semi-colonies, c’est-à-dire des bagatelles dans ses combines internationales avec les gouvernements impérialistes.»

Trotsky a poursuivi en évoquant l’impact désastreux que les politiques criminelles de la bureaucratie stalinienne avaient eu sur les ouvriers et les paysans ukrainiens au-delà des frontières de l’Ukraine soviétique.

«Il ne reste plus une trace de l’ancienne confiance et de la sympathie des masses ukrainiennes occidentales pour le Kremlin», écrit-il. «Depuis la dernière “purge”meurtrière en Ukraine, personne à l’Ouest ne veut faire partie de la satrapie du Kremlin qui continue à porter le nom d’Ukraine soviétique. Les masses ouvrières et paysannes de l’Ukraine occidentale, de la Bucovine, des Carpates et de l’Ukraine sont dans un état de confusion: Où se tourner? Que demander? Cette situation déplace naturellement la direction vers les cliques ukrainiennes les plus réactionnaires qui expriment leur “nationalisme”en cherchant à vendre le peuple ukrainien à un impérialisme ou à un autre en échange d’une promesse d’indépendance fictive. C’est sur cette confusion tragique qu’Hitler fonde sa politique dans la question ukrainienne.»

La première phase de la Seconde Guerre mondiale en Europe de l’Est et la scission de l’OUN

Quelques mois seulement après que Trotsky ait écrit ces mots, les manœuvres contre-révolutionnaires de Staline avec les puissances impérialistes allaient culminer dans ce qui était sans doute la «combine» la plus cynique et la plus politiquement répréhensible de toutes – une combine qui a eu un impact direct sur les masses ukrainiennes et a renforcé la réaction dans le monde entier – le pacte Hitler-Staline.

Le 1er septembre 1939, neuf jours après la signature du pacte Hitler-Staline, l’Allemagne nazie envahit la Pologne, ce qui déclenche la Seconde Guerre mondiale. Les cadres de l’OUN en Pologne, principalement la faction de Bandera, ont soutenu les envahisseurs nazis en menant des actes de sabotage contre les forces militaires polonaises. Ils ont également mené des attaques à caractère ethnique contre des civils polonais, tuant, selon une estimation, 3.000 personnes. Même John Armstrong, un politologue américain qui a aidé les fascistes ukrainiens à assainir leur bilan en les qualifiant de «nationalistes intégraux», a admis que l’OUN a servi de «fidèle auxiliaire allemand» dès le début de la guerre.

Lorsque Staline, mettant en œuvre les protocoles secrets de son pacte avec Hitler, ordonna à l’Armée rouge d’envahir la Pologne orientale, les forces de l’OUN s’enfuirent dans la Pologne occupée par les nazis. Cracovie est rapidement devenue le centre de l’activité de l’extrême droite ukrainienne. C’était en effet le siège du gouvernement général, la partie de la Pologne occupée par les nazis qui n’était pas annexée au Troisième Reich et le centre administratif des régions frontalières polonaises et ukrainiennes désormais sous domination nazie.

La faction plus conservatrice de l’OUN, loyale à Andriy Melnyk, a organisé un Comité central ukrainien (UTsK) qui a réussi à faire reconnaître par le gouvernement général un mécanisme d’interaction et de contrôle de la population ukrainophone. Les autorités nazies considéraient la population locale à travers le prisme de leur idéologie racialiste et de leur hiérarchie. Mais elles reconnaissent également la valeur de l’UTsK comme moyen d’exploiter et d’attiser les tensions ethniques, afin que les Polonais et les Ukrainiens «ne se rencontrent jamais» – pour reprendre les mots de Hans Frank, le vétéran du putsch de la brasserie de Munich qu’Hitler a installé à la tête du gouvernement général.

Dirigée par Volodymyr Kubiyovych, un géographe ukrainien jusqu’alors obscur, l’UTsK était officiellement une organisation de «bien-être social», les nazis ayant dissous toutes les organisations politiques non nazies. L’UTsK était en fait profondément politique, et ses dirigeants ont vu dans la prise de pouvoir par les nazis une occasion d’étendre leur influence et de se venger de leurs «ennemis» ethniques et politiques.

La faction Melnyk incite les membres de l’OUN à s’intégrer dans l’appareil militaro-sécuritaire du régime nazi. Elle se concentre toutefois sur le travail au sein des structures politiques et administratives établies par le gouvernement général occupé par les nazis. Les membres de l’entourage de Bandera, désormais libéré d’une cellule de prison polonaise, se concentrent quant à eux sur leur intégration dans l’appareil répressif et la machine militaire des nazis.

Peu après leur conquête de la Pologne, les nazis ont recruté 120 membres de l’OUN pour les former dans une école de police de la Gestapo à Zakopane sous la direction de deux officiers allemands. Le commandant des Ukrainiens était Mykola Lebed, qui allait devenir plus tard le chef des impitoyables services de sécurité de la SB de l’OUN (B) et, après la guerre, un agent à vie de la CIA. Par la suite, l’un des plus proches associés de Bandera, Roman Shukhevych, est devenu l’officier ukrainien principal du bataillon Nachtigall, l’un des deux bataillons composés en grande partie de partisans de Bandera mis sur pied par l’Abwher, les services de renseignements militaires allemands. Futur commandant de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, Shukhevych et le bataillon Nachtigall qu’il a aidé à diriger ont été impliqués dans le massacre de milliers de Juifs en Ukraine occidentale entre juin et juillet 1941.

Le gouvernement de Viktor Iouchtchenko, porté au pouvoir avec l’aide du Canada et des autres gouvernements impérialistes occidentaux, a beaucoup fait pour promouvoir et commémorer les fascistes de l’OUN. Ci-dessus, un timbre-poste émis en 2007 en l’honneur du criminel de guerre nazi et commandant de l’OUN, Roman Shukhevych.

Des divergences sur la meilleure façon d’obtenir et d’utiliser le soutien des nazis pour réaliser leur objectif d’un État ukrainien et d’une «Ukraine pour les Ukrainiens» purifiée sur le plan ethnique conduisent en février 1940 à une scission formelle, les groupes rivaux portant le nom de leurs dirigeants respectifs, chacun se présentant comme un führer: l’OUN (M) et l’OUN (B).

Partisans et complices d’Hitler: le bilan du Comité central ukrainien et du Krakivski Visti

En décembre 1939, les occupants nazis de la Pologne étaient si satisfaits des protestations de soutien de l’UTsC qu’ils l’ont autorisé à créer une maison d’édition, en utilisant une presse volée à un journal juif basé à Crackow, Nowy Dzennik, dont les propriétaires ont ensuite été assassinés au camp de la mort de Belzec.

L’UTsC crée rapidement son propre journal, Krakivski Visti (Crackow News). C’était le seul journal en langue ukrainienne autorisé par le gouvernement général et, de l’avis général, le journal ukrainien le plus influent de l’Europe nazie jusqu’à ce que l’effondrement imminent du Troisième Reich le contraigne à cesser sa publication à la fin du mois de mars 1945.

Lancé le jour du Noël orthodoxe, le 7 janvier 1940, Krakivski Visti est devenu un quotidien à partir de novembre 1940. Mykhailo Chomiak, le grand-père maternel de la vice-première ministre canadienne Chrystia Freeland, a été le rédacteur en chef de tous les premiers numéros du Krakivski Visti, à l’exception d’une poignée, car les autorités d’occupation allemandes avaient renvoyé son prédécesseur pour son manque de souplesse.

Chomiak a été généreusement récompensé pour sa propagande pro-nazie et a personnellement bénéficié de la dépossession des Juifs de Pologne. Il a reçu un appartement de luxe dans le palais Pugetów au 15 Starowiślna, volé par les nazis au «juif Dr Finkelstein» avec les meubles du docteur. Chomiak a discrètement décrit ces derniers comme ayant été «transmis à moi» lorsqu’il a déménagé dans un deuxième appartement volé. Le 19 septembre 1940, le grand-père bien-aimé de Freeland a envoyé une lettre à la Treuhandstelle – l’agence d’État allemande prédatrice officiellement chargée de dépouiller les Juifs de leurs biens – demandant à être remboursé pour les 190 zlotys qu’il avait dépensés pour «épouiller» ce deuxième appartement. Seulement trois jours auparavant, toutes les propriétés juives confisquées dans le Gouvernement Général sont officiellement passées sous le contrôle de la Haupttreuhandstelle Ost. Ainsi, Chomiak semble avoir été en tête de file pour le butin de l’Holocauste à Cracovie.

Lettre de Chomiak du 19 septembre 1940 à la Treuhandstelle (Source: COAT)

Sous la direction de Chomiak et de l’UTsC, Krakivski Visti vantait les mérites du régime nazi et de la collaboration entre les nazis et les Ukrainiens. Il reproduisait régulièrement des articles de la presse allemande nazie, notamment de l’organe officiel nazi, le Völkischer Beobachter. Krakivski Visti a proclamé que le lancement de la guerre d’anéantissement nazie contre l’Union soviétique en juin 1941 était «la guerre la plus justifiée de l’histoire» et a ensuite encouragé la création d’une division entièrement ukrainienne de la Waffen SS.

Dès ses premiers numéros, le Krakivski Visti attisait la haine anti-juive, publiant de virulentes critiques et caricatures antisémites et faisant pression pour que les biens juifs soient saisis.

Des milliers de pages de correspondance de l’UtSK avec les autorités allemandes constituent d’autres preuves de la collaboration enthousiaste des fascistes ukrainiens avec les nazis et de leurs tentatives de tirer profit de la persécution, de la dépossession et de l’anéantissement ultérieur des Juifs de Pologne et d’Ukraine.

Dans le numéro inaugural de Krakivski Visti, nous avons pu lire l’analyse suivante de nul autre que le général Hans Frank sur les nouvelles conditions de vie des Ukrainiens sous le régime nazi:

Libérés de la contrainte de la politique scandaleuse de votre classe dirigeante intellectuelle, faites tout pour votre bien en accomplissant le devoir général de travailler sous la puissante protection de la Grande Allemagne. Sous un régime juste, chacun gagnera sa vie. Mais les instigateurs politiques, les hyènes économiques et les usuriers juifs, n’auront nulle part où aller sous la suprématie allemande.

Extrait du numéro inaugural de Krakivski Visti du 7 janvier 1940. Salutations des nationalistes ukrainiens au chef du gouvernement général Hans Frank.

Sur la page opposée se trouve une photo de propagande fasciste montrant des Ukrainiens en «tenue nationale» présentant à Frank du pain et du sel, une offrande traditionnelle d’hospitalité. Cette image, plus que toute autre, donne le ton de la relation de l’UTsK avec l’État nazi et, plus généralement, de celle des nationalistes ukrainiens avec l’impérialisme.

Le Krakivski Visti mettait régulièrement l’accent sur les parallèles et les objectifs communs des causes et des luttes nationalistes nazies allemandes et ukrainiennes. Il exhortait les Ukrainiens à tirer les leçons du prétendu renouveau national allemand dirigé par Hitler et à se tourner vers eux comme alliés et protecteurs pour porter des coups mortels aux «ennemis» de la nation ukrainienne: les Russo-bolcheviks, les Polonais et les Juifs.

En posant la question «Sur quoi porte la guerre à l’ouest?» Chomiak et les fascistes ukrainiens de l’OUN (M) ont fourni la réponse suivante:

La guerre à l’Ouest a été le résultat des mêmes provocations et dissensions qu’a semées et cherché à perpétuer à jamais le règlement soviétique dicté au monde en 1918. Nous, Ukrainiens, en avons également été les victimes et les sujets d’expérimentation. ... L’Allemagne a lutté contre ce système de violence organisée, et nous, Ukrainiens, avons également lutté dans des circonstances exceptionnellement difficiles. D’où la réponse spontanée et sincère de sympathie mutuelle entre ceux qui se lèvent pour lutter contre ce qui n’était pas et ne pouvait pas être juste: l’existence contre l’arbitraire organisé à Versailles. Nous avons assisté avec sympathie à la victoire allemande qui, en coopération avec les peuples valides, a brisé pas à pas les chaînes, à l’accession du peuple allemand à la souveraineté dans sa propre patrie...

Le 24 avril 1940, Krakivski Visti a rendu hommage à Adolf Hitler à l’occasion de son anniversaire, avec un portrait élogieux qui le qualifiait de «grande figure du XXe siècle».

Krakivski Visti rend hommage à Hitler le jour de son anniversaire.

Une fois encore, le lien entre la reconquête militaire par Hitler des territoires perdus par l’Allemagne à la suite de la Première Guerre mondiale et l’unification de toutes les ethnies allemandes au sein d’un seul État national est présenté comme un exemple à suivre par les nationalistes ukrainiens:

Il a ravivé le sens de la communauté nationale chez tous les Allemands vivant dans le monde et les a unis dans une seule idée et organisation de souche. ... Il se débarrassa des chaînes de l’infâme Traité de Versailles, fit revivre les forces armées allemandes sur terre, sur mer et dans les airs dans des proportions sans précédent, et reprit progressivement, mais avec une constance et une fermeté de fer, toutes les terres et provinces autrefois perdues: la Porurja, l’Autriche, les Sudètes et ensuite la République tchèque…

Haine et pillage anti-juifs

Dans son sixième numéro, publié le 25 janvier 1940, Krakivski Visti présentait en première page une campagne contre la spéculation menée par les autorités nazies. Intitulée «Peine de mort pour les spéculateurs», elle était accompagnée d’une cruelle caricature antisémite.

Cette campagne a servi de prétexte pour saisir les biens des Juifs de Cracovie, afin qu’ils puissent être appropriés par la Treuhandstelle, l’agence qui a ensuite fourni au rédacteur en chef de Krakivski Visti son appartement palatial. De janvier à mars 1940, les autorités nazies ont obligé les Juifs de Cracovie à enregistrer tous leurs biens et avoirs. La caricature antisémite publiée par Krakivski Visti aurait circulé à Cracovie au plus fort de cette campagne. Plusieurs milliers de personnes l’auraient vue. Sa légende établit clairement le lien entre la campagne antispéculative et la campagne nazie visant à écarter le peuple juif de la vie économique: «Non, Messieurs les spéculateurs... vous ne gagnerez pas votre vie sous mon toit.»

Caricature antisémite dans Krakivski Visti en faveur de la «campagne anti-spéculation» du régime d’occupation nazi.

Dans le même numéro, nous trouvons un article sur la toute nouvelle banque coopérative ukrainienne. Il nous informe que:

Pendant la domination judéo-polonaise, les Ukrainiens ont dû faire face à des obstacles difficiles à chaque étape, qui ont été très difficiles à arrêter, puis ont complètement assombri le développement de nos vies dans tous les domaines, en particulier dans le domaine économique. ... Partout, dans les quartiers purement ukrainiens, nous ne voyions qu’un Juif, un Polonais, un Juif et encore un Juif. Les Juifs étaient les chanteurs qui, dans nos villages et nos villes, maîtrisaient complètement la vie économique et exploitaient d’une manière terrible les pauvres Ukrainiens. ... Les conditions vitales ont changé. ... Dans le jardin princier de Sanok ... [les enseignes des magasins] sont en ukrainien, en allemand et en polonais. Cependant, nous voyons encore, malheureusement, de nombreuses étoiles de Sion à cinq branches et l’inscription «magasin juif». Dans le centre de la ville, nous voyons également une nouvelle enseigne avec l’inscription «Banque coopérative ukrainienne».

Le Comité central ukrainien dirigé par l’OUN (M) et son organe, Krakivski Visti, montraient un grand intérêt à promouvoir le «mouvement coopératif» ukrainien, qui prospérait sur la base des propriétés expropriées par les autorités nazies par le biais de la Treuhandstelle et réattribuées à des petits bourgeois ukrainiens cupides. Nombre de ces entreprises achetaient à leur tour des annonces dans le Krakivski Visti.

Alors que les nazis cherchaient à surmonter la crise du capitalisme allemand par la conquête militaire, les fascistes ukrainiens cherchaient à s’enrichir et à compenser la faiblesse historique de la bourgeoisie et de la petite-bourgeoisie ukrainiennes par le pillage ethnique racial imposé par les nazis. Tout comme ils espéraient se tailler un espace politique en servant le Troisième Reich, l’OUN cherchait à étendre le capitalisme ukrainien en collaborant avec les nazis et en plaidant pour une part du butin pillé à leurs rivaux ethniques.

Le 35e numéro de Krakivski Visti, publié le 4 mai 1940, déclare sur un ton de célébration: «Les marchands privés ukrainiens ont repris toutes les meilleures boutiques de l’ancien marché juif.»

La haine anti-juive promue par Krakivski Visti s’inspire des clichés antisémites traditionnels ainsi que du poison judéo-bolchevique, plus récemment développé et expressément fasciste. À Pâques 1940, le Krakivski Visti informait ses lecteurs que «le Christ est ressuscité» et que les Juifs étaient responsables de sa crucifixion, répétant ainsi l’incitation médiévale aux pogroms. En 1943, alors qu’il faisait campagne pour la création de la «division Galicie» de la Waffen-SS, le journal édité par le grand-père de Freeland a publié une série de tirades contre les Juifs, dont beaucoup reprenaient les fabrications judéo-bolcheviques. Parmi ces articles figurait un article de l’écrivaine et future émigrée au Canada, Olena Kysilevska. Intitulé «Qui a ruiné la région de Hutsul?», l’article porte apparemment sur la partie la plus au sud-est des Carpates. Les sous-titres de l’article sont révélateurs: «Comment les Juifs ont détruit les richesses de la région d’Hutsul... Comment les Juifs ont chassé le Hutsul de sa maison ... Comment les Juifs ont détruit la fabrication de tapis ... Les Juifs et la propagation du bolchevisme...» Selon Kysilevska, tout n’était cependant pas perdu. Écrivant en plein Holocauste, elle conclut sa tirade antisémite en observant que «les Juifs ont maintenant disparu des Carpates».

Dans les pages du Krakivski Visti, les fascistes ukrainiens ont également promu un chauvinisme ethnique anti-russe et anti-polonais virulent.

Ils se félicitent de l’élargissement du mandat de la Treuhandstelle pour y inclure la saisie d’entreprises et de propriétés appartenant à des Polonais. Dans un rapport de renseignement de novembre 1941 basé sur ses observations de témoin oculaire, l’ancien vice-consul des États-Unis en Pologne attire l’attention sur la position privilégiée que certains Ukrainiens ont pu obtenir dans la Pologne occupée par les Allemands grâce à leur collaboration avec les autorités nazies:

L’élément ukrainien en Pologne constitue une classe privilégiée ... et peut obtenir de la nourriture dans les magasins allemands sur des cartes identiques à celles du Reich et du Volksdeutsch. Ils sont employés dans les bureaux allemands de Cracovie, Varsovie et dans les districts provinciaux. Un grand nombre d’entre eux sont des Treuhanders (fonctionnaires chargés de gérer) ... les entreprises industrielles et commerciales confisquées aux Juifs.

Dans une référence sans équivoque à Krakivski Visti, le diplomate américain a ajouté: «La presse ukrainienne en Pologne fait bruyamment l’éloge d’Hitler et des nazis.» Il a également noté le grand nombre d’Ukrainiens employés dans l’appareil de sécurité nazi: des positions qu’ils avaient fréquemment été chargés d’assumer par les fascistes ukrainiens. «Il est bien connu que la plupart des prisons de la partie sud du gouvernement général sont occupées par des Ukrainiens. Ils traitent les Polonais encore plus durement que les Allemands. Ils reçoivent une instruction dans des écoles de police spéciales...»

Krakivski Visti a publié une série d’articles en 1943-44 décriant l’impact «dénationalisant» des mariages mixtes entre Ukrainiens et Polonais. Leurs collègues fascistes ukrainiens et leurs rivaux acharnés au sein de l’UPA de Bandera allaient simultanément fournir leur propre «solution» horrible au problème des «latynnyky». Au cours de leurs opérations de nettoyage ethnique visant les Polonais, ils ont demandé aux Ukrainiens de tuer leurs conjoints polonais.

L’invasion de l’Union soviétique par les nazis en juin 1941 offre aux fascistes ukrainiens de nouvelles occasions de tirer profit de la persécution, de la dépossession et de la destruction de la population juive de Pologne et d’Ukraine.

Dans les semaines qui ont immédiatement suivi le lancement de l’opération Barbarossa, le chef de l’UTsK dominée par l’OUN (M) et l’éditeur de Krakivski Visti, Volodymyr Kubiyovych, a soumis au régime hitlérien des documents présentant des plans pour l’expulsion forcée des Juifs et des Polonais de Galicie et la création d’une «Ukrainische Volksgemeinschaft», ou «communauté populaire ukrainienne», sur le modèle nazi.

Les autorités allemandes ont enregistré les demandes de l’UTsK, ajoutant leurs propres commentaires:

Afin de préserver la zone d’implantation ukrainienne dans le Gouvernement général, les Ukrainiens demandent que soient fixées les frontières de la zone ukrainienne, dans laquelle les évacués polonais et juifs ne doivent pas être déployés. En outre, ils demandent que les éléments polonais et juifs soient retirés de ces zones…

Les Ukrainiens devaient être identifiés comme distincts des Polonais et des Juifs, et donc être traités différemment par la loi, sur la base d’une carte d’identité séparée, ou «Kennkarte». Les autorités nazies acceptent volontiers cette mesure.

Le 29 août 1941, Kubiyovych écrit à Hans Frank pour lui exposer des exigences supplémentaires concernant la saisie des terres juives:

Considérant que tous les biens juifs appartenaient à l’origine, pour la plupart, au peuple ukrainien et que ce n’est que par la violation impitoyable des lois de la part des Juifs et par l’exploitation des membres du peuple ukrainien qu’ils sont passés en possession des Juifs, nous estimons que la justice exige, afin de restituer au peuple ukrainien les dommages moraux et matériels, qu’une partie très considérable des biens juifs confisqués soit rendue au peuple ukrainien. En particulier, tous les biens juifs devraient être donnés aux paysans ukrainiens.

Les autorités d’occupation allemandes discutent des propositions de Kubiyovych, chef du Comité central ukrainien et éditeur de Krakivski Visti, concernant une «Ukrainische Volksgemeineschaft».

Un rapport du gouvernement général de 1941 décrit le «succès» des coopératives ukrainiennes établies dans l’espace précédemment occupé par les entreprises juives. La page 3 du document intitulé «Ce que les Ukrainiens du Gouvernement général attendent du système coopératif ukrainien» note:

L’élimination du judaïsme du commerce, tant dans les villes que dans les villages, a donné au peuple ukrainien l’occasion de remplacer l’appareil commercial manquant par des coopératives commerciales. À cet égard, le système coopératif ukrainien a obtenu de grands résultats avant même la guerre en Galicie orientale, où il a pu, grâce à la solidarité nationale, écarter progressivement le judaïsme du commerce, puis de l’industrie sur une grande échelle.

Ce qui est omis de ce récit, c’est que les Juifs ont été «poussés hors de l’industrie» dans des ghettos et des camps de concentration, puis dans des chambres à gaz ou devant des pelotons d’exécution. Les fascistes ukrainiens ont aidé et encouragé cette poussée, tout comme une grande partie des meurtres. Les biens juifs saisis sont transformés en ces «sociétés coopératives ukrainiennes», qui passent de 200 en 1939 à plus de 900 en 1941. La mesure dans laquelle les politiques de l’UTsK ont facilité la saisie et l’exploitation des biens polonais et juifs volés est un sujet qui n’a pas encore été entièrement examiné par les historiens. Même en l’absence d’une enquête historique plus approfondie, il est évident que le rôle de Krakivski Visti ne peut être considéré sans référence à ces plans promus par son éditeur.

* * *

Comme nous l’avons expliqué dans la première partie de cette série, lorsque l’ascendance politique de Freeland a été révélée publiquement en 2017, l’establishment politique et les médias bourgeois se sont précipités pour défendre la vice-première ministre canadienne en affirmant qu’elle était la cible d’une «campagne de désinformation russe».

Dans le cadre de leur défense de Freeland, les médias ont cherché à minimiser l’importance des actions de son grand-père en tant que collaborateur nazi de premier plan. Deux articles savants rédigés il y a plusieurs décennies par le gendre historien de Chomiak, dans un cas avec l’aide de Freeland, ont été déterrés afin d’affirmer que Krakivski Visti n’a pas encouragé la haine contre les Juifs, à l’exception de deux cas regrettables.

Selon cet argument qui cherche à exonérer, le premier de ces cas s’est produit en juillet 1941, et a été déclenché par la découverte de plusieurs milliers de prisonniers que des agents du NKVD, la police secrète du régime stalinien, ont assassinés alors qu’ils fuyaient devant la poussée initiale de l’opération Barbarossa. Les nazis et leurs alliés se sont emparés de ce crime pour encourager, justifier et étendre la violence antijuive de masse déjà bien engagée. Le numéro du 8 juillet 1941 du Krakivski Visti déclarait à propos du massacre du NKVD: «Nous mettons tout cela sur le compte des potentats juifs du Kremlin, dont les crimes contre le monde entier trouveront un châtiment approprié». Le deuxième et dernier exemple réputé d’une campagne de haine antisémite de Krakivski Visti est une série d’articles publiés en 1943, expressément commandés par un attaché de presse nazi. Il s’agit notamment de l’article de Kysilevska dont nous avons déjà parlé, intitulé «Qui a ruiné la région Hutsul?»

Compte tenu de toutes les informations que nous avons présentées ci-dessus – et il ne s’agit que d’un compte rendu partiel et préliminaire – il ne semble guère nécessaire de répondre à l’affirmation manifestement fausse selon laquelle le Krakivski Visti n’a promu «que» deux fois la haine virulente des Juifs depuis ses bureaux de rédaction à Krackow, à quelque 60 kilomètres des chambres à gaz d’Auschwitz!

Cependant, les deux articles des années 1990 qui ont servi de base à cette affirmation ont été rédigés par l’historien de renom John-Paul Himka. Himka, qui est aussi l’oncle de Freeland, admettrait volontiers que son point de vue sur les fascistes ukrainiens a considérablement évolué depuis le milieu des années 1990, lorsque les recherches historiques sérieuses sur leurs activités et l’Holocauste en Ukraine n’en étaient qu’à leurs débuts. Himka a lui-même beaucoup fait pour mettre à nu les crimes horribles de Stepan Bandera, de son OUN (B) et de l’UPA, notamment dans son ouvrage récemment publié Ukrainian Nationalists and the Holocaust: OUN and UPA’s Participation in the Destruction of Ukrainian Jewry, 1941-1944. Nous aurons l’occasion de citer cet ouvrage dans la troisième partie, lorsque nous examinerons les activités des fascistes ukrainiens pendant la guerre d’extermination contre l’URSS. Au cours du dernier quart de siècle, Himka a dû s’opposer à certaines parties de ses propres écrits scientifiques antérieurs qui ont servi à présenter les bandéristes comme des combattants de la libération nationale. «Je connais bien la légende», écrit-il dans une polémique de 2010, «car j’ai contribué à la promouvoir».

Ce n’est pas au crédit de Himka qu’il n’a pas réussi à contester la tentative de minimiser le rôle de Krakivski Visti et ainsi de présenter sous un meilleur jour la petite-fille de Chomiak, Freeland, qui continue à le vénérer publiquement et utilise régulièrement les symboles et les rituels de l’UPA. Mais quelles que soient les limites politiques et les faiblesses morales d’Himka, elles ne suffisent pas à expliquer, et encore moins à justifier, l’hostilité de l’establishment canadien à l’égard de tout examen sérieux de l’ascendance politique de Freeland. Elles n’expliquent pas non plus son silence sur les actions des fascistes de l’OUN, qui sont célébrés par l’UCC, un organisme d’État, et par les forces d’extrême droite ukrainiennes contemporaines avec lesquelles l’impérialisme canadien s’est allié pour préparer, fomenter et maintenant mener la guerre en Ukraine.

Notre enquête démontre que la dépossession, le déplacement et la destruction pure et simple de l’importante minorité juive d’Ukraine constituaient un élément important de l’idéologie et du programme des deux ailes de l’OUN fasciste ukrainienne et de leurs plans visant à créer, en alliance avec l’impérialisme allemand dirigé par les nazis, un puissant État-nation ukrainien et une élite dirigeante capitaliste.

À suivre

(Article paru en anglais le 19 mai 2022)

Loading