Perspectives

L’élection de Marcos aux Philippines et l’agonie de la démocratie

Il y a trente-six ans, en février 1986, des millions de Philippins se sont rassemblés sur Edsa, la voie principale de Manille, pour défier ouvertement le régime brutal de Ferdinand et Imelda Marcos. Avec un immense courage, ils ont tenu bon face aux chars et à la puissance militaire de la dictature, qui, de mémoire d’homme, avait ouvert le feu sur les manifestants. Ils ont exigé l’installation à la présidence de Corazon Aquino, élue démocratiquement, et l’éviction des Marcos détestés, qui avaient dirigé le pays dans une dictature militaire pendant quatorze ans. Une partie de l’armée a retiré son soutien à la présidente, et Washington a retiré son appui. Les Marcos ont fui le pays. L’événement Edsa est connu sous le nom du «Pouvoir du Peuple» et est source d’une immense fierté.

Lundi, Ferdinand Marcos Jr a été élu président des Philippines, battant son plus proche adversaire par plus de 12 millions de voix. Il a mené une campagne qui vise à réhabiliter l’héritage dictatorial de ses parents, décrivant la loi martiale comme un «âge d’or» de l’histoire des Philippines. Derrière lui des forces ouvertement fascistes profitent de sa victoire, notamment un parti politique dirigé par d’anciens chefs de la police voué à la création de bandes de justiciers anticommunistes financées par le gouvernement. Un autre groupe, les Jeunesses Duterte, s’inspire ouvertement de l’organisation des Jeunesses hitlériennes (uniformes noirs, brassards rouges et salut fasciste) et se consacre à la répression violente des communistes présumés.

Ferdinand «Bongbong» Marcos Jr lors d’un rassemblement à Quezon City, aux Philippines, le 13 avril 2022 (AP Photo/Aaron Favila)

Des millions de Philippins – dont beaucoup ont voté pour la candidate libérale de l’opposition, Leni Robredo – ont regardé les résultats de l’élection avec un sentiment de honte nationale mêlé de perplexité: comment cela était-il possible que l’héritage détesté des Marcos ait été adopté par une majorité apparente de leurs compatriotes?

Ce résultat est le fruit de l’impact de l’impérialisme américain sur l’histoire du pays, exprimé sous une forme concentrée dans les conditions de la crise mondiale actuelle du capitalisme.

Le dernier siècle et demi d’histoire des Philippines a été une confirmation frappante, mais tragique de la théorie de la révolution permanente de Léon Trotsky. Trotsky soutenait que dans les pays à développement capitaliste tardif, la classe capitaliste ne pouvait plus jouer un rôle progressiste dans une révolution démocratique. Les tâches de cette révolution comprenaient le renversement de la domination coloniale, l’unification nationale et la solution du problème agraire. La classe capitaliste, liée aux marchés impérialistes et aux propriétés foncières, et hostile à la classe ouvrière grandissante, se détournerait de la révolution et trahirait les ouvriers et les paysans. La lutte pour la démocratie exige une lutte contre les capitalistes, et pour mener cette lutte, des mesures socialistes étaient nécessaires. Le sort de toute révolution socialiste dépendait de sa propagation internationale.

On a mené la première révolution démocratique en Asie aux Philippines, qui a renversé le colonialisme espagnol et établi l’éphémère République des Philippines, avec sa propre constitution, un large éventail de droits et une déclaration d’indépendance. À différents stades du développement de cette révolution, la classe capitaliste s’est retournée contre la révolution, assassinant les dirigeants et trahissant le mouvement révolutionnaire, d’abord au profit des Espagnols, puis à celui des Américains.

La jeune République philippine a été écrasée sous la botte de l’impérialisme américain dans une guerre de conquête brutale qui a tué plus de 200.000 Philippins. Les organes de la démocratie philippine, qui comprenaient le suffrage de masse et l’éducation publique, ont été anéantis dans ce bain de sang. L’impérialisme américain a prétendu que les Philippins n’étaient pas prêts pour la démocratie et avaient besoin de l’«assimilation bienveillante» des États-Unis. L’élite philippine a rapidement fait la paix avec ses nouveaux dirigeants, tandis que les masses philippines se sont battues bec et ongles dans une guerre perdue d’avance qui a duré jusqu’en 1907.

La révolution et sa défense ont planté les racines profondes d’une tradition démocratique dans les masses philippines, avant tout un engagement envers la liberté d’expression et une croyance en l’égalité. L’esprit de cette tradition, cependant, n’a jamais touché le parchemin. Les Américains ont stabilisé le règne de leurs alliés au sein de l’élite philippine en rédigeant une constitution qui inscrivait la dictature militaire dans le code juridique et laissait de côté le jugement par jury.

Les Philippines postcoloniales étaient un pays composé de deux démocraties – la tradition démocratique des masses et les institutions parlementaires formelles de l’élite – sans le moindre lien organique et historique entre elles. La tradition de masse s’est exprimée dans la rébellion paysanne Huk du début des années 1950, exigeant une réforme agraire et une solution au problème agraire. Les institutions formelles étaient l’appareil de domination de l’élite, déterminée à préserver les propriétés existantes. Washington a stabilisé à plusieurs reprises les institutions formelles en écrasant le mouvement de masse.

Les institutions de la démocratie formelle aux Philippines n’ont pas émergé des grandes luttes des masses, mais en opposition à celles-ci. Les biens exposés dans la vitrine américaine de la «démocratie» en Asie étaient factices.

Lorsque les paysans du centre de Luzon se sont révoltés, Edward Lansdale, chef de la CIA en Asie, a supervisé la conduite de la guerre, tant militaire que psychologique, pour écraser la rébellion. Il a choisi Ramon Magsaysay comme candidat à la présidence et coordonné efficacement son élection. Magsaysay a supervisé le processus sanglant de la défaite du soulèvement des paysans.

Les masses s’efforçaient de mener à bien les tâches de la révolution. La classe capitaliste se rangeait encore et encore du côté de l’impérialisme américain et des propriétaires terriens. Ici, le stalinisme a joué un rôle crucial. Au service des intérêts nationaux privilégiés de la bureaucratie de Moscou, le stalinisme a enseigné aux partis communistes du monde entier qu’une section de la classe capitaliste jouerait un rôle progressiste dans la révolution démocratique et que la tâche des travailleurs était de s’allier à cette section. En utilisant ce programme, ils ont échangé le soutien de la classe ouvrière contre des relations favorables et une amélioration du commerce avec les capitalistes du monde entier. Il s’agissait d’une trahison fondamentale de la classe ouvrière.

Le Partido Komunista ng Pilipinas (PKP) a été fondé en 1930 sur le programme du stalinisme. Le PKP, conformément à la politique de Front populaire de la bureaucratie de Moscou, a demandé aux ouvriers et aux paysans philippins de soutenir le régime colonial américain aux Philippines, car Washington était considéré comme un allié dans la lutte antifasciste. C’est sur les instructions du PKP que l’armée paysanne huk, qui avait courageusement combattu l’occupation japonaise, a remis ses armes à l’armée américaine lorsque MacArthur est revenu aux Philippines. Les Américains ont arrêté de nombreux paysans désarmés, et certains ont été exécutés et enterrés dans des fosses communes. L’élite qui avait collaboré avec l’occupation japonaise fut réhabilitée et leurs domaines leur furent rendus, repris des mains des paysans.

Ferdinand Marcos a imposé la loi martiale en 1972, invoquant les clauses inscrites dans la constitution rédigées par les États-Unis, pour écraser l’immense croissance des luttes sociales parmi les travailleurs et les jeunes qui menaçaient le régime capitaliste. Presque toutes les sections de la bourgeoisie philippine, y compris les opposants de Marcos, s’accordaient à dire que la dictature était nécessaire. Le président américain Richard Nixon a informé Marcos à l’avance que les États-Unis soutiendraient – «et jusqu’au bout» – l’imposition par Marcos d’un régime militaire. Lorsque Marcos a déclaré la loi martiale, Washington a triplé son aide militaire aux Philippines.

Le caractère de l’appareil de la loi martiale, financé et entraîné par Washington, est resté gravé dans la mémoire d’une génération plus âgée: les militaires jetaient régulièrement des cadavres torturés dans des terrains vagues autour de la région métropolitaine de Manille, des milliards de dollars étaient volés dans les caisses de l’État, 70.000 personnes étaient arrêtées sans mandat, des milliers d’autres disparaissaient: des pères ou des mères qui, un jour, ne sont tout simplement jamais rentrés chez eux.

Lorsque le mouvement de masse du People Power a chassé le tyran détesté en février 1986, Washington est intervenu au dernier moment. La Maison-Blanche de Reagan a compris que si elle n’aidait pas la destitution de Marcos, elle perdrait le contrôle de son ancienne colonie. Reagan a informé Marcos qu’il devrait partir, et la famille Marcos, avec ses milliards volés intacts dans des banques suisses, a pris un hélicoptère du palais présidentiel et a connu un exil confortable à Hawaï.

Ce fut un tournant dans l’histoire des Philippines. C’était une situation révolutionnaire. Rien n’avait été stabilisé. Des grèves de masse ont éclaté dans tout le pays. Ce sont les staliniens du Parti communiste des Philippines (CPP), qui avaient rompu avec le PKP dans les années 1960 pour suivre la ligne de Mao Zedong, qui ont entretenu les illusions autour du gouvernement Aquino et ont stabilisé le pouvoir des élites. Le 1er mai 1986, Jose Maria Sison, chef du CPP, s’est tenu sur une scène devant des milliers de travailleurs avec le président Aquino et Fidel Ramos, le chef de l’armée d’Aquino et auparavant l’architecte principal du régime de torture de la dictature Marcos, tandis que l’orchestre jouait «L’Internationale».

Aquino, à la tête de la plus grande plantation de sucre du pays, n’avait aucune intention de mettre en œuvre une véritable réforme agraire. Lorsque des paysans ont manifesté au début de 1987 pour lui demander une réforme agraire, elle a demandé à ses militaires d’ouvrir le feu sur les manifestants, tuant une vingtaine d’entre eux.

La restauration des institutions de la démocratie formelle n’a donné lieu à aucune réforme de fond. Le pays s’est ouvert aux premières vagues de la mondialisation capitaliste. Les salaires réels ont chuté. En l’espace d’une décennie, l’emploi à l’étranger est devenu une solution nécessaire pour la classe ouvrière afin de subvenir aux besoins de leurs familles. Les familles ont été ainsi brisées et les conditions de vie se sont dégradées.

En l’espace de trois décennies, la corruption au cœur de la démocratie libérale est devenue de plus en plus apparente. Les staliniens ont stabilisé à plusieurs reprises le régime capitaliste, en favorisant les illusions de l’une ou l’autre faction de l’élite. En 2016, ils ont apporté un soutien enthousiaste au fasciste Rodrigo Duterte, affirmant que sa politique vulgaire, volatile et brutale était la politique de la gauche.

L’élection de Ferdinand Marcos Jr est le point culminant de ce processus et constitue une manifestation marquée des développements mondiaux. Dans le monde entier, on assiste à la croissance des forces d’extrême droite et autoritaires et au pourrissement du libéralisme démocratique dans une situation d’immense crise sociale.

Il s’agit d’un processus mondial interconnecté. L’élection de Rodrigo Duterte en mai 2016 a précédé de six mois celle de Donald Trump; les deux hommes ont affiché un vulgaire mépris pour les normes fondamentales de la démocratie et aspirent à devenir des tyrans. Un an avant l’élection de Marcos Jr, Trump a tenté de se maintenir au pouvoir par le biais d’un coup d’État fasciste. Au début de cette année, Joe Biden a déclaré qu’il n’était pas certain que les institutions de la démocratie américaine survivent à la décennie.

Les partis du libéralisme démocratique ont été essentiels à ces évolutions. Alors que des forces ouvertement fascistes frappent à la porte de la démocratie, le libéralisme déroule le tapis rouge. C’est le Parti libéral, dont Robredo est la présidente, qui a fait de Duterte une figure politique nationale aux Philippines.

Les six dernières années de la présidence de Rodrigo Duterte ont été des années de réaction violente, marquées avant tout par le meurtre de près de 30.000 Philippins pauvres au nom de la guerre contre la drogue. Robredo a annoncé lors de sa campagne qu’elle avait l’intention de poursuivre la politique antidrogue de Duterte, mais qu’elle ne se concentrerait pas exclusivement sur les meurtres. De même, elle a déclaré son intention de maintenir l’escouade anticommuniste créée par Duterte, un appareil de maccartisme meurtrier. Au final, elle a promis une version modérée, plus polie, des politiques répressives de son prédécesseur.

Aux États-Unis, les démocrates ont tout fait pour normaliser les relations avec les conspirateurs républicains de la tentative de coup d’État fasciste du 6 janvier 2021. Donald Trump, l’homme qui a tenté de renverser la démocratie américaine, parcourt le pays pour prononcer des discours et le gouvernement Biden le laisse faire. Les démocrates sont sur le point d’essuyer une défaite dévastatrice aux élections de 2022 et pourtant ils ne feront rien pour mobiliser un électorat de masse.

Des évolutions similaires se produisent en France, au Brésil, au Royaume-Uni, en Inde et en Allemagne. La crise avancée du capitalisme mondial est le moteur de ce processus global. L’inflation et la guerre ont fait monter en flèche le prix des biens essentiels. Plus de 20 millions de personnes sont mortes de la pandémie parce que leurs gouvernements, déterminés à défendre leurs profits, ont refusé de prendre les mesures de santé publique élémentaires nécessaires pour enrayer sa propagation. Les conditions de vie sont devenues insupportables pour une majorité de la population mondiale.

Pour mobiliser les masses, on doit parler concrètement de ces problèmes sociaux, auxquels les démocrates libéraux n’ont pas de solution. Aux États-Unis, ils ne parlent que de questions raciales, de genre et de guerre en Ukraine; aux Philippines, c’est la question du gouvernement propre.

C’est cela qui alimente la montée de l’extrême droite. Les mensonges populistes de Marcos, ses promesses de retour à un âge d’or, ont trouvé un écho auprès de la classe moyenne inférieure et des pauvres du pays qui dépendent des transferts de fonds – vendeurs de marchés, propriétaires de magasins du coin – parce qu’ils ne voyaient pas d’alternative qui aborde sérieusement les conditions horribles auxquelles ils sont confrontés. Marcos leur a fourni un bouc émissaire, la démocratie libérale, et une porte de sortie, la loi martiale.

Les partis libéraux de la démocratie capitaliste n’ont plus rien de progressiste à offrir, pas même la défense des acquis du passé. Le droit à l’avortement est en train d’être supprimé aux États-Unis; d’autres droits suivront bientôt.

Nous assistons au râle d’agonie de la démocratie. L’inégalité sociale l’a tellement vidée de sa substance que l’égalité formelle ne peut plus être maintenue. L’élection de Marcos est une étape importante dans ce processus global. Il représente le règne ouvert de la réaction, promettant la dictature et attirant dans son sillage les fascistes et la racaille politique.

Les droits démocratiques ne peuvent être défendus de manière viable que par un programme qui s’attaque aux cancers sociaux qui rongent ses fondements. La lutte pour défendre la démocratie doit devenir la lutte pour le socialisme.

(Article paru en anglais le 11 mai 2022)

Loading