Home » L'économie mondiale

Les conflits commerciaux pèsent sur le sommet du G20

Par Nick Beams
10 juillet 2017

Alors que l’administration Trump cherchait à mettre son offensive contre la Corée du Nord et la Chine au centre du sommet des dirigeants mondiaux du G20, qui a eu lieu la semaine dernière à Hambourg en Allemagne, les conflits commerciaux étaient très présents.

La question la plus explosive était de savoir si les États-Unis vont invoquer la loi de 1962 qui permet au président de limiter les importations d’acier pour des motifs de « sécurité nationale ». Cela a été décrit comme l’option nucléaire sur le commerce.

L’Administration américaine a examiné un rapport commandé par Trump en avril sur l’effet des importations d’acier. On a d’abord pensé que le président ferait une annonce sur l’occasion d’invoquer la loi avant le G20, mais une décision a été retardée jusqu’à la fin du sommet.

Alors que les importations chinoises sont l’objectif principal, toutes les mesures porteront également sur les producteurs d’acier européens, au milieu des avertissements qu’une action de ce genre provoquerait des mesures de rétorsion par l’Union européenne. Parlant sous le couvert de l’anonymat, un responsable français a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse sur le sommet que, si les mesures étaient dirigées contre les exportations européennes, « nous réagirions évidemment très rapidement et nous nous y préparons ».

Les mesures que le gouvernement Trump menace de prendre sur l’acier, qui font partie de son programme « l’Amérique d’abord », sont voulues par les grandes sociétés sidérurgiques américaines, avec le soutien de la bureaucratie syndicale de l’industrie sidérurgique.

Interrogé par Bloomberg, John Ferriola, directeur général de Nucor, le plus grand producteur d’acier des États-Unis, a déclaré que, pour que les entreprises sidérurgiques américaines obtiennent le retour sur investissement nécessaire, elles devaient opérer à 85 à 87 pour cent de leurs capacités. Cela signifie que les importations devraient occuper de 10 à 15 % du marché. À l’heure actuelle, les importations représentent environ 26 pour cent du marché américain.

Outre la Chine, les pays les plus touchés seraient le Brésil, le Canada, la Corée du Sud et les membres de l’Union européenne. La Chine soutient que ses exportations vers les États-Unis sont en grande partie des aciers de qualité inférieure, que les entreprises américaines ne veulent pas produire.

La question de l’acier n’est que l’expression la plus nette, à ce point, d’un conflit beaucoup plus large qui dépend de la nature même des relations commerciales entre les grandes puissances.

Ce conflit sous-jacent a éclaté ouvertement lors de la réunion des ministres des Finances du G20 en mars, lorsque le secrétaire du Trésor américain, Steven Mnuchin, a opposé son veto à la mention dans un communiqué de la nécessité de « résister au protectionnisme ».

Depuis lors, une formulation a été utilisée lors d’autres réunions économiques de haut niveau, y compris le sommet du G7 à la fin du mois de mai, pour couvrir ce changement en se référant à un libre échange qui soit « juste et mutuellement bénéfique ». Une variante de cette expression est sera probablement adoptée à Hambourg.

Bien que les rédacteurs du communiqué du G20 se disputent sur les formulations, cependant, les divergences s’élargissent, comme en témoigne le retrait américain de l’accord de Paris sur le changement climatique. Après le sommet du G7 en mai, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que les jours où l’Europe pouvait s’appuyer sur « d’autres » étaient « finis dans une certaine mesure » et que « nous, les Européens, nous devons vraiment prendre notre destinée entre nos propres mains ».

Les divergences avec les États-Unis sont devenues encore plus explicites depuis lors.

La semaine dernière, Merkel a prédit des discussions « très difficiles » sur le commerce et le changement climatique lors de la réunion du G20 et a parlé de désaccords « évidents » avec les États-Unis. « Celui qui croit que les problèmes de ce monde peuvent être résolus par l’isolationnisme et le protectionnisme fait une énorme erreur », a-t-elle déclaré au Parlement allemand.

Dans un entretien accordé à Die Zeit, publié mercredi, Merkel a développé ce point de vue. « Alors que nous examinons les possibilités de la coopération pour tous les citoyens, la mondialisation est considérée par le gouvernement américain comme un processus qui ne fait pas gagner tous le monde, mais crée des gagnants et des perdants », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement Trump vise en particulier l’Allemagne, la Chine et, dans une certaine mesure, le Japon : les pays ayant les excédents commerciaux les plus importants avec les États-Unis, en insistant sur le fait que l’ordre commercial mondial actuel fonctionne à leur avantage et aux dépens des États-Unis.

Du côté européen, dans le cadre des élections allemandes de septembre, Merkel est sous la pression des sociaux-démocrates dans l’opposition, qui appellent à une position plus agressive contre les États-Unis. Mercredi, le chef parlementaire du SPD, Thomas Oppermann, a demandé à Merkel d’isoler Trump à Hambourg, en disant que « l’apaisement » conduirait à « l’érosion des valeurs occidentales ».

Les tensions croissantes entre les États-Unis et l’Europe ont été soulignées mercredi, lorsque l’Union européenne et le Japon ont annoncé leur accord général sur un accord commercial. Les deux parties ont accepté le cadre général d’un pacte, avec de nombreux détails encore à résoudre.

Le moment de l’annonce, à la veille du sommet, était très important. Les négociations étaient menées depuis plus de quatre ans et de nombreuses questions doivent encore être résolues. L’annonce a été faite afin d’envoyer un message clair aux États-Unis.

Claudia Schmucker, responsable du programme de mondialisation au Conseil allemand des relations extérieures, a déclaré : « À mon avis, ce sera 19 contre un au G20, et l’Union européenne tentera de reprendre le rôle des États-Unis en matière de commerce. C’est une réponse directe à ce qu’est Trump. »

Les négociations UE-Japon ont été effectivement mises en attente pendant que le Japon négociait avec l’Administration Obama sur le partenariat Trans-Pacifique. Mais le sabordage par Trump de l’Accord sur le partenariat trans-pacifique, dans l’un de ses premiers actes présidentiels, et la rupture des négociations entre l’UE et les États-Unis dans le cadre d’un accord sur le commerce et l’investissement, ont clairement conduit à des décisions à Tokyo et à Bruxelles pour continuer à avancer.

Le Fonds monétaire international (FMI) a essayé de marquer une ligne fine entre les intérêts conflictuels des États-Unis, de l’Europe et d’autres grandes puissances. Dans une note d’information au sommet, la directrice du FMI, Christine Lagarde, a déclaré que, si les perspectives de croissance de l’économie mondiale se renforcent, elles restent précaires sans une plus grande coopération.

Dans des remarques visant les États-Unis, elle a déclaré « aucun pays n’est une île » et a appelé le G20 à « renforcer le système commercial mondial et à réaffirmer notre attachement à des règles bien appliquées ».

D’autre part, reflétant la critique de l’Administration Trump sur les excédents commerciaux persistants de l’Allemagne, elle a demandé à l’Allemagne d’entreprendre des dépenses publiques plus importantes. Une « attitude budgétaire plus expansionniste en Allemagne » augmenterait la production potentielle et aurait des « retombées positives sur d’autres économies de la zone euro où il y a encore un ralentissement cyclique ».

De tels appels à un meilleur équilibre de l’économie mondiale vont tomber dans les oreilles de sourds. L’administration Trump ne prendra pas en compte des prières de revenir sur son programme de « l’Amérique d’abord », pas plus que l’Allemagne ne réduira ses contraintes sur les dépenses publiques ou le maintien des excédents budgétaires, qu’elle considère comme le fondement de sa solidité économique et financière.

Le G20 est devenu le premier forum économique mondial après la crise financière de 2008, avec des promesses visant à promouvoir une plus grande collaboration. Après Presque une dizaine d’années, il est devenu un champ de bataille pour l’affirmation les intérêts économiques de chacun contre tous.

(Article paru d’abord en anglais le 7 juillet 2017)