Les remarquables mémoires d’Alexei Yarotsky sur les débuts de l’Union soviétique et la terreur stalinienne

Deuxième partie: «La Kolyma dorée»

[Première partie]

Le deuxième volume des mémoires de Yarotsky, «La Kolyma dorée» (Zolotaya Kolyma), couvre ses expériences à Kolyma, une région du nord de la Sibérie, qui a sans doute connu le pire de tous les camps de travail staliniens. Des dizaines de camps de prisonniers étaient disposés le long de la rivière Kolyma. Les prisonniers travaillaient dans des mines d’or et coupaient du bois, souvent par des températures glaciales, sans vêtements ni nourriture suffisants. Les prisonniers périssaient par milliers.

Couverture du livre «Zolotaya Kolyma» [Photo de la maison d’édition Nestor-Istoriia] [Photo by Publishing house Nestor-Istoriia]

Jeune ingénieur au ministère des Transports (NKPS), Yarotsky est victime de la campagne menée en 1935 contre les ingénieurs de ce ministère. Le chef du ministère, Kaganovich, que Yarotsky avait admiré pour son efficacité et sa compétence, était chargé de monter le dossier ridicule contre ses ouvriers. Cela se passait quelques mois seulement après l’assassinat de Kirov le 1er décembre 1934, qui devint le prétexte pour le lancement de la Grande Terreur par Staline.

Le motif de l’arrestation de Yarotsky donne une idée de l’atmosphère qui régnait à l’époque: avec d’autres ingénieurs, Yarotsky avait coécrit un article appelant à investir davantage dans les travaux de réparation des chemins de fer soviétiques. Ils avaient calculé que le capital du chemin de fer s’usait beaucoup plus rapidement que prévu et que l’investissement dans les réparations était devenu une question d’urgence à la fin du deuxième plan quinquennal. Ils ont notamment constaté que les trains étaient endommagés par une utilisation excessive. Des dizaines d’ingénieurs hautement qualifiés ont été arrêtés sur la base de cet article, et pratiquement tous ont été tués ou ont disparu dans les camps pendant des décennies.

Dans les mois et les années qui suivent, le NKPS, qui revêt une importance stratégique pour les efforts de l’Union soviétique visant à développer une économie avancée, devient, après l’Armée rouge, l’institution soviétique qui compte le plus grand nombre de victimes pendant la Grande Terreur.

Yarotsky a été arrêté le 10 novembre 1935 et emprisonné en tant que «contre-révolutionnaire» à la prison Butyrki de Moscou, qui était alors déjà remplie d’anciens et d’actifs opposants qui avaient été arrêtés en masse après l’assassinat de Kirov. En avril 1936, Yarotsky est déporté à Kolyma en Sibérie.

Des ouvriers dans une mine d’or à Kolyma en 1934

Là-bas, lui et des milliers d’autres prisonniers ont été déployés pour exploiter les gisements d’or de la région. Il a vécu les expériences horribles de la faim, du travail forcé dans des conditions climatiques extrêmes, de la terreur et de la dégradation constantes des prisonniers politiques par les véritables criminels, meurtriers et violeurs qui étaient autorisés par la bureaucratie à diriger de facto les camps.

Il décrit les différentes étapes de la suppression et de l’exécution ciblées des vieux bolcheviks et des opposants socialistes au stalinisme, l’opposition de gauche.

Dès son arrivée dans la Kolyma, il assiste à une protestation des opposants trotskistes.

Dans les premiers jours de juin [1936], quelque cinq mille prisonniers devaient être amenés sur la Kolyma avec un autre navire. Le groupe [etap] est sorti du camp en colonnes de quatre et se dirigeait vers la baie de Zolotoi rog, où ils devaient embarquer sur le bateau. Lorsque la colonne a dépassé le centre de la ville, un grand groupe de léninistes, environ 200, a commencé à chanter la Varshavianka [un célèbre chant révolutionnaire russo-polonais]. Les gardes ont tiré en l’air et ont forcé la colonne à s’asseoir, mais même assis, ils ont continué à chanter «Les tourbillons ennemis volent au-dessus de nos têtes, les forces obscures nous oppriment...», puis «Vous êtes tombés comme des victimes dans la lutte fatale». Vous pouvez imaginer l’impression que produisaient les paroles de ce grand chant révolutionnaire, si bien adaptées au moment présent: «Vous avez donné tout ce que vous pouviez pour elle [la lutte]... - «et vous avez marché, les fers aux pieds». Ils voulaient montrer à la population que c’étaient les révolutionnaires qui étaient envoyés à Kolyma, ceux qui avaient fait la révolution, et qui n’avaient pas peur de mourir pour le peuple et pour la juste cause. (pp. 153-154)

Yarotsky était parfaitement conscient que la Grande Terreur avait pour but de détruire et de réduire au silence l’ensemble de la tradition et du parti de la révolution:

Le parti léniniste était une union de co-penseurs, le parti stalinien est un appareil pour la réalisation de la volonté du chef. À cette époque, il était devenu nécessaire de remplacer l’ensemble du parti, de l’appareil soviétique, militaire et économique par d’autres personnes. Ceux qui avaient été habitués à penser, à argumenter et à exprimer leurs pensées lors des congrès du parti, et à défendre leurs points de vue, n’étaient non seulement plus nécessaires, mais ils étaient devenus nuisibles et devaient être détruits. (p. 357)

L’année 1937 est le point culminant de la terreur. En plus de ceux qui ont été arrêtés, jugés sans procès et fusillés à Moscou et dans d’autres villes, cette année et l’année suivante, 1938, ont vu des exécutions massives de prisonniers politiques – dont beaucoup étaient de vieux bolcheviks ou des opposants de gauche – dans les camps.

Les étrangers deviennent également une cible particulière de la terreur. Yarotsky se souvient qu’il partageait sa cellule (il a été brièvement renvoyé en prison en 1937/1938, puis de nouveau à Kolyma) avec un pilote, Yavno, un Juif polonais d’origine qui avait fui en Union soviétique au début des années 1920 et avait été formé comme pilote par l’Armée rouge.

Il a été arrêté en tant que transfuge. Il y avait une directive à l’époque: envoyer dans les camps tous ceux qui venaient de l’étranger... Ils ont également arrêté des communistes étrangers, et des chômeurs qui avaient fui la Grande Dépression du début des années 1930, des gens qui croyaient que l’URSS était la patrie de tous les travailleurs. Tout cela a été fait au nom du parti qui a été créé par Lénine sous la bannière de l’internationalisme et de la fraternité de tous les peuples. Si Staline avait pu, il aurait même arrêté John Reed en tant que transfuge. Si vous pensez à la destruction des partis communistes polonais et allemand avant la guerre, qui a été réalisée non pas par les fascistes, mais par Staline, vous ne pouvez vous empêcher de vous demander s’il aurait été possible de faire plus pour discréditer les idées de la révolution d’Octobre que ce qui a été fait. (p. 271)

Ce qui a manifestement le plus troublé Yarotsky, cependant, c’est le sort des vieux bolcheviks qu’il avait tant admirés dans sa jeunesse. Vers la fin de ses mémoires, il pose la question suivante:

Pourquoi ces gens ont-ils connu une mort si pitoyable, pourquoi les protestations dont personne n’a entendu parler et les grèves de la faim dont personne n’a entendu parler ont-elles été la mesure la plus extrême qu’ils aient jamais prise? ... L’écrasante majorité, et surtout les anciens membres du parti, était des gens qui, dans les camps fascistes, auraient immédiatement organisé un mouvement de résistance clandestin, et s’ils étaient morts, ils seraient morts en révolutionnaires. Comment alors expliquer une mort aussi pathétique… ?

C’était le point ultime, le point final d’un chemin qui a commencé par la peur des arrestations, la dénonciation publique des amis d’hier, les coups pendant l’interrogatoire, les témoignages déshonorables et faux contre soi et contre les camarades, l’effort pour montrer, déjà après avoir franchi l’horrible ligne vers l’autre côté de la vie soviétique, pour montrer que je suis encore maître de moi, que je suis emprisonné à cause d’un malentendu, et c’était leur attitude jusqu’au dernier cri et au dernier coup.

Il y avait des exceptions, il y avait des gens qui comprenaient le cours de l’histoire et qui allaient vers leur fin la tête haute, mais même eux n’étaient pas capables de franchir la ligne et de passer à un soulèvement armé contre un gouvernement qu’ils considéraient encore comme le leur. (pp. 315-317)

Si l’observation de Yarotsky est très réfléchie, elle ne constitue pas une véritable explication.

Le fait qu’aucune résistance efficace n’ait été opposée à la terreur de la bureaucratie est avant tout lié au développement de la révolution mondiale. C’est ce retard de la révolution, combiné au développement arriéré de l’économie russe, essentiellement agricole, qui a conduit, dans les premières années de la révolution, à l’émergence de la bureaucratie. Le programme du «socialisme dans un seul pays», qui était en opposition directe avec les fondements de la révolution de 1917, a fourni la plate-forme pour la défense des intérêts de la bureaucratie.

Les défaites de la révolution en Allemagne, en Angleterre, en Chine, puis en Espagne dans les années 1920 et 1930 ont été, dans une large mesure, produites par les politiques opportunistes et nationalistes de la direction stalinisée de l’Internationale communiste.

La démoralisation qui en a résulté non seulement pour l’Internationale mais aussi pour le prolétariat soviétique a été un facteur majeur dans tous les développements en Union soviétique dans les années 1930. Trotsky a noté à l’époque qu’une résurgence de la lutte des classes au niveau international aurait eu un impact puissant sur la conscience des masses soviétiques. La perspective de la victoire de la révolution en Allemagne ou dans un autre pays aurait brisé le sentiment d’isolement et d’encerclement et aurait enhardi la classe ouvrière soviétique à mener une lutte contre la bureaucratie soviétique détestée.

Léon Trotsky à son bureau à Prinkipo

En effet, bien que rendue possible par le triomphe temporaire de la réaction capitaliste, la Grande Terreur était, en fin de compte, enracinée dans la profonde faiblesse de la bureaucratie soviétique. Celle-ci se trouvait constamment menacée par la classe ouvrière soviétique, l’extension potentielle de la révolution et les traditions révolutionnaires de 1917.

Cela explique également pourquoi Yarotsky faisait partie de ceux qui étaient visés par la terreur. Sans être un bolchevik de premier plan, ni un trotskiste, ni même un membre du Parti communiste, Yarotsky faisait partie d’une génération qui avait vécu l’expérience de la révolution. Les traditions du bolchevisme et du marxisme avaient laissé une empreinte profonde dans cette couche.

La cible principale de la terreur était l’avant-garde trotskiste-socialiste de l’opposition au stalinisme. Ils ont tous été, à quelques exceptions près, assassinés. C’était, comme l’historien soviétique Vadim Rogovin l’a judicieusement appelé, «un génocide politique». Mais ce processus de contre-révolution politique et d’anéantissement ne signifiait pas seulement que les trotskistes et des milliers de socialistes d’Union soviétique et de l’étranger devaient être assassinés. Tous ceux qui avaient témoigné de la culture et des traditions révolutionnaires qui avaient donné naissance à la révolution de 1917 et à l’opposition de gauche de Trotsky devaient être tués et réduits au silence. La terreur, comme l’a dit Varlam Shalamov, visait tous ceux qui s’étaient souvenus de «la mauvaise partie de l’histoire russe».

Les mémoires de Yarotsky sont une démonstration puissante du fait que, malgré cette réaction stalinienne féroce contre la révolution de 1917, l’influence de la révolution d’Octobre et de la lutte de l’Opposition de gauche sur la classe ouvrière et l’intelligentsia soviétiques, aussi déformée et mal comprise soit-elle, restait immense et profonde. La conscience historique de ces luttes monumentales, bien que sévèrement endommagée, ne pouvait pas être entièrement effacée par le stalinisme. C’est ce que montrent clairement les circonstances dans lesquelles Yarotsky est venu écrire ses mémoires, dans les deux dernières décennies de l’Union soviétique.

Parmi eux, Varlam Shalamov, qui est aujourd’hui largement reconnu comme l’un des plus grands écrivains russes. En 1926-27, Shalamov, bien que n’étant pas membre du parti, était un partisan de l’Opposition de gauche et a été arrêté pour avoir distribué des tracts de l’Opposition. Les conceptions littéraires de Shalamov avaient été fortement influencées par Voronsky et il décrivit plus tard ses Contes de Kolyma comme une «gifle au visage du stalinisme».

Varlam Shalamov en 1937

Yarotsky a également rencontré la fille de Voronsky, Galina Voronskaya, et son mari, Ivan Isaev, à Kolyma. Tous resteront amis au cours des décennies suivantes, entretiendront une correspondance et écriront leurs mémoires sur leurs expériences.

Comme le note la spécialiste de la littérature Nina Malygina dans son introduction aux mémoires de Yarotsky, l’autobiographie semi-fictionnalisée de Voronsky, Za zhivoi i mertvoi vodoi, que Galina Voronskaya a pu publier en Union soviétique dans les années 1970, a été un modèle important pour eux tous. Écrit dans les années 1920, ce livre a inspiré les jeunes opposants de gauche de l’époque et les a familiarisés non seulement avec l’histoire du parti bolchevique, mais aussi avec les méthodes de travail de conspiration qui, autrefois employées sous le tsarisme, étaient redevenues une nécessité pour la tendance révolutionnaire sous le stalinisme.

Aleksandr Voronsky en 1929

Yarotsky a écrit ses mémoires de 1967 à 1970, à une époque où le régime Brejnev avait réhabilité Staline. D’importantes sections de l’intelligentsia, surtout celles connues sous le nom de «dissidents», se sont fortement déplacées vers la droite pendant cette période, après l’invasion du Pacte de Varsovie et l’écrasement du Printemps de Prague en Tchécoslovaquie en 1968. Nombreux sont ceux qui se sont complètement dissociés du socialisme et de l’héritage de la révolution d’Octobre.

Les mémoires de Yarotsky sont une preuve supplémentaire que, tandis que les sections de plus en plus anticommunistes du mouvement dissident dominaient les perceptions des courants intellectuels en Union soviétique, des tendances véritablement de gauche continuaient d’exister, mais étaient poussées dans la clandestinité et réprimées avec la plus grande férocité par la bureaucratie. Elles n’ont souvent pu publier leurs œuvres et leurs mémoires que juste avant ou même après la dissolution de l’Union soviétique.

Yarotsky lui-même a été réhabilité en septembre 1956, mais a accueilli avec beaucoup de scepticisme les révélations limitées des crimes de Staline par Nikita Khrouchtchev dans son «discours secret» en février 1956. Comme beaucoup d’ouvriers et d’intellectuels socialistes pendant le dégel, Yarotsky pensait qu’un «retour au vrai Lénine» était nécessaire, mais, coupé de la Quatrième Internationale que Trotsky avait fondée en 1938, il ne comprenait pas comment cela pouvait être accompli. Dans une lettre à Shalamov de décembre 1961, il écrit:

Je ne suis pas convaincu que le culte de la personnalité ne se limitera pas au transfert des cendres et à l’élimination de Kaganovitch et de quelques autres. S’ils reconstruisaient l’État comme [Vladimir] Ilitch [Lénine] l’a demandé dans «L’État et la révolution», alors je dirais que le culte de la personnalité a été éliminé. (cité pp. 38-39)

À la fin de ses mémoires, il note:

Comme tous les aspects de la politique de Khrouchtchev dans cette question [la révélation des crimes du stalinisme], tout était boiteux, contradictoire, il y avait des demi-vérités, sans conclusions et généralisations. Khrouchtchev n’a même pas publié son rapport au XXe Congrès, il a subverti l’idole du stalinisme mais a immédiatement érigé la sienne. Il n’a rien fait pour changer les fondements de la société, et s’est limité à des réformes très superficielles, avant d’être victime d’une intrigue de palais qui aurait été impensable dans un pays démocratique. (p. 359)

Ces commentaires sont un témoignage remarquable du fait qu’une opposition de gauche à la bureaucratie stalinienne a existé dans l’Union soviétique d’après-guerre, même si elle est restée sans programme et sans organisation. En effet, c’est la grande tragédie de Yarotsky et de sa génération que, malgré leur ferme engagement envers la révolution d’Octobre et leur haine du stalinisme, ils soient restés coupés du programme du trotskisme et de la Quatrième Internationale.

Alexei Yarotsky en 1967 [Photo publiée dans Zolotaya Kolyma] [Photo by Published in Zolotaya Kolyma]

Ce crime historique était le résultat non seulement du stalinisme mais aussi du révisionnisme pabliste, une tendance qui avait émergé au sein de la Quatrième Internationale. Rejetant l’analyse de Trotsky sur le rôle contre-révolutionnaire du stalinisme, les pablistes ont travaillé à promouvoir des illusions dans une aile prétendument «de gauche» de la bureaucratie – y compris Khrouchtchev – et à liquider le trotskisme en son sein. Cette orientation a contribué aux efforts du stalinisme pour couper les cadres de la Quatrième Internationale de personnalités comme Yarotsky et de nombreux autres en Europe de l’Est et en Union soviétique qui cherchaient clairement une base socialiste sur laquelle défendre Octobre et combattre la bureaucratie.

Cet isolement forcé des socialistes en URSS n’a été rompu qu’à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ayant expulsé les pablistes de la Quatrième Internationale lors de la scission avec le WRP en 1985-86, le Comité international de la Quatrième Internationale a pu intervenir directement dans la crise du stalinisme. Ses dirigeants se sont rendus en Union soviétique et ont établi un contact direct avec les jeunes et les travailleurs. Parmi ces relations, la plus importante fut celle entre le CIQI et Vadim Rogovin, qui avait travaillé pendant de nombreuses années, dans l’isolement, à l’établissement des archives historiques de la lutte de l’Opposition de gauche contre le stalinisme, et qui était maintenant en mesure d’écrire une histoire en sept volumes de cette lutte.

Malheureusement, Yarotsky, décédé en 1983, n’était plus en vie. Bien conscient que ses mémoires ne verraient pas le jour en Union soviétique de son vivant, il a néanmoins refusé de les faire publier en Occident, craignant qu’elles ne soient utilisées à mauvais escient par les anticommunistes. Il restait cependant convaincu qu’elles finiraient par trouver leur public en Russie, même si cela devait prendre de nombreuses années.

Il ne s’est pas trompé. La publication de ses mémoires en Russie plusieurs décennies plus tard est une indication que, malgré les crimes monumentaux du stalinisme, qui ont conduit à la restauration du capitalisme et à toute la confusion qui en a résulté, il existe un intérêt significatif et sérieux au sein de larges couches de la population pour les grandes questions historiques du 20e siècle.

Tatiana Isaeva, la petite-fille d’Alexandre Voronsky (c) WSWS Media

La petite-fille de Voronsky, Tatiana Isaeva – qui a travaillé pendant de nombreuses années pour récupérer ses manuscrits et les a d’abord publiés à son nom –, ainsi que Nina Malygina méritent un grand crédit pour le service qu’elles ont rendu aux travailleurs, aux intellectuels et aux jeunes en Russie mais aussi à l’échelle internationale. L’édition 2021 du deuxième volume des mémoires de Yarotsky est magnifiquement exécutée, et comprend des notes de bas de page soignées ainsi qu’une introduction de Malygina qui replace l’œuvre dans son contexte littéraire et historique plus large.

Dans le contexte de la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie en Ukraine et de la diffamation incessante, réactionnaire et ignorante de la population, de l’histoire et de la culture de la Russie, la traduction des mémoires de Yarotsky pour un public international plus large est une question urgente. Elles peuvent jouer un rôle significatif en reconnectant les nouvelles générations de socialistes avec les grandes traditions historiques du mouvement socialiste et de l’intelligentsia en Russie, alors qu’ils luttent pour l’achèvement de la révolution socialiste mondiale au 21e siècle.

(Article paru en anglais le 3 mai 2022)

Loading