Perspectives

L’OTAN se réunit pour préparer la prochaine étape de la guerre par procuration en Ukraine

Cette semaine, le président américain Joe Biden, le premier ministre britannique Boris Johnson et le président français Emmanuel Macron se rendront à Bruxelles, en Belgique, pour participer à un sommet de l’OTAN. Ce sommet est, en fait, un conseil de guerre, qui organisera une escalade majeure du conflit entre les États-Unis et l’OTAN contre la Russie.

S’exprimant avant le sommet, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a promis d’imposer à la Russie des «coûts sans précédent». Passant en revue les troupes qui étaient déjà déployées aux frontières de la Russie, il a déclaré:

Il y a maintenant des centaines de milliers de soldats alliés à haut niveau de préparation dans toute l’Alliance. Cent mille soldats américains sont en Europe. Et 40.000 soldats sous commandement direct de l’OTAN se trouvent principalement dans la partie orientale de l’alliance. Le tout est soutenu par une importante puissance aérienne et navale, dont cinq groupes d’attaque de porte-avions dans le Grand Nord et en Méditerranée.

Des personnes se rassemblent au milieu des destructions causées par le bombardement d’un centre commercial, à Kiev, en Ukraine, le lundi 21 mars 2022 (AP Photo/ (AP Photo/Rodrigo Abd)

En ce qui concerne les résultats du prochain sommet, Stoltenberg a déclaré: «Je m’attends à ce que les dirigeants conviennent de renforcer le dispositif de l’OTAN dans tous les domaines. On doit avoir des augmentations importantes de nos forces dans la partie orientale de l’Alliance. Sur terre, dans les airs et en mer».

Stoltenberg a ensuite menacé la Chine. «Pékin s’est joint à Moscou pour remettre en question le droit des nations indépendantes à choisir leur propre voie», a-t-il déclaré. Les menaces de Stoltenberg à l’encontre de la Chine font écho aux déclarations de Biden la semaine dernière et expriment la réalité fondamentale selon laquelle l’invasion de la Russie a fourni le prétexte aux plans des États-Unis et de l’OTAN conçus depuis longtemps de «conflit entre grandes puissances»: une grande guerre mondiale pour ramener la Russie et la Chine à l’asservissement colonial.

De manière significative, le point de référence historique de Stoltenberg n’était pas l’invasion russe de l’Ukraine le mois dernier, mais le coup d’État de 2014 dirigé par des fascistes qui a transformé l’Ukraine en une force par procuration de l’OTAN. «Depuis 2014, les Alliés [de l’OTAN] ont formé les forces armées ukrainiennes et ont considérablement renforcé leurs capacités. Elles mettent cette formation en pratique maintenant, sur les lignes de front, avec une grande bravoure».

Stoltenberg n’a fait aucun effort pour dissimuler le renforcement militaire massif des forces ukrainiennes par l’OTAN au cours des huit dernières années. L’OTAN, a-t-il dit, «a fourni des systèmes antichars et de défense aérienne, des drones, du carburant et des munitions ainsi qu’une aide financière».

Et de poursuivre: «Je tiens à saluer le courage et le professionnalisme des forces armées ukrainiennes. Je les ai rencontrées en Ukraine, et nous sommes tous conscients que par rapport à ce qu’elles étaient en 2014, c’est une force totalement différente d’il y a huit ans. Les forces armées ukrainiennes sont aujourd’hui beaucoup plus nombreuses, beaucoup mieux équipées, beaucoup mieux entraînées, beaucoup mieux commandées. Elles ont une bien meilleure logistique qu’en 2014».

Les principales raisons des pertes spectaculaires subies par les Russes sont qu’ils combattent une armée qui a été équipée et entraînée par l’OTAN. En conséquence, a déclaré Stoltenberg, l’armée ukrainienne est «capable de repousser une invasion russe beaucoup plus importante encore».

Loading Tweet ...
Tweet not loading? See it directly on Twitter

David North a tweeté: «L’Ukraine est le champ de bataille choisi par les É.-U. et l’OTAN dans leur guerre planifiée de longue date contre la Russie. C’est ce qu’a clairement indiqué le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg lors d’une conférence de presse plus tôt aujourd’hui.»

Dans sa déclaration du 28 février intitulée «L’OTAN entre en guerre contre la Russie», le WSWS note que «Les causes et les intérêts essentiels des guerres ne sont souvent pas apparents au premier abord. Ils sont dissimulés par une avalanche de propagande. Cependant, tôt ou tard, les forces motrices et la signification réelles et plus profondes du conflit apparaissent.»

Trois semaines plus tard, il est évident qu’il n’est pas seulement question d’une guerre en Ukraine, mais d’une campagne des puissances impérialistes américaines et de l’OTAN pour une guerre contre la Russie et une redivision du monde. L’invasion désespérée de l’Ukraine par la Russie, provoquée par les puissances impérialistes elles-mêmes, a fourni le prétexte.

Lors d’une réunion avec le US Business Roundtable avant le sommet, Biden a souligné les plans de longue date qui sont mis en pratique.

«Vous savez, nous sommes à un tournant», a déclaré Biden. «Cela se produit toutes les trois ou quatre générations. Comme me l’a dit l’un des principaux dirigeants de l’armée lors d’une réunion sécurisée l’autre jour, 60 millions de personnes sont mortes entre 1900 et 1946».

Il a ajouté que «nous vivons une époque où les choses changent… un nouvel ordre mondial va naitre, et nous devons être à la tête».

L’expression «nouvel ordre mondial» a une longue et sanglante provenance.

Le 11 septembre 1990, le président américain George H. W. Bush a prononcé un discours intitulé «Vers un nouvel ordre mondial». Il déclarait: «La crise du golfe Persique, aussi grave soit-elle, offre également une rare opportunité d’avancer vers une période historique».

Comme dans la crise actuelle en Ukraine, les États-Unis ont manœuvré pour que l’Irak envahisse un pays voisin afin de fournir un prétexte à des plans de guerre préparés de longue date. La guerre du Golfe a déclenché une éruption du militarisme américain qui s’est poursuivie par les guerres en Yougoslavie, la «guerre contre le terrorisme» et l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak, le renversement par les États-Unis du gouvernement libyen et la campagne de déstabilisation de la Syrie qui dure depuis des années.

Le «nouvel ordre mondial» de Biden implique la transition de 30 années de guerres et d’interventions au Moyen-Orient et en Asie centrale, qui ont fait plus d’un million de morts, vers un conflit qui vise la Russie et la Chine et qui fait planer le spectre d’une troisième guerre mondiale menée avec des armes nucléaires.

Les gros titres de la presse capitaliste montrent la folie guerrière qui s’est emparée de la classe dirigeante, entraînant derrière elle la classe moyenne aisée. «L’OTAN prévoit de renforcer ses forces sur son flanc oriental», a scandé le New York Times. Un autre article du Timesaffirmait que «la Russie et les États-Unis disposent d’armes nucléaires beaucoup moins destructrices. Leur puissance ne représente que des fractions de celle de la bombe d’Hiroshima. Leur utilisation est peut-être moins effrayante et plus facilement envisageable».

David C. Gompert, ancien directeur par intérim du renseignement national sous le gouvernement Obama, a écrit dans une tribune publiée dans le Wall Street Journalque les États-Unis «disposent de forces nucléaires offensives qui permettent davantage la survie, plus précises et plus fiables, qui pourraient décimer encore plus la dissuasion stratégique de la Russie sur le terrain. Quels que soient les missiles russes qui survivraient à de telles frappes de désarmement, ils seraient contrés par les systèmes de défense antimissile américains».

Le régime de Poutine, confronté à l’échec de son plan de guerre limitée en Ukraine qui visait à faire pression sur l’OTAN pour qu’elle négocie sur ses préoccupations en matière de sécurité, tente d’échapper au piège dans lequel il est tombé en recourant aux menaces de l’arme nucléaire. Le monde pourrait être confronté à une crise dystopique qui se terminerait par une «grosse explosion nucléaire», a déclaré mercredi l’ancien président russe et allié de Poutine, Dmitri Medvedev.

L’interaction entre l’insouciance de l’OTAN, alimentée par une série de crises intérieures simultanées, et le désespoir de la Russie a créé une situation extraordinairement explosive.

Cette dangereuse escalade doit être combattue par le développement d’un mouvement antiguerre de masse, basé sur la classe ouvrière internationale.

Il existe un mouvement croissant de travailleurs à travers le monde contre l’inégalité sociale et l’exploitation. Les conséquences de l’effort de guerre alimentent les protestations et les grèves contre l’inflation galopante et la pauvreté de masse.

À cela s’ajoute l’impact continu de la pandémie de COVID-19qui, en raison des politiques criminelles de la classe dirigeante, a tué plus de six millions de personnes dans le monde, dont plus d’un million rien qu’aux États-Unis.

La lutte contre la guerre impérialiste doit être fusionnée avec ces luttes et développée comme un mouvement politique conscient et international pour le socialisme. Cela signifie la construction du Comité international de la Quatrième Internationale et de ses partis d’égalité socialiste affiliés dans chaque pays.

(Article paru en anglais le 24 mars 2022)

Loading